M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

Élections provinciales : Pour quel parti voter ?


Photo: I'm Friday, ShutterStock

Nous sommes à la veille de l’élection provinciale au Québec, le jour du scrutin étant le 1er octobre 2018, avec possibilité de vote par anticipation du 21 au 27 septembre.

Plusieurs nous l’ont demandé : pour qui voter ? Avant de répondre, j’aimerais premièrement vous rappeler les principaux objets de notre association, Campagne Québec-Vie, car ce sont ces objets qui serviront de guide pour notre évaluation :

  1. Promouvoir la reconnaissance, par les représentants de tous les corps sociaux, y compris ceux de l’État, de la nécessité du christianisme, en tant que seule religion intégralement vraie, pour une réalisation pleine et entière du bien commun;
  2. Promouvoir la reconnaissance du fait que la foi chrétienne est raisonnable, et que la raison soutient la foi et la morale chrétiennes.
  3. Promouvoir le respect de la vie humaine depuis la conception jusqu’à la mort naturelle ainsi que les droits de la personne et de la famille;

En un mot, nous affirmons que chaque être humain n’a pas seulement des droits. Il a également -- nous dirions même surtout -- des devoirs, envers son prochain et... envers Dieu.

Les droits et devoirs sont liés, car tous découlent du même Créateur. Si, par exemple, un humain a le droit de vivre et d’être heureux, c’est qu’il n’est ni la propriété d’une autre personne humaine, ni de lui-même, mais qu’il appartient à un Dieu qu’il est appelé à connaître, aimer et servir. 

C’est la quatrième journée de notre campagne de financement en ligne pour l’automne 2018 -- merci de donner ce que vous pouvez pour défendre la foi, la famille et la vie, de la conception à la mort naturelle ! >>

De plus, les droits et devoirs de la personne sont fondés en raison : avec la grâce de Dieu, toute personne de bonne volonté peut user de son intelligence pour découvrir le plan de Dieu sur sa vie et l’embrasser.

Voilà pourquoi il est insensé de séparer la vraie religion de la politique, car Dieu, en tant que Créateur, est à l’origine de tout : il ne saurait y avoir des aspects de la vie d’une personne qui puissent être « séparés » de Dieu ou « libres» de Dieu. Le « libéralisme », compris comme étant une doctrine selon laquelle certains aspects de notre vie (économique, politique, sexuelle, etc.) échappent à Dieu, n’a pas de sens.

Encore moins sensée est la doctrine selon laquelle Dieu n’existerait pas. Appliquée au domaine politique, cette croyance nous donne le Communisme, véritable machine à broyer les corps et les âmes.

Comme je vous l’ai dit dans un précédent courriel, le Québec a rejeté le christianisme il y a une cinquantaine d’années, et il n’est pas surprenant que le Québec soit devenu aujourd’hui une véritable machine à broyer les corps (des enfants à naître, par milliers) et les âmes (pensons au système scolaire contemporain, au cours éthique et culture religieuse et au cours d’éducation sexuelle...) Mais alors, que faire en attendant que les Québécois embrassent de nouveau le christianisme ? Pour qui voter le 1er octobre ?

L'article continue après cette publicité

Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !

Une grille d’analyse

À vrai dire, aucun parti n’est très près de l’idéal -- aucun même ne devrait recevoir une note de passage. Par contre, il nous semble qu’il soit impératif, lorsque nous sommes confrontés à de telles situations, de minimiser (sans commettre) le mal, ce qu’ici signifierait voter pour le parti qui serait le moins nuisible. Pour analyser les principaux partis (et même certains partis moins connus), nous avons étudié leurs programmes à la lumière de nos objets. Entre autres, nous nous posions les questions suivantes au sujet de leur programme : 

La religion et la société
Les députés de ce parti seraient-ils prêts à voter pour des lois qui, tout en reconnaissant les éléments positifs qu’il pourrait y avoir dans certaines autres religions, affirmeraient l’importance primordiale du christianisme pour le bien commun de la société québécoise ?

  • en favorisant l’immigration chrétienne
  • en bonifiant l’aide à la rénovation des lieux de cultes historiques
  • en reconnaissant officiellement la religion chrétienne comme celle du Québec

Le mariage et la famille 
Les députés de ce parti seraient-ils prêts à voter pour des lois qui, tout en reconnaissant les éléments positifs qu’il pourrait y avoir dans certains autres types d’arrangements domestiques, affirmeraient l’importance primordiale du mariage traditionnel pour le bien commun de la société québécoise ?

• en faisant la promotion de la famille traditionnelle par tous les moyens dont dispose l’État 
• en bonifiant l’aide aux nouveaux parents
• en offrant des prestations pour les familles au lieu de subventions pour garderies
• en allouant une aide financière aux aidants naturels 
• en encadrant davantage la Direction de la protection de la jeunesse (DPJ)

L’éducation
Les députés de ce parti seraient-ils prêts à voter des lois qui augmenteraient la possibilité d’une éducation chrétienne intégrale ou, du moins, qui augmenteraient la diversité du choix scolaire offert aux parents et à leurs enfants ?

• en octroyant une somme fixe pour la scolarité de chaque enfant (le « chèque » ou « bon » scolaire) et laisser alors les parents choisir l’école publique ou privée qu’ils privilégient
• en facilitant la reconnaissance des compétences pédagogiques d’enseignants venant de l’extérieur de la province 
• en augmentant la liberté pédagogique des écoles tant sur le plan du recrutement des enseignants que celui des programmes
• en abolissant l’obligation d’enseigner le programme d’éthique et de culture religieuse
• en abolissant l’obligation d’enseigner le programme d’éducation sexuelle

L’avortement 
Les députés de ce parti seraient-ils prêts à voter pour des lois qui tendraient à faire diminuer de façon significative le nombre d’avortements au Québec ?

• en cessant le financement public de l’avortement 
• en supprimant les zones d’interdiction de liberté d’expression (dites « de sécurité ») autour des centres où il se pratique 
• en obligeant les centres d’avortement à appliquer les règles d’hygiène des blocs opératoires 
• en facilitant l’adoption et en faisant mieux connaître les modes d’adoption ouverte, semi-ouverte et fermée 
• en offrant davantage de ressources ou services aux femmes enceintes en difficulté désirant garder leur enfant 
• en reconnaissant la juste objection de conscience aux travailleurs en santé qui ne veulent en aucune manière participer à l’avortement ? 
• en proposant l’adoption comme solution pour les femmes ne désirant pas garder leur enfant et en facilitant le processus d’adoption des enfants par les familles traditionnelles
• en allouant une aide financière aux aidants naturels

L’euthanasie
Les députés de ce parti seraient-ils prêts à voter pour des lois qui tendraient à faire diminuer de façon significative le nombre d’euthanasies (« aides médicales à mourir ») au Québec ?

• en cessant le financement public de l’euthanasie 
• en encourageant davantage les soins palliatifs (sans euthanasie ni suicide assisté) 
• en reconnaissant la juste objection de conscience aux travailleurs en santé qui ne veulent en aucune manière participer à l’euthanasie
• en allouant une aide financière aux aidants naturels

Les résultats de notre enquête 

Coalition Avenir Québec

Le parti de François Legault se veut le parti du « changement ». Il est également le parti « identitaire », résolument fédéraliste, mais prônant la survie du peuple québécois historique. Ce parti par contre ne conteste d’aucune façon le statu quo par rapport à l’avortement. Pour ce qui est de l’euthanasie, il envisage même de l’étendre aux personnes souffrant d’Alzheimer. Côté éducation, il prône la prématernelle à 4 ans, ce qui nous semble excessif : vaut mieux aider les parents à garder leurs propres enfants. Leur projet d’abolir les conseils scolaires pourrait être bénéfique, s’il en résultait que les parents et les directions d’écoles obtiennent un véritable contrôle sur leur projet scolaire, même religieux... Nous aimons bien leur promesse de soutien aux proches aidants et aux parents d’enfants lourdement handicapés. Nous n’apprécions par contre pas beaucoup leur promesse de « moderniser » le droit de la famille « pour protéger davantage les intérêts de l’enfant », car cela se traduit souvent par une augmentation des pouvoirs de l’État au détriment des parents, qui se voient harcelés par la DPJ et d’autres instances publiques.

Concernant la question de la laïcité, la CAQ prône l’interdiction des signes religieux dans la fonction publique. Nous aurions souhaité que cette interdiction de signes « ostentatoires » (p. ex. voile islamique) soit accompagnée d’une affirmation... du christianisme.

Le Parti Libéral du Québec

C’est le parti qui se veut l’incarnation de la « Révolution tranquille », celle-là même qui a vu le Québec, par ses élites, rompre avec le christianisme. Sous la gouverne de Jean Lesage, la province deviendra un état libéral francophone, sans plus. Ce parti se vante, sur son site Web, d’avoir institué le ministère de l’Éducation, « symbole le plus éclatant du progressisme porté par le Parti libéral du Québec ». C’est justement par ce ministère que des générations d’enfants ont subi une inoculation contre la foi chrétienne. Aujourd’hui, le Parti Libéral ne semble avoir de convictions que l’obtention et de la conservation de son emprise sur le pouvoir.

Le Parti Québécois

Ce parti qui, pour un certain temps, semblait incarner une légitime volonté des Québécois de protéger leur identité et leur patrimoine a vite été noyauté par une certaine gauche marxisante qui, hélas, est toujours très influente. Nous voyons d’un mauvais œil leur acharnement contre l’école privée (par la diminution « significative » de son financement), seul espoir pour les parents chrétiens qui souhaitent que la foi soit transmise convenablement à leurs enfants dans une institution chrétienne. Tout aussi décevant est la volonté du PQ de se plier aux lobbies LGBTQ2S..., indiquant sur leur site qu’il « intensifiera la lutte contre l’homophobie, que ce soit à l’école, dans les milieux de travail ou dans le sport professionnel et amateur » et ce, sans définir le terme « homophobie » qui, on le sait, est trop souvent appliqué à tort à tous ceux qui sont d’avis que l’homosexualité est moralement condamnable.

Québec Solidaire

L’aile gauche du parti... Libéral ! Pain béni pour ces derniers, le parti Québec Solidaire ne semble exister que pour priver le PQ de son aile gauche francophone et donc indéfiniment du pouvoir. Mondialiste, abortif, trans-tout, et somme toute marginal, ce parti ne vaut pas la peine qu’on s’y attarde.

Équipe autonomiste

Ce petit parti fait la promotion de plusieurs politiques louables. Leur volonté de faire de « la cellule familiale » une priorité est à encourager. Leur reconnaissance que certains mouvements revendicateurs féministes ont trop fait pencher la balance en faveur des femmes et au détriment des hommes se doit d’être saluée. Finalement, leur affirmation selon laquelle les Québécois doivent « se tenir debout devant les demandes déraisonnables venant de groupes de pression, quels qu’ils soient », nous semble prometteuse. Cependant, nous trouvons leurs propos trop vagues pour les appuyer pleinement.

Citoyens au pouvoir

Ce parti est fondé sur ce que nous croyons être, à la base, un faux principe : que seule la démocratie directe est véritablement légitime. À vrai dire, tout pouvoir vient de Dieu. Donc, est légitime tout représentant de ce pouvoir (qu’il soit élu, ou couronné, etc.) qui gouverne, avec prudence, selon la volonté de Dieu. Bien que nous ne niions pas les bonnes intentions qui animent certainement les fondateurs et militants de ce parti, nous ne pouvons certainement pas l’appuyer pleinement.

​Parti conservateur du Québec

Le chef de ce parti, Adrien Pouliot, est libertarien, donc prône un État minimal pour une liberté maximale de l’individu. Ces temps-ci où nous sommes sous l’emprise d’un État pratiquement athée, sa proposition peut sembler être un pis aller, car entre un État athée fort et un État athée faible, mieux vaut choisir l’État faible... Ce chef de parti ne s’intéresse pas vraiment à nos questions, mais tolère certainement la présence de pro-vie et pro-Dieu dans son parti, faute de mieux... Nous aimons la proposition de son parti d’abolir le cours Éthique et culture religieuse. Nous n’aimons pas, par contre, le fait que ce parti discrimine contre les parents choisissant d’élever eux-mêmes leurs enfants en demeurant au foyer, en octroyant leur allocation de garde proposée de 100 $ par semaine qu’à des foyers où « les deux parents soient sur le marché du travail à temps plein. »

Bilan final et recommandation de Campagne Québec-Vie

Le Parti Libéral, selon nous, incarne trop parfaitement le statu quo mortifère. Il est comme une tumeur dans le corps social qui survit par le clientélisme et avec l’appui de lobbies bien nantis. Aussi, il revendique pleinement son rôle de fondateur du « Québec moderne », c’est à dire d’un Québec apostat. Tant et aussi longtemps qu’il s’associera fièrement à la tragique Révolution tranquille, le parti libéral aura difficilement notre vote. Idem pour le Parti québécois, qui, au lieu de rejeter la clique marxisante qui l’a noyauté, l’a permis de gangrener son organisme au complet, faisant de ce parti une institution foncièrement anti-chrétienne et anti-vie. Les autres partis n’ayant pas de véritables chances de l’emporter, nous proposons donc, à contrecœur et du bout des lèvres, un vote stratégique pour la CAQ, le seul parti en mesure de déloger le Parti Libéral. Nous sommes trop conscients du fait que la CAQ n’apportera véritablement pas de grands changements au Québec. Aussi, nous ne serions pas surpris si plusieurs d’entre vous choisissent autrement, car, encore, aucun des partis que nous avons examinés n’a même droit à une note de passage. 

En cette quatrième journée de notre campagne de financement, merci de continuer à nous soutenir par la prière et par vos dons. Nous avons besoin de vous !>>

Vôtre pour la Vie,

Georges_Signature.jpg
Georges Buscemi, Président

Publicité



Laissez un commentaire