M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

Campagne de financement pour Noël 2016. L'objectif est de 5 000 $. Merci de nous aider avec un don spécial en ce temps des fêtes !

35 $ recueillis (OBJECTIF: 5 000$) -- Merci de donner pour protéger la Vie !

Donner à Campagne Québec-Vie

Enceinte et inquiète?

Si vous êtes inquiète de vivre une grossesse, ou si vous connaissez une femme qui est enceinte et que vous aimeriez la soutenir, appelez ce numéro. Vous pouvez ainsi prendre connaissance des services qui s'offrent à vous.

FB-pic.JPG

Lettre à une femme enceinte en détresse

Tu es dans une angoisse profonde parce que le père de ton enfant ne te supporte pas ou pire encore, tient à ce que tu avortes. Peut-être ta famille te pousse à te débarrasser de ce poids constant. Il y a mille autres raisons qui t’incitent à faire ce choix.

Laisse-moi te parler quelques instants.

On te dira bientôt que l’enfant à naître est une crevette, qu’il n’existe pas encore, qu’il ne peut ressentir la douleur… Tu sais bien que c’est faux. Si tu essaies de te convaincre de la véracité de leurs arguments, tu commences un processus de déni, tu renies tes sentiments propres et ta raison face à cet enfant qui est là, peut-importe la façon dont tu envisages le problème.

Du déni, si tu te fais avorter, tu passeras peut-être à l’agressivité envers ceux qui, par le rappel de cet enfant en toi, te replonge constamment dans cette douleur que tu cherches à écarter, celle de ton cœur se souvenant de ton enfant, tué avec ton consentement. La plus grande des douleurs…

Si tu t’es fait avorter déjà, tu as besoin d’aide pour ne pas t’enfoncer toi-même dans la culpabilité et l’auto-punition. Demande de l’aide psychologique et spirituelle, parle autour de toi, ne laisse pas le silence t’étouffer.

Il n’y a rien de plus douloureux que d’avoir laissé mourir son enfant… Alors que tu aurais tellement voulu que quelqu’un ait véritablement compassion de toi et t’aide vraiment. On t’a poussé à l’avortement, on est resté indifférent. Appelle à l’aide… Je te mets les références de quelques organismes d’aide qui sauront te comprendre, te soutenir et peut-être un jour pourras-tu même accompagner d’autres femmes ayant subi les mêmes blessures. Peut-être pourras-tu un jour travailler à ce que personne ne vive ce que tu as vécu, que toujours l’enfant soit accueilli pour lui-même, aimé d’une façon ou d’une autre, garder, donner ou confier en adoption. Tant de couples stériles désirent aimer un enfant.

Ne désespère pas, le soleil reviendra.

Témoignage: Je sais maintenant que l'avortement apporte que douleur et regrets

Nous avons tout dernièrement reçu la lettre que vous pouvez lire ci-dessous...

En regardant votre site internet, j'ai été très touchée par ce paragraphe :

« Il n'y a rien de plus douloureux que d'avoir laissé mourir son enfant alors que tu aurais tellement voulu que quelqu'un ait véritablement compassion de toi et t'aide vraiment. On t'a poussé à l'avortement, on est resté indifférent. Appelle à l'aide. Je te mets les références de quelques organismes d'aide qui sauront te comprendre, te soutenir et peut-être un jour pourras-tu même accompagner d'autres femmes ayant subi les mêmes blessures. Peut-être pourras-tu un jour travailler à ce que personne ne vive ce que tu as vécu, que toujours l'enfant soit accueilli pour lui-même, aimé d'une façon ou d'une autre, gardé ou confié en adoption. Tant de couples stériles désirent aimer un enfant. »

Dommage que je n'aie pas connu votre organisme avant...

Il y a déjà plus d'un an (même si on dirait que c'est arrivé hier), j'ai choisi l'avortement. Je ne voulais pas vraiment mais je me suis laissé convaincre que c'était mieux pour ma santé de ne pas avoir cet enfant et personne ne m'a empêché de faire ce geste que je regrette de tout mon cœur maintenant.

Étant maman de 3 enfants, je sais exactement ce qu'un enfant apporte dans une vie. Malheureusement, je sais maintenant ce que l'avortement apporte dans une vie: que douleur et regrets. Cet enfant aurait été mon quatrième enfant. La peur m'a poussée dans ce terrible choix (peur que mes reins ne supportent pas une autre grossesse, peur de devoir élever les enfants seule car mon conjoint ne voulait pas 4 enfants...). Maintenant, je dois vivre chaque jour de ma vie avec cette douleur.

J'aurais souhaité que quelqu'un m'empêche de poser ce geste, que quelqu'un m'aide à tourner le dos à ce choix. Je suis certaine que si j'avais eu accès à quelqu'un qui aurait pu m'écouter et me montrer les conséquences néfastes de l'avortement, je ne l'aurais pas fait.

Malheureusement, lorsque l'on se rend à la clinique d'avortement, ils nous disent que tout va bien aller et que c'est le bon choix. Cependant, ils ne nous parlent pas des conséquences psychologiques de cet intervention: la tristesse, la culpabilité, les remords, la dépression. Ils disent que tout devrait être redevenu « à la normale » dans 2 semaines. La réalité est qu'il n'y a personne pour nous aider une fois le geste posé (de la part des cliniques d'avortement).

Si je pouvais aider ne serait-ce qu'une seule personne à ne pas vivre avec ce mal, j'aurais déjà gagné beaucoup. Je souhaiterais vraiment pouvoir soutenir et écouter les personnes qui, comme moi, ont fait ou s'apprête à faire le mauvais choix. J'aimerais savoir si vous avez besoin de personnes comme moi pour de l'écoute et/ou support téléphonique avant et/ou après avortement (comme bénévole).

Merci d'avoir pris le temps de me lire.

—Anonyme

photo__profil_01.jpg

1-855-871-4442

(514) 871-4442 à Montréal

sans frais partout au Québec

Par courriel aide@enceinteinquiete.org


Soyez le premier à commenter

S'il vous plaît activer votre compte en cliquant sur le lien que nous venons de vous envoyer par courriel.