M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×
×

Campagne de financement - Avent 2020

tournant

290 $ recueillis -- Objectif : $7500 -- il reste 23 jours -- Merci de votre générosité !

Georges BuscemiCher ami, chère amie de la Vie,

Merci de votre don en ces temps où il faut faire preuve de foi et de persévérance. Avec votre aide, nous continuerons de faire la promotion de la foi, la famille et la vie, de la conception à la mort naturelle. Donnez généreusement.

Georges_Signature-transparent.png
Georges Buscemi, Président

Donner à Campagne Québec-Vie

Le journal de Québec interroge Campagne Québec-Vie sur la motion M-312!

Sur le site du Journal de Québec du 27 avril 2012:

 

 

« La Cour suprême s’est prononcée là-dessus. Rappelez-vous l’histoire de Chantal Daigle (1989). Tant qu’il n’est pas né, l’enfant n’a pas de droit, soulève Marie-Michèle Dubeau, directrice générale de SOS Grossesse. La femme est la personne la mieux placée pour faire le choix de garder ou non l’enfant. Il n’y a pas de moins bonnes ou de meilleures raisons, ça appartient à chacun. »

Cette position est réfutée par l’organisme Campagne Québec-vie. Le fœtus est un être humain dès sa conception, défend le groupe basé à Montréal. Accepter qu’une femme interrompt sa grossesse parce qu’elle vit des moments difficiles équivaut à donner sa bénédiction à un meurtre, soutient le groupe montréalais. « La mère pourrait utiliser ces mêmes raisons pour justifier qu’elle a tué son enfant de trois ans, lance la porte-parole Agnès Colantuoni. Ce n’est pas à nous de décider quand il est acceptable de tuer un être humain. Si la mère est en difficulté, il faut essayer de l’aider. Il faut augmenter le désir d’aider, avoir plus de compassion. »

L’idée qu’un enfant ait des droits seulement à sa naissance est injuste, selon Mme Colantuoni. « Si un enfant peut naître à sept mois, comment se fait-il qu’un enfant ne soit pas un être humain avant la naissance qui est la plupart du temps après neuf mois de grossesse? »

Le débat perdurera

Mme Dubeau croit que l’avortement continuera de faire couler de l’encre tant que les conservateurs seront au pouvoir. « Les groupes privés contre l’avortement poussent sur le gouvernement pour que la question de l’avortement soit rouverte, dit-elle. Le droit à l’avortement, on a de plus en plus l’impression que c’est remis en question, alors qu’on pensait que c’était un droit acquis. »


Campagne Québec-Vie a besoin de vous pour continuer ce combat pour le droit des enfants à naître. Merci pour vos prières et pour l'aide financière que vous nous apportez par vos dons.

Laissez un commentaire

Le gouvernement conservateur combat les droits de l'enfant à naître

Sur le site de Radio-Canada du 27 avril 2012:

 

(Stephen Harper et le whip du parti conservateur, Gordon O'Connor)

 

Les députés de la Chambre des communes ont débattu, en fin de journée, d'une motion qui pourrait rouvrir le débat sur l'avortement au pays. Cette motion, déposée en février dernier par le député conservateur Stephen Woodworth, réclame qu'un comité parlementaire se penche sur le statut juridique du foetus.

Une motion qui crée des remous

En Chambre, jeudi, l'opposition néo-démocrate a accusé le premier ministre de renier sa promesse électorale de ne pas ouvrir le débat sur l'avortement.

« Pourquoi le premier ministre a permis que soit rouvert le débat sur l'avortement? », a déclaré le chef du Nouveau Parti démocratique, Thomas Mulcair.

La députée néo-démocrate Françoise Boivin a de son côté accusé M. Harper de ne pas être « capable de contrôler son caucus ».

Le premier ministre dit toutefois avoir les mains liées. Selon les règles de la Chambre des communes, les députés peuvent en effet déposer des motions privées. Un comité parlementaire indépendant tranche alors sur la tenue, ou non, d'un vote en Chambre. De plus, les statuts du Parti conservateur veulent qu'il y ait des votes libres sur les enjeux moraux.

« Ce comité composé des trois partis a décidé, malheureusement à mon avis, qu'il y aura un vote. Et moi, je vote contre cette motion. » — Le premier ministre Stephen Harper

À la fin du débat, le whip en chef du gouvernement, Gordon O'Connor, a voulu dissiper tout doute sur la position de son gouvernement.

« Je veux que toutes les femmes puissent continuer à faire le choix de l'avortement, qu'elles reçoivent un soutien médical et qu'il n'y ait aucune menace de poursuites judiciaires. » — Gordon O'Connor
 
Selon la chef de bureau de Radio-Canada à Ottawa, Emmanuelle Latraverse, la députée néo-démocrate Françoise Boivin est allée voir M. O'Connor pour le remercier et lui dire qu'on comprenait maintenant quelle était la volonté du gouvernement dans ce dossier.

Un vote devrait être tenu à la mi-juin sur cette motion.

Le « statut juridique du foetus »

D'après Stephen Woodworth, les lois actuelles ne protègent pas les enfants avant leur naissance. Selon l'article 223 du Code criminel canadien, le foetus devient légalement un être humain lorsqu'il sort vivant du ventre de sa mère. Avant sa venue au monde, le bébé n'a donc aucune existence légale.

Le député ontarien souligne que cette définition des droits du foetus, qui remonte au 19e siècle, est archaïque et qu'il est temps de la revoir.

D'après le député de Kitchener-Centre, à la lumière des connaissances scientifiques dont nous disposons maintenant, cela ne fait aucun doute qu'un foetus est déjà un être humain avant de naître.

Conscient que sa motion pourrait relancer le débat sur l'avortement, Stephen Wooworth estime qu'il est temps d'avoir une « discussion honnête » sur la question.

Droit à l'avortement : le foetus dans les limbes. Depuis la décriminalisation de l'avortement par la Cour suprême en 1988, une série d'arrêts sont venus conforter ce droit, et toutes les tentatives législatives au Parlement pour en limiter l'accès ont jusqu'ici échoué.
 
Les partisans du libre choix se mobilisent

Le dépôt de cette demande de révision du Code criminel sur les droits du foetus provoque une levée de boucliers dans les rangs de l'opposition officielle et des organismes pro-choix.

Ces derniers accusent le gouvernement Harper de tenter de relancer le débat sur l'avortement de façon détournée en se servant d'un député d'arrière-ban.

Pour les opposants au projet, une reconnaissance des droits du foetus dans le Code criminel canadien aurait un impact certain sur l'accès et la légalité des services d'avortement offerts au pays.

« La question, elle s'arrête là où on dit qu'il appartient à la femme de choisir ce qu'elle fait avec son corps », déclarait par ailleurs la députée néo-démocrate François Boivin sur les marches du parlement.

Depuis plusieurs années, le premier ministre Harper répète qu'il n'a aucune intention de replonger le pays dans ce débat. Il s'était même engagé lors de la dernière campagne électorale à ne pas rouvrir cette question. Mais plusieurs députés conservateurs affirment ouvertement être en faveur d'un vote libre aux Communes sur la question. Les libéraux partagent également l'idée de se prononcer librement sur la question.

Laissez un commentaire

Radio-Canada n'en manque pas une... lorsqu'il s'agit du "droit" de tuer les enfants à naître.

40 personnes ont manifesté à Charlottetown hier soir... Sûrement que cela vous intéresse. Mais voilà, elles manifestaient pour le droit à l'avortement. Aussitôt, Radio-Canada va chercher la nouvelle. Si la chaîne publique avait l'honnêteté de couvrir de façon proportionnée la Marche pour la Vie et les contre-manifestations, nous aurions probablement le droit à une heure télévisée sur notre marche, ce 10 mai! Mais il ne faut pas rêver. Depuis ces débuts, la chaîne de télé vivant de nos impôts a toujours travaillé pour le meurtre des enfants à naître... Pour l'objectivité, mieux vaut regarder ailleurs.

Vous pouvez également lire le compte-rendu de Radio-Canada sur le débat d'hier aux Communes. Si notre radio pan-canadienne donne la parole à des députés pro-choix, elle ne rend pas la pareille aux députés pro-vies. Stephen Woodworth doit paraître complètement isolé...

Campagne Québec-Vie travaille à vous donner l'information qui ne vous parviendrait pas si vous ne comptiez que sur la chaîne nationale. Pour ce faire, nous avons besoin de votre soutien. Allez chercher l'information qui vous renseignera demande une présence constante à tout ce qui s'écrit sur les sujets bioéthique, et nous oeuvrons à vous donner un aperçu rapide de l'actualité. Merci de nous soutenir par vos prières et par vos dons.

Laissez un commentaire

Sondage La Presse sur l'avortement ce 27 avril 2012, allons voter!

Sur le site de La Presse du 27 avril 2012, on retrouve cette question du jour:

Le député conservateur Stephen Woodworth a rouvert le débat sur l'avortement aux Communes en déposant une motion pour qu'un comité parlementaire se penche sur la définition «d'être humain». Êtes-vous d'accord avec l'initiative du député?

Merci d'aller voter!

Laissez un commentaire

La chef du Parti Vert, Élisabeth May, défend le "droit" de tuer les enfants à naître...

Sur le site de la chef du Parti Vert, un discours reprenant les stéréotypes récurrents sur les "droits" d'éliminer les enfants à naître:

(Élizabeth May)

 

La motion M‑312 du conservateur Stephen Woodworth sur le statut juridique de l’avortement, qui sera déposée à la Chambre des communes aujourd’hui pour être débattue, rouvrira le débat acrimonieux sur l’avortement – et menacera du même coup les droits liés à la procréation âprement gagnés par les femmes canadiennes.

« Cette motion est une tentative indirecte de rouvrir le débat sur l’avortement », a dénoncé la chef du Parti vert du Canada et députée de Saanich—Gulf Islands Elizabeth May. « Le Parti vert s’oppose vivement à toute tentative des conservateurs de Harper de saboter le droit de la femme à obtenir un avortement sécuritaire et légal. Nous appuyons sans équivoque le droit fondamental de la femme de contrôler librement sa propre fertilité. »

Si le Parti Vert ne défend pas les êtres humains comme membres à part entière de l'écologie, à quoi sert-il?

Laissez un commentaire

Stephen Harper votera contre la motion M-312 visant à reconnaître l'humanité de l'enfant à naître!

Un article paru sur le site de Canoe.ca du 26 avril 2012:

 

(Stephen Harper)

OTTAWA – Le premier ministre Stephen Harper votera contre une motion présentée par un de ses députés, jeudi soir aux Communes, et qui aura pour effet de relancer le débat sur l'avortement.
 

Le député conservateur Stephen Woodworth doit déposer une motion, dans laquelle il demande qu'un comité spécial parlementaire soit créé et chargé d'examiner si un fœtus doit être considéré comme un être humain avant le moment de sa naissance.

Un débat des parlementaires aura lieu après le dépôt de cette motion, mais ce n'est que dans plusieurs mois qu'un vote devrait ensuite avoir lieu.

«C'est le droit d'un député de déposer une motion, c'est le droit de n'importe lequel des députés et le chef du parti ne contrôle pas ça», a lancé le premier ministre Harper, lors de la période de questions, jeudi, lorsque questionné à ce sujet par le chef du NPD, Thomas Mulcair.

Le premier ministre a aussi condamné la décision d'un comité parlementaire d'avoir au préalable permis qu'une telle motion soit déposée aux Communes par le député conservateur.

«Ce comité composé de trois partis a décidé, malheureusement à mon avis, qu'il y aura un vote et moi je vote contre cette motion», a renchéri le premier ministre.

Les partis d'opposition accusent pour leur part le gouvernement Harper de vouloir rouvrir le débat sur l'avortement par la porte d'en arrière en laissant un député d'arrière-ban présenter une motion en ce sens.

Le député conservateur ontarien a déjà indiqué qu'un fœtus doit être considéré comme une personne humaine avant le moment de la naissance.

«La définition d'être humain vieille de 400 ans du Canada dit que les enfants ne sont des êtres humains qu'au moment de la naissance complète, a déclaré récemment ce dernier, député de Kitchener-Centre. J'ai conclu que la science médicale moderne nous informera que les enfants sont en réalité des êtres humains à un certain point avant le moment de la naissance complète.»

Selon M. Woodworth, «les députés ont le devoir de ne pas accepter toute loi qui dit que certains êtres humains ne sont pas humains».

 

Laissez un commentaire

Une Rwandaise exprime clairement les raisons de refuser l'avortement au Rwanda, dans une entrevue à Radio-Canada!

Sur le site de Tam-Tam de Radio-Canada, une entrevue de deux femmes Rwandaises dont l'une se prononçe clairement contre l'avortement. À écouter en entier! (L'entrevue dure seulement 11 minutes et 58 secondes). L'une des invitées démonte l'argument selon lequel l'avortement légal doit être implanté pour lutter contre l'avortement clandestin. Son témoignage mérite d'être écouté, nous ne vous retranscrivons donc pas ses réponses, mais nous les conservons en mémoire comme de précieux outils pour les prochains articles!

Laissez un commentaire

Elton John veut adopter un second enfant

Une nouvelle parue dans le Journal de Québec du 26 avril 2012:

 

(David Furnish et Elton John)

 

Elton John et David Furnish se préparent à avoir un autre enfant via une mère porteuse, afin que leur fils ait un frère ou une soeur.

Ils sont devenus parents de Zachary, 13 mois, le jour de Noël en 2010.

Même s'ils craignent que leur fils soit stigmatisé d'avoir des parents gays, David Furnish a révélé qu'ils avaient envie d'avoir un autre enfant.

Il a confié au journal London's Evening Standard: «J'aimerais que Zachary ait un frère ou une soeur. Je pense qu'il serait mieux avec un frère ou une soeur plutôt que tout seul. Nous en parlons tout le temps. Mais à savoir quand, où et comment, rien n'a encore été décidé. Je pense que nous allons attendre cet été. Notre vie est très remplie, avec Elton qui travaille sans cesse et qui est sans cesse en tournée. Mais lorsque nous nous rendons chez nous en France, c'est à ce moment-là que nous pouvons nous asseoir et dire "OK, comment allons-nous faire?".»

David Furnish ajoute que le couple pense utiliser la même mère porteuse que pour Zachary, mais ils ne sauront pas qui est le père biologique.

Il explique: «Nous pourrions retourner voir la même donneuse et du coup, biologiquement, il y aurait une connection certaine entre les deux frères ou entre le frère et la soeur.»

"J'aimerais que Zachary ait un frère ou une soeur. Je pense qu'il serait mieux avec un frère ou une soeur que tout seul." C'est un sentiment qui honore son auteur. Mais pourrait-il aller au bout du raisonnement avec tout ce que cela pourra impliquer de sacrifices affectifs et dire: "J'aimerais que Zachary ait une mère et un père. Je pense qu'il serait mieux avec un père et une mère qui s'aiment et l'aiment lui aussi, plutôt qu'avec deux pères et être orphelin de mère?"

Laissez un commentaire

Le gouvernement conservateur veut porter en appel la décision qui légalise les maisons de débauche en Ontario

Un article paru dans le journal Le Devoir du 26 avril 2012:

(Rob Nicholson, ministre de la justice)

 

Toronto – Le gouvernement fédéral porte en appel un jugement de la Cour d’appel de l’Ontario qui légalise les maisons de débauche, a annoncé hier le ministre de la Justice, Rob Nicholson. 

Ottawa croit que la Cour suprême du Canada doit prendre une décision exécutoire dans ce dossier pour l’ensemble du pays, a indiqué M. Nicholson. Le ministre a déclaré devant la Chambre des communes que la prostitution est néfaste pour la société canadienne, parce qu’elle permet l’exploitation de certains de ses membres les plus vulnérables, particulièrement des femmes. En réponse à une demande présentée par trois travailleuses du sexe, la Cour d’appel de l’Ontario a invalidé le mois dernier la loi interdisant les maisons de débauche, parce qu’elle menace la sécurité des prostituées en les obligeant à travailler dans la rue. La Cour avait aussi reformulé la loi interdisant de vivre des produits de la prostitution afin de préciser qu’elle ne s’applique que dans les cas où il y a exploitation. Elle avait par contre maintenu la loi prohibant la sollicitation de clients par les prostituées. Le commerce du sexe comme tel n’est pas illégal au Canada même si plusieurs de ses activités sont interdites en vertu des trois lois examinées par la Cour d’appel de l’Ontario.

Laissez un commentaire

Le mouvement étudiant et l'avortement

Nous ne voulons pas intervenir dans le débat sur les frais étudiants. Nous croyons que la violence n'a pas sa place dans le débat. Malheureusement nous avons vu de nos yeux certains étudiants venir saccager délibérément les installations pour les 40 jours pour la vie. Ces manifestants nous déclaraient que nous n'avions pas le "droit" de manifester! De plus, sur les sites appelant les étudiants à descendre dans la rue, on peut trouver des appels à manifester pour l'avortement et contre la motion M-312 du député Woodworth. Cela n'a rien à voir avec le conflit étudiant. Il n'y a certainement pas eu de débats entre étudiants pour donner le mandat aux associations étudiantes de travailler pour l'avortement! Nous vous invitons à écouter maintenant cette émission radio retransmettant un discours enregistré de Gabriel Nadeau-Dubois. À vous de vous faire une opinion sur le leader de la Classe!

 

Laissez un commentaire