M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

Une femme née suite à un viol déclare : L’avortement ne guérira jamais les conséquences d’abus sexuels

Bethania-Herrera-Ecuador.jpg

Par LiveActionNews - traduit par Campagne Québec-Vie

Bethania-Herrera-and-her-mom.jpgMon nom est Bethany. J’ai 19 ans et suis originaire de l’Équateur, en Amérique du Sud. 

Quand j’avais à peu près 9 ans, j’ai appris que j’étais née suite à un viol. Étant encore très jeune, je ne compris pas ce que cela voulait dire, mais quelques années plus tard, ma mère me confia plus de détails sur son expérience. 

A l’âge de 23 ans, elle travaillait dans la compagnie de mon père biologique. Un jour, ce dernier la drogua et la viola. Quelques mois plus tard, elle se rendit compte qu’elle était enceinte. Elle se sentit souillée et tomba dans une dépression, jusqu’à vouloir se suicider. 

Pour aggraver la situation, quand ma grand-mère apprit que ma mère était enceinte, elle l’a chassée de la maison, sans vouloir entendre les explications de ma mère.

Laissez un commentaire Lire la suite

Avortement : la dissidente canadienne Mary Wagner de retour en prison

mary-wagner2.JPG
Photo: LifeSiteNews

Par Olivier Bault (Journal Présent) 

Nous avons déjà parlé dans Présent de Mary Wagner, cette Canadienne catholique de 42 ans qui totalise désormais quatre ans et demi de sa vie en prison, mais qui peut se targuer d’avoir contribué à sauver plus de cent vies humaines. La dernière fois, c’était le 12 décembre dernier, pour la fête de Notre-Dame de Guadalupe, patronne des enfants à naître, dans un avortoir de Toronto où elle cherchait à convaincre les femmes venues se faire avorter de garder leur enfant. Mais cela lui a valu d’être arrêtée et de passer son troisième Noël de suite en prison puisqu’elle avait l’interdiction de s’approcher de tout lieu où l’on avorte après sa libération de prison le 26 avril dernier. Elle avait alors purgé une peine de quatre mois et demi de privation de liberté pour la même raison, comme toutes les fois précédentes. Sa méthode, totalement non violente, consiste à s’approcher de chaque femme, l’une après l’autre, en lui demandant avec douceur pourquoi elle veut tuer son enfant et en lui assurant qu’elle peut obtenir de l’aide et que Jésus l’aime.

Laissez un commentaire Lire la suite

Joseph Chamie, expert en démographie prédit le « Renversement historique » où il y aura plus de vieux que de jeunes

enfant.JPG

Par Anne Dolhein (Réinformation.tv)

Un ancien directeur du Fonds de la population de l’ONU (FNUAP), récemment retiré de ses fonctions de directeur de la recherche au Center for Migration Studies, vient de publier une tribune où il annonce que le nombre de nations du monde ayant atteint le point d’inversion démographique où les enfants deviennent moins nombreux que les personnes âgées a atteint aujourd’hui la trentaine et devrait doubler d’ici à 2031. Ce  Renversement historique », comme le qualifie Joseph Chamie, constitue une véritable rupture où les vieux prennent progressivement le pas sur les jeunes, avec des conséquences lourdes face auxquelles il ne voit guère de solution efficace.
 
Le pessimisme de Joseph Chamie est d’autant plus remarquable qu’il a dirigé une institution – le Fonds de la population de l’ONU – qui a largement contribué à la diffusion de la contraception et de différentes formes de mise en place du contrôle de la population, choisies ou non.

Laissez un commentaire Lire la suite

Une belle mort pour la belle province? L'euthanasie à la hausse au Québec

syringe-957260_640.jpg

Par Paul-André Deschesnes

À la une, en première page, on annonce ce matin que l’euthanasie est en très forte hausse au Québec. Pourtant, dans un aveuglement volontaire de grande naïveté, notre gouvernement avait prévu autour de 40 à 50 euthanasies par année, lors de l’adoption de sa loi inique en 2015.

«C’est un moment de très grande humanité» claironne haut et fort le  Dr. Alain Naud dans le journal Le Devoir du 10 janvier 2017. Le bon docteur et le Journal Le Devoir se réjouissent de cette grande popularité pour l’euthanasie au Québec. Enfin, l’euthanasie est banalisée et généralisée partout dans notre belle province !

Voici quelques chiffres qui annoncent l’horreur  morbide à venir pour 2017 : en 2016, il y a eu 504 demandes pour une euthanasie. Seulement 317 ont été acceptées, car les balises au  Québec sont plutôt sévères. Le Docteur Naud dénonce férocement ces balises qui «sont des entraves à l’accès à ce soin de santé devenu indispensable au Québec».

Laissez un commentaire Lire la suite

Un ‘Trans-Age’ ? Un père vit comme une fillette de 6 ans après avoir abandonné sa femme et leurs 7 enfants

Stefonknee_Wolscht_810_500_55_s_c1.jpg

Par Dustin Siggins (LifeSiteNews) - traduit par Campagne Québec-Vie

21 décembre 2015 -  Sept enfants et 23 années de mariage n’ont pas empêché Stefonknee Wolscht d’abandonner sa famille. 

Aujourd’hui, six ans plus tard, le transsexuel canadien à la voix profonde et précédemment connu sous le nom de “Paul”, déclare qu’il vit maintenant comme une fillette de six ans. 

Wolscht déclare ceci dans une vidéo publiée par le journal The Daily Xtra en partenariat avec le Projet Transsexuel : « je ne peux nier avoir été marié. Je ne peux nier que j’ai des enfants. » Mais il a aussi dit que le fait de vivre comme une enfant de six ans avec le soutien de deux amis plus vieux lui servant de parents « constitue sa façon d'avancer. »

Laissez un commentaire Lire la suite

Des vidéos d'échographie montrent des bébés à naître chanter dans l'utérus

Ultrasound.jpg

Par Kristi Burton Brown (LiveActionNews) - traduit par Campagne Québec-Vie

Des scientifiques innovants à l'Institut Marques de Barcelone, en Espagne, ont fait une découverte étonnante. Les bébés nés prématurés peuvent entendre et réagir à la musique beaucoup plus tôt que prévu.

“Pour la première fois,” il peut être prouvé scientifiquement qu'un bébé prénatal détecte et réagit au son à 16 semaines de gestation.

L'Institut Marques rapporte que :

"Ultrasound", le journal de la British Medical Ultrasound Society (BMUS), a publié notre étude intitulée “Expression Faciale Fœtale en Réponse à la Musique Transmise Intravaginalement,” un projet de recherche novateur sur l'audition fœtale.

Ce rapport explique que, à partir de la 16eme semaine de grossesse, une réaction existe à la musique livrée par voie intravaginale, exprimée par des mouvements spécifiques de la bouche et la langue.

Notre hypothèse initiale suggère que la musique crée une réaction qui se manifeste comme des mouvements de vocalisation, car elle active les circuits du cerveau qui stimulent le langage et la communication. En d'autres termes, l'apprentissage commence dans l'utérus.

Laissez un commentaire Lire la suite

L’euthanasie sort de tout contrôle alors que les Pays-Bas l’autorisent pour les alcooliques

needle-672.jpg

Par Cassy Fiano (LiveActionNews) - traduit par Campagne Québec-Vie

Le 29 novembre 2016 - Les Pays-Bas font partie des pays les plus favorables à l’euthanasie dans le monde, autorisant les gens à en finir avec la vie pour virtuellement n’importe quelle raison. Et il est désormais prouvé que cela inclut l’alcoolisme. BioEdge nous informe sur un nouveau livre écrit par le journaliste néerlandais Marcel Langedijk, racontant les détails de l’euthanasie de son frère alcoolique, Mark.

Mark buvait depuis huit ans et avait été 21 fois en cure de désintoxication, sans succès. Il avait le soutien de sa famille, avait été marié et avait deux enfants. Il n’avait jamais été en mesure de vaincre sa dépendance et était en souffrance physique et psychologique. Mark avait demandé l’autorisation d’être euthanasié, ce qui lui avait été donné. Le livre de M. Langedijk sur l’histoire de son frère doit sortir l’année prochaine.

Cette nouvelle est tout sauf surprenante, venant des Pays-Bas, pays où il semble n’y avoir aucune limite à la culture de mort. En début d’année, il était annoncé que le gouvernement néerlandais voulait étendre son programme d’euthanasie de manière à inclure toute personne ressentant que sa vie est « accomplie ». La loi doit être adoptée en 2017.

Laissez un commentaire Lire la suite

Une infirmière témoin d’un avortement : « J’ai vu la mort d’un être humain miniature »

pregnancy_stages_s9_12_weeks.jpg

Par Sarah Terzo (LiveActionNews) - traduit par Campagne Québec-Vie

« Le foetus est éjecté humide, chaud, rouge, et couvert de mucus. Ses membres sont fléchis. Sa tête et son menton sont courbés contre sa poitrine. C’est un être humain miniature qu’on réveille de son sommeil trop tôt. » 

Dans un article datant de décembre 2013, j’avais raconté l’histoire d’une infirmière qui était très convaincue de ses opinions pro-choix, jusqu’au moment où on lui demanda son assistance dans des procédures d’avortement. Elle a admis avoir été très secouée par ce qu’elle a vu. Elle a décrit son expérience dans le livre The Zero People (en français, «Les personnes zéro », un recueil d’articles de différents auteurs sur le sujet de l’avortement). Dans l’article que j’avais écrit pour Live Action News en 2013, j’avais décrit les doutes que l’infirmière avait eus et comment elle avait commencé à changer d’opinion sur la question de l’avortement. Je voudrais maintenant revoir son témoignage en plus de détail et décrire les procédures dont elle a été témoin. 

Les avortements auxquels elle avait assisté étaient initiés par une injection de prostaglandine, une méthode que l’on emploie rarement de nos jours. La prostaglandine est une substance qui existe à l’état naturel dans le corps, mais elle cause des contractions fortes lorsqu’on l’administre en grande dose à une femme enceinte. L’infirmière décrit ce qui arrive lorsqu’on utilise cette méthode : 

Laissez un commentaire Lire la suite

Le mensonge des LGBT a été découvert et ils ne sont pas du tout contents

parade-gaie.jpg

Par REAL Women - traduit par Campagne Québec-Vie

15 novembre 2016 – Ceux qui déterminent nos prétendues “valeurs”, en l’occurrence le petit mais puissant groupe de chercheurs, les médias de grande diffusion ainsi que les activistes homosexuels le font en essayant d’imposer d’étranges mythes et d’étranges idées qui ne jouissent d’aucune base scientifique. 

Ces mythes comprennent celui selon lequel les homosexuels sont “nés comme ça”, ne peuvent pas changer et doivent être acceptés pour “qui ils sont”. Par ailleurs, ceux qui revendiquent un genre différent de leur genre biologique, c’est-à-dire les transsexuels qui “se sentent” appartenir à un autre genre que leur genre de naissance, doivent être acceptés en l’état. 

Le public devrait faire abstraction de son intelligence,  du bon sens et avec respect, vouer obéissance collectivement à ces avis “d’experts”. Cependant, ces avis ne sont que de la pure foutaise. 

Nous savons instinctivement qu’ils ne sont pas authentiques ou qu’ils ne méritent pas notre confiance. Cependant, les créateurs de mythes essaient par la force de la loi de nous imposer leurs idioties; ils claironnent que c’est de la “discrimination” que de refuser  d’accepter les mythes comme vérité.  Les juridictions qui ne respectent pas leurs règles sont économiquement sanctionnées, on interdit aux parents de protéger leurs enfants d’horribles lois relatives aux “salles de bains” qui permettent aux hommes d’utiliser les douches et les vestiaires réservés aux femmes. Tout cela, c’est de la fraude basée sur une propagande dépourvue de toute légitimité scientifique.

Laissez un commentaire Lire la suite

Violée à l’adolescence, elle choisit la vie pour son enfant et ne regarda pas le passé

0-courage.jpg

Par Nancy Flanders (LiveActionNews) - traduit par Campagne Québec-Vie

Alors à l’école secondaire, Lauran Bunting eut des sentiments pour un garçon plus vieux qui affirma respecter sa décision d’attendre avant d’avoir une relation sexuelle. Les parents de Lauran n’étaient pas très contents que leur fille sortait avec celui-ci ; elle allait à l’encontre de leurs vœux. Puis, un jour, elle se retrouva dans une situation terrifiante avec ce copain en qui elle avait confiance. 

“Nous jouions au basketball. Puis nous allèrent au garage pour prendre un petit rafraichissement, et c’est alors qu’il décida de ne pas respecter sa parole,” expliqua-t-elle. “Il voulait avoir une relation sexuelle, et je le suppliai et l’implorai, mais il me força dans son garde-robe puis m’obligea à avoir une relation sexuelle avec lui.” 

Peu après, Bunting découvrit qu’elle était enceinte. Elle informa ses parents de la grossesse, mais il lui fallut beaucoup de temps pour se confier à eux au sujet du viol. Lorsqu’elle se confia finalement, ses parents firent preuve de compassion et d’amour. Même si son père voulut qu’elle avorte son bébé avant qu’il apprit que c'était un viol, Bunting refusa. Celui-ci et sa petite-fille devinrent meilleurs amis après sa naissance.

Laissez un commentaire Lire la suite