M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

L’Assemblée nationale française adopte définitivement la loi « bioéthique » : avortement, PMA, chimère, etc.

Billet de blogue d’Augustin Hamilton (Campagne Québec-Vie) — Photo : François Vanleene/Wikimedia Commons

Le 29 juin 2021, l’Assemblée nationale française a adopté le projet de loi dit de « bioéthique » lors de sa dernière étape par 326 voix pour et 115 contre, pendant que dehors La Manif Pour Tous manifestait son désaccord.

Que permet maintenant la nouvelle loi ? Rien moins que :

  • L’élargissement de la procréation médicalement assistée (PMA) aux femmes célibataires et aux « couples » de femmes, aux frais du contribuable.
  • Le bouleversement de la notion de paternité et de maternité (mais avouez que lorsqu’on fait quelque chose d’aussi abject que la PMA on bouleverse déjà ces notions, ce n’est que la suite logique) par le « droit » accordé aux « couples » de femmes de se faire reconnaître « parents » d’un même enfant…
  • L’autorisation de l’autoconservation des gamètes hors raisons médicales.
  • L’assouplissement du régime de recherche sur les cellules souches embryonnaires, fixant notamment à 14 jours la durée de la culture in vitro d’embryons humains « surnuméraires » de la PMA.
  • Assurer davantage l’information aux femmes sur les « risques » de malformations ou de défauts génétiques chez son bébé, selon la FSSPX.News :
    Quant à l’avortement : « l’information de la femme enceinte », quand il est recouru à de nouvelles techniques de génétique pour explorer un risque avéré de pathologie fœtale, est renforcée.
  • L’élimination d’un jumeau par avortement :
    Il est créé une nouvelle catégorie d’avortement, « l’interruption volontaire partielle d’une grossesse multiple en cas de mise en péril de la santé de la femme, des embryons et des fœtus ». Ce qui se réalisait avant au cours de PMA ayant abouti à une grossesse multiple, devient général.
  • L’autorisation de créer des « chimères » dans le but de produire des organes « humains » dans des élevages d’« animaux » :
    Enfin, la loi encadre désormais la production d’embryons chimères : les députés ont autorisé l’adjonction de cellules humaines dans un embryon animal. L’objectif de cette manipulation : produire des organes humains dans des élevages animaux, pour pallier la pénurie d’organes. A terme, il s’agit de développer un organe humain, à partir de cellules humaines implantées dans un embryon animal pourraient. L’embryon chimère serait ensuite dans un utérus de cochon, pour donner naissance à l’animal porteur d’organes humains. Un scénario déjà réalisé en janvier et avril derniers par deux équipes, qui ont réussi à créer des embryons chimères singe-homme.

Dernier trait de la loi, elle prévoit, encore une fois, une réévaluation de la loi de « bioéthique » dans sept ans comme celle à laquelle nous venons d’assister. Combien sera-t-elle pire ?

Consultez quotidiennement Culture de Vie, un site de nouvelles sur la foi, la famille et la vie, de Campagne Québec-Vie

Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !

Abonnez-vous à notre chaîne Youtube !



Laissez un commentaire