M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×
×

Campagne de financement Avent et Noël 2017

1926 $ recueillis (OBJECTIF: 5 000$) -- Il reste 12 jours avant la fin de notre campagne de financement. Merci de votre générosité.

Georges BuscemiCher ami, chère amie de la Vie,

Votre générosité nous permet de dire les vérités que d’autres ne peuvent simplement pas dire tout haut !

Merci de votre appui,

Georges_Signature-transparent.png
Georges Buscemi, Président

Donner à Campagne Québec-Vie

Eduardo Verastegui, acteur pro-vie, envisage de se porter candidat à l’élection présidentielle au Mexique en 2018

Eduardo-Verastegui-acteur-provie-election-presidentielle-Mexique-2018.jpgEduardo Verastegui

Par Reinformation.tv

La direction du parti Encuentro Social de l’Etat du Tamulipas a confirmé que des pourparlers sont en cours avec l’acteur et avec les responsables nationaux de la formation politique.

Si Encuentro Social n’entre pas dans un accord pré-electoral avec le Mouvement de la régénération nationale, a indiqué son président, ils présentera un candidat qui sera « probablement » Eduardo Verastegui, catholique affirmé après une période d’éloignement de l’Eglise et acteur principal du joli film provie, Bella.

Dimanche dernier, l’acteur participait à une cérémonie nationale de « Redressement, Réparation et Consécration » dans un stade de Mexico, pour demander pardon pour les péchés du Mexique – l’avortement notamment. La cérémonie était célébrée par le cardinal Juan Sandoval Iñiguez, ancien archevêque de Guadalajara.

Laissez un commentaire

Trafic d’organes d’enfants avortés : Planned Parenthood visé par une enquête du Département de la Justice de ce pays

enquete-Planned-Parenthood-trafic-organes-avortes.jpg

Par Olivier Bault (Reinformation.tv)

Le Département de la Justice américain a ouvert une enquête visant le géant de l’avortement Planned Parenthood. Cette enquête concerne les juteux profits réalisés par le Planning familial américain grâce à la vente illégale de tissus et organes humains prélevés sur les enfants avortés. Cette affaire, qui avait été révélée par la publication de vidéos tournées en caméra cachée par le Center for Medical Progress (CMP), a déjà fait l’objet d’un rapport à charge du Congrès des Etats-Unis. Du fait de l’opposition des milieux pro-avortement, il n’a cependant toujours pas été possible à Donald Trump de réaliser sa promesse de supprimer les subventions fédérales en faveur de Planned Parenthood.

Dans une lettre à la commission de la justice du Sénat, le Département de la Justice a demandé une copie des documents pris en compte par les sénateurs dans le cadre de leurs auditions. L’enquête du Département de la Justice est saluée par les organisations de défense du droit à la vie car sous la présidence Obama, ce même Département de la Justice avait refusé de faire respecter la loi qui interdit d’acheter et de vendre des tissus humains.

Laissez un commentaire Lire la suite

Né prématurément à 22 semaines et 5 jours, Benson prouve que la vie vaut toujours la peine qu’on se batte pour elle

benson.jpgBenson Artman.

Par Nancy Flanders (LiveActionNews) — traduit par Campagne Québec-Vie

Dans les premières heures du 4 novembre 2017, Megan Artman est entrée en travail à seulement 22 semaines et cinq jours de grossesse. Elle a donné naissance à son fils Benson et les médecins ont dit à Artman et à son mari Tim que leur fils micro-prématuré n'avait que quelques heures à vivre. Benson avait d'autres idées.

Benson est né avec un poids de seulement une livre et deux onces (510 g). Il était si prématuré que ses yeux étaient encore fermés. Malgré le sombre pronostic que les médecins prononçaient sur son compte, le cœur de Benson n'arrêtait pas de battre et ses poumons immatures continuaient de fonctionner. Il a été laissé avec sa mère pendant cinq heures car les médecins ne s'attendaient pas à ce qu'il vive et lui ont dit de tenir son fils alors qu’il mourait. Mais quand l'équipe médicale a vu quel combattant Benson s’avérait être, ils ont décidé de l'aider et l'ont transféré à l'unité de soins intensifs néonataux. Au bout de 36 heures, il ne consommait plus d'oxygène et présentait de légères améliorations.

Laissez un commentaire Lire la suite

Augmentation du nombre de femmes « bisexuelles » : la faute aux célébrités ?

Cara-Delevingne.jpegCara Delevigne

Par Jeanne Smits (Reinformation.tv)

Selon l’Office national des statistiques du Royaume-Uni – l’ONS – le nombre de femmes s’affichant comme bisexuelles a presque doublé en cinq ans. Leur nombre est passé de 142.000 en 2012 à 236.000 en 2016, une augmentation importante à laquelle correspond une augmentation moins rapide, mais néanmoins réelle, chez les hommes. Parmi toutes les catégories étudiées dans cette étude, c’est même la catégorie des femmes bisexuelles qui a connu la hausse la plus rapide en terme de pourcentage. Si celui-ci reste modeste, puisqu’il est passé de 0,5 à 0,9 % de la population féminine, la hausse n’en est pas moins fortement significative car il s’agit d’une minorité… très minoritaire. Mais qui est en voie de l’être moins. Et selon l’ONS, c’est en raison de l’image positive de la bisexualité favorisée par le nombre croissant de célébrités qui affichent la leur.

Que ce soit l’actrice britannique Cara Delevigne, ou Kristen Stewart qui incarne l’héroïne de la série très appréciée des adolescents, Twilight, ou encore la chanteuse Miley Cyrus, il ne manque pas de figures de référence, notamment pour les jeunes, qui se sont révélées lesbiennes ou bi. Et le simple fait suffit. Elles n’ont pas besoin d’aller convaincre : elles servent de modèles parce qu’elles sont jeunes, jolies, connues. Des exemples à imiter…

Laissez un commentaire Lire la suite

Après un colloque où les malthusiens étaient à l’honneur, l’Académie pontificale des sciences produit une déclaration sur le changement climatique et la santé

Academie-pontificale-sciences-declaration-changement-climatique-sante-colloque-malthusiens.jpg

par Jeanne Smits (Reinformation.tv)

L’Académie pontificale des sciences (PAS) a publié il y a quelques jours une déclaration à l’issue de son colloque du 2 au 4 novembre à la Casina Pio IV dans les jardins du Vatican sur le thème de la « santé des personnes et de la planète » au regard de « notre responsabilité », dans le cadre d’une réflexion sur le « changement climatique, la pollution atmosphérique et la santé ». La liste des signataires est véritablement scandaleuse, puisqu’on y trouve aussi bien des malthusiens opposés à l’enseignement de l’Eglise comme Partha Dasgupta, Jeffrey Sachs ou Stephen Hawking que des politiques de gauche tout acquis à la culture de mort comme Jerry Brown, voisinant avec des ecclésiastiques comme le chancelier de l’académie, Mgr Marcelo Sanchez Sorondo, le cardinal de Florence ou Mgr Cesare Pasini de la Librairie apostolique vaticane.

La déclaration partage le ton alarmiste de tous les documents réclamant depuis plusieurs décennies une mobilisation mondiale contre des catastrophes qui se font décidément attendre : il resterait désormais « moins d’une décennie pour mettre en place ces solutions » rendues nécessaires par l’activité humaine nocive pour la Planète à l’âge de « l’Anthropocene ».

La déclaration de l’Académie pontificale sciences sur le changement climatique et la santé

Pas question, à la PAS, de remettre en doute « le dangereux réchauffement de la planète, laissant derrière nous le climat qui a permis le développement de la civilisation ». Et qui menace directement chaque être humain à travers de nouvelles maladies qui ne cesseront d’agrandir leur emprise : « maladie cardio-vasculaire, AVC, maladie pulmonaire, santé mentale, infection et cancer » ne sont que quelques malheurs qui vont s’abattre sur l’humanité parmi les déplacements de populations, les violences et les conflits. Un véritable nouveau corpus de dogmes qui n’ont rien de révélé.

Laissez un commentaire Lire la suite

Une nouvelle étude montre que toutes les formes de contraception hormonale entraînent un risque plus élevé de cancer du sein

contraception-hormonale-risque-cancer-sein-nouvelle-etude.jpg

Par Jeanne Smits (Reinformation.tv)

C’est un journal de gauche britannique qui l’affirme : qu’il s’agisse de la pilule ou d’autres formes de contraception hormonale, celles-ci sont associées à risque plus élevé de cancer du sein, un risque qui perdure cinq ans après l’arrêt de leur utilisation. The Guardian insiste pour dire que ce risque accru est « peu important », mais enfin il est là, et bien là, malgré l’insistance des propagandistes de la contraception pour dire que c’est un mythe. Risque « peu important » peut-être, mais tout de même de 20 % supérieur à celui présenté par des femmes non utilisatrices ».

« Cela reste très modeste pour celles qui ne sont pas déjà dans une catégorie à haut risque », affirme le journal. Sans doute – mais c’est certainement une augmentation de risque élevée au sein de la population féminine la plus exposée à cette maladie tueuse.

La contraception hormonale liée à un risque accru de cancer du sein

Selon The Guardian, « l’existence de ce risque accru est connue depuis quelque temps, mais on espérait que les formes plus récentes de contraception hormonale – comme celles qui ne dégagent que des progestérones – offriraient davantage de sécurité. » La nouvelle étude publiée par le New England Journal of Medicine démontre qu’il n’en est rien.

Laissez un commentaire Lire la suite

L’amour a été plus fort que mon viol

louise.jpg

Par Louise McLean (Secular Pro-Life Perspectives) — traduit par Campagne Québec-Vie

Mon nom est Louise McLean et je suis née à Terre-Neuve, je vivais à Bishop Falls jusqu’à l'âge de 10 ans. C'est à cet âge que mon père a obtenu un emploi à l'extérieur de la province et que ma famille a déménagé en Colombie-Britannique. Je suis aussi mère à cause d’un viol.

Quand j’avais 16 ans, j'ai rencontré mon premier petit ami quelque peu sérieux; après seulement 3 mois de fréquentations, il me viola. Nous n’avions pas de relations sexuelles, mais une nuit il s’est jeté sur moi en dépit de beaucoup supplications et de résistance pour l’arrêter. Deux mois après, je suis allée voir un médecin et entendis les mots « vous êtes enceinte. » J'ai été remplie d’une joie immédiate et un sourire traversa mon visage. J'ai essayé de contenir ce que je ressentais, parce que dans ma tête, je ne pouvais pas comprendre comment je pouvais être heureuse d'être enceinte d'un viol – mais mon cœur a gagné la bataille. Mon médecin m'a dit qu'il y avait des possibilités pour l'avortement, mais qu’il n'en ferait pas, je lui ai répondu que c'était bien ainsi, car je n'en voulais pas de toute façon.

Il y a 40 ans, les filles-mères, les grossesses d’adolescentes et les viols avaient de tels stigmates attachés à eux. Je ne voulais pas le dire à mes parents parce que j'avais peur qu'ils pensent que le précieux petit bébé qui grandissait en moi était quelque chose à « prendre en charge ». Ma fille innocente avait peut-être été conçue dans un viol, mais elle n'en était pas moins digne de protection et d'amour. Donc, la meilleure façon de la protéger était de cacher le fait que j'étais enceinte et les circonstances entourant sa conception.

Laissez un commentaire Lire la suite

Né avec 80% de son cerveau manquant, Jaxon étonne encore les médecins alors qu’il va fêter ses 3 ans

jaxon.jpgJaxon et sa mère.

Par Nancy Flanders (LiveActionNews) — traduit par Campagne Québec-Vie

Avant même que les parents de Jaxon ne l’aient vu, Dieu avait un plan pour lui. Cela parait évident dès que ses parents, Brandon et Brittany, ont commencé à se fréquenter. Le couple avait beaucoup de choses en commun, et notamment un souhait en particulier se démarque du reste. Tous les deux ressentaient le désir d’avoir un enfant : un garçon. Ce qui est étonnant, c’est comment la vie allait se passer pour eux ! Après leur mariage et le début de leur grossesse, ils ont en effet appris qu’ils attendaient un garçon. Dès le lendemain de cette merveilleuse nouvelle, on leur a dit que leur fils était atteint d’une maladie qui mettait sa vie en danger. Mais l’amour a surmonté les obstacles et le 27 aout 2017, Jaxon et sa famille ont fêté son troisième anniversaire.

« Les médecins ne peuvent pas nous dire ce que le future nous réserve, » explique Brandon Buell. « Bien qu’il lui manque 80 pourcents de son cerveau, il est plus fort que jamais. Il ne montre aucun signe alarmant quant à sa santé. Nous sommes tellement fiers de lui. C’est un petit garçon très costaud tel qu’il l’a toujours été depuis le début. »

Pendant la grossesse, la forme et la taille de la tête de Jaxon ont provoqué quelques inquiétudes et, alors que les docteurs n’aient pas eu de diagnostic certain à son propos, ils ont néanmoins conseillé les parents d’avorter. Irrités par la promptitude avec laquelle les médecins faisaient passer leur fils pour pertes et profits, Brittany et Brandon ont faits tous les tests possibles et sont rentrés chez eux pour discuter de la situation. Brittany était enceinte de 23 semaines et le couple avait une semaine pour décider s’ils aurait ou non recours à l’avortement.

Laissez un commentaire Lire la suite

Victoire pour les parents de ce pays : l'idéologie du genre ne figurera plus dans les programmes scolaires

Dont_mess_with_my_children_touche_pas_a_mes_enfants-perou.jpgLes Péruviens protestent contre l'idéologie du genre dans les écoles — photo du site LifeSiteNews.

Par Reinformation.tv

La manifestation de plus d’un million de Péruviens a porté ses fruits : le gouvernement a retiré toute mention de l’idéologie du genre dans les programmes obligatoires, annulant le curriculum modifié en 2016 qui est remplacé par la version de 2009.

La mobilisation sous le hashtag #ConMisHijosNoTeMetas (ne te mêle pas de mes enfants) a démarré dans les mois qui ont suivi la publication des nouveaux programmes et s’est accompagnée de plusieurs marches, tandis que la conférence épiscopale du Pérou appuyait les demandes des parents.

Laissez un commentaire

Le comité des droits de l’homme de l’ONU exige la fin des sanctions pénales pour avortement dans ce pays

comite-droits-homme-ONU-fin-sanctions-penales-avortement-Republique-Dominicaine.jpg

Par Reinformation.tv

Il s’est dit « inquiet » de voir la possibilité de punir l’avortement volontaire de jusqu’à 20 ans de prison dans l’île des Caraïbes [République Dominicaine], affirmant que cela avait pour corollaire « un nombre élevé d’avortements dangereux ». 

« L’Etat doit modifier sa législation pour garantir l’accès à l’interruption volontaire de la grossesse légale, sûre et effective », déclare le rapport du comité qui réclame la dépénalisation générale de l’avortement, outrepassant largement le domaine de compétence de l’ONU.

Parmi les membres du comité de l’ONU signataires du rapport on retrouve l’avocat tunisien Yadh Ben Achour [...].

Dans le même rapport, l’ONU réclame la généralisation de l’éducation sexuelle en République Dominicaine et réclame la mise en place de lois de protection des LGBTQI que devraient accompagner selon le comité de programmes de sensibilisation des fonctionnaires à « la tolérance et au respect de la diversité ».

Laissez un commentaire