M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×
×

Campagne de financement été 2017

3102 $ recueillis (OBJECTIF: 3 500$) -- Il reste 5 jours. Merci de donner ce que vous pouvez !

Georges BuscemiCher ami, chère amie de la Vie,

Grâce à votre appui, nous approchons du 5e anniversaire d’existence de notre site Web pro-vie Culture de Vie (www.cqv.qc.ca/blog). Depuis son lancement officiel, en automne 2012, nous avons accueilli près de 3 millions de lecteurs, en provenance des quatre coins de la planète. Et l’aventure se poursuit : depuis le début de cette année, 128 490 utilisateurs ont visité nos pages.

Nous restons à l’affût des récentes tendances vers le format télévisuel en-ligne. Les avancées technologiques actuelles, si fulgurantes, nous permettant d’acquérir, à prix modique, un équipement audiovisuel de qualité, vous verrez sous-peu des nouvelles et des chroniques vidéos pro-vie en-ligne, sur notre site et sur notre poste YouTube (www.youtube.com/user/CampagneQuebecVie). Merci de continuer à nous aider, par vos dons et vos prières, à répandre au Québec et dans le monde entier la vérité sur la Vie et la famille !

Pour la Vie,

Georges_Signature-transparent.png
Georges Buscemi, Président

Merci de nous aider à bâtir une culture de Vie. Donnez généreusement.

Donner à Campagne Québec-Vie

Une femme regrette son avortement après avoir vu son bébé de 12 semaines: "Ils m'ont trompée"

fetus-prenatal.jpg

Par Sarah Terzo (LiveActionNews) - traduit par Campagne Québec-Vie

Auparavant, j'avais écrit sur la façon dont les travailleurs des installations d'avortement mentent parfois aux femmes au sujet du développement de leurs bébés et sur les risques de l'avortement. Dans l'histoire suivante, une femme a découvert que les travailleurs d'avortement avaient menti au sujet de son bébé de la pire façon possible. 

Le site web Abortion Concern, maintenant hors ligne, avait publié l'histoire d'une jeune femme nommée Lynda qui avait eu un avortement. Elle avait été pressée par son petit ami, qu'elle a décrit comme étant "extatique" lorsque l'avortement fut terminé. 

Les doutes et les sentiments de tristesse ont commencé à faire surface durant la route de retour à la maison. Elle est devenue encore plus bouleversée quand son petit ami, qui avait promis de rester avec elle après l'avortement, l’a laissée seule.

×

Campagne de financement été 2017

Merci de nous aider à bâtir une culture de Vie. Donnez généreusement.

3102 $ recueillis (OBJECTIF: 3 500$) -- Il reste 5 jours. Merci de donner ce que vous pouvez !

Donner à Campagne Québec-Vie

En nous éloignant, je sentais comme si j'avais oublié quelque chose, ou laissé quelque chose derrière. Nous sommes retournés à la maison, et la promesse [de mon copain] d'être là avec moi, était totalement fausse. Il m'a laissée là toute seule. Au début, j'étais soulagée que c'était fini, et puis j'ai été frappée par la tristesse la plus écrasante, la plus énorme que j'aie jamais connue. 

Mais le pire était encore à venir. Lynda dit: 

J'avais aussi de très mauvaises crampes. Quatre jours après l'avortement, je me suis levée pour [aller aux toilettes] et j'ai senti que quelque chose n'allait pas à l'intérieur. Quand j’ai regardé le papier de toilette dans ma main, j’ai vu mon fœtus de 12 semaines. Sa tête était écrasée, et ses yeux étaient de chaque côté de sa tête. Son corps était attaché à la tête, et seul le bras droit et la main restaient. J'ai été choquée et horrifiée par ce que j'ai vu. 

La clinique d'avortement avait raté l'avortement et seulement enlevé une partie du bébé. À 12 semaines, l'enfant de Lynda était complètement formé. Il ou elle avait un cœur battant et des ondes cérébrales. Déjà capable de répondre au contact, il s'était retiré des instruments d'avortement. Au moment de sa mort, le bébé était déjà droitier ou gaucher. Il avait des poumons et aurait "respiré" du liquide amniotique, renforçant ses poumons pour respirer l'air après sa naissance. Non seulement il avait les mains et les doigts, mais aussi des empreintes digitales. Ces empreintes digitales le marquaient comme un individu unique qui n'avait jamais existé auparavant dans toute l'histoire et qui n'existera jamais.

À lire absolument: 

12 faits étonnants qui prouvent l'humanité de l’enfant à naître dès le premier trimestre

 

Le petit ami de Lynda a également vu le bébé: 

Mon copain l'a vu aussi. Il était debout dans la salle de bain en train de se raser. Il m'a entendu dire "oh mon Dieu," quand il se retourna pour voir ce que je tenais. Il a couru hors de la salle de bain, et a continué à répéter: "Je ne l'ai pas vu, je n'ai pas vu cela, je n'ai pas vu le bébé mort."

Je me suis assise là, les larmes coulant sur mes joues, alors que je tenais la main de mon bébé sur mon petit doigt, essayant de trouver des mots pour dire, pourquoi j'ai échoué cet enfant innocent. J’avais relégué mon copain là où il était juste un bruit dans l’arrière-plan. 

Lynda a appelé la clinique d'avortement et leur a dit ce qui est arrivé. Mais… 

Ils m'ont critiquée, car "un bébé ne se forme que jusqu'au dernier trimestre." Ils m'ont trompée quand ils m'ont tout d'abord dit cela. On n’a pas besoin d’être un scientifique pour savoir à quoi ressemblait une main miniature, avec quatre doigts et un pouce, ou pour savoir ce que j'avais dans ma main ce jour-là. 

Lynda a coulé dans ce qu'elle a appelé une "dépression profonde." Elle a cherché du conseil post-avortement par l'intermédiaire d'une église locale, mais dit que cela lui a fait sentir encore plus coupable. Sans surprise, sa relation avec son petit ami s'est effondrée:

La nuit, je me couchais dans le lit, en sanglotant tranquillement, afin de ne pas réveiller mon copain, qui était devenu exigeant, insensible et n’offrant pas de soutien, et ne pouvait pas traiter avec moi, étant donné que je ne pouvais pas "tout simplement la surmonter." Ma relation avec lui a pris fin. 

Lynda a terminé son témoignage en disant: "Je crois que les médecins d’avortement nous trompent." Elle a affirmé qu'elle n'aurait pas eu un avortement si on lui avait dit la vérité. 

Bien que voir son bébé mutilé après un avortement chirurgical est très rare, malheureusement, se faire mentir par l'industrie de l'avortement ne l’est pas. Lisez plus de témoignages de femmes qui ont été induites en erreur et ont regretté leur avortement.

Campagne de financement été 2017. Merci de votre contribution ! L'objectif est de 3500$.

Enfant à naître

Merci de nous aider avec un don spécial.

3102 $ recueillis (OBJECTIF: 3 500$) -- Il reste 5 jours. Merci de donner ce que vous pouvez !

Donner à Campagne Québec-Vie


Laissez un commentaire