M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

Une mère courageuse, atteinte du cancer, refuse l'avortement et donne le jour à des jumeaux en bonne santé

becky_anderson.JPGLa courageuse mère Becky et ses jumeaux Preslee et Buddy

Par la Lifesitenews traduit par Campagne Québec-Vie

26 Mai, 2017 (SPUC-- Becky Anderson a rejeté les conseils du médecin et sauvé ses jumeaux à naître, en dépit du fait que son médecin lui ait dit que son cancer du col de l’utérus pouvait la tuer.

Becky, de Portsmouth, qui était déjà mère de deux enfants, Morgan,18 ans et Phinley, 9 ans, a découvert qu’elle était enceinte, au mois de mai 2016. Mais à peine deux mois plus tard, une biopsie donna un résultat anormal, et on lui apprit alors qu’elle avait le cancer du col de l’utérus.

D'autres tests, lorsque Becky était à sa quinzième semaines de grossesse, montrèrent que le cancer se limitait au col de l'utérus et qu’elle n’aurait pas besoin de chimiothérapie.

Elle a déclaré au Sun: « C’était un tel soulagement d’entendre que le cancer ne s’était pas propagé. Mais dès que la nouvelle tomba, mon premier souci fut pour mes jumeaux à naître. J’ai demandé au docteur si tout était beau de leur côté.

Publicité

Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !

Un choix douloureux

Les docteurs offrirent à Becky une terrifiante alternative -- arrêter la grossesse et commencer le traitement tout de suite, ou alors prendre le risque que le cancer ne se propage.

« Ils voulaient me faire une hystérectomie la semaine suivante, a déclaré Becky, mais j’ai été catégorique, je ne voulais pas d’avortement »

Ce n’est pas clair dans cette histoire si, par « avortement » on entendait l'hystérectomie, un traitement contre le cancer qui aurait eu comme effet involontaire et secondaire la mort des jumeaux, ou s'il s'agissait d'un véritable avortement pratiqué dans le but d’attaquer mortellement les jumeaux.

« Je suis passée d'une joie sans mélange au comble du désespoir, a poursuivi Becky, me demandant si j’allais vraiment survivre… je savais qu'il me fallait survivre dans l’intérêt de mes enfants. Les laisser n'était pas une option »

Un risque que je voulais prendre pour sauver mes chers bébés

Cette courageuse mère ne voulait même pas considérer l’idée de se faire enlever l'utérus -- ce qui aurait signifié que ses jumeaux seraient parti avec: « Je n’ai jamais douté de ma décision un seul moment -- il était impossible que je me débarrasse de mes chers bébés.

becky_anderson_1.jpg

Une équipe d'au moins 20 docteurs et infirmières ont aidé à l'accouchement et à l'opération

« Je n’ai pas arrêté de penser que leur vie commençait tout juste et que la mienne pourrait finir, mais c’était un risque que je voulais prendre. »

Les médecins ont donc attendu que Becky soit rendue à sa trentième semaine de grossesse pour faire naître les jumeaux grâce à une césarienne. Preslee et Buddy sont nés avec respectivement, un poids de 3 livres et 7 onces, et de 3 livres et 6 onces, à l'hôpital Queen Alexandra, de Portsmouth, en octobre. Leur mère a alors été aussitôt envoyée à la salle d’opération, où on lui a enlevé son utérus et le col de l’utérus pour la soigner du cancer.

Il s’est passé quatre jours avant que Becky eût la force de voir ses garçons et qu’on les amène dans leur incubateur à son lit d’hôpital.

« J’étais exténuée et dans la douleur, a-t-elle raconté, mais quand on les a placés sur ma poitrine, j’ai pu sentir leur odeur et je ne pouvais juste pas croire qu’ils étaient là. »

« Je pleurais dans un mélange de douleur, d’amour et d’incrédulité, je les avais dans mes bras finalement. »

preslee_and_buddy.jpg

Les garçons ont maintenant tous deux six mois, et bien que Becky n’ait pas le feu vert, elle a bon espoir qu’elle n’aura pas besoin de traitement ultérieur. Elle ne regrette pas sa décision du tout: « Je n’échangerais ma place pour rien au monde. Ils sont un bonheur total pour moi et je les aime beaucoup. »

Pour plus d’informations sur le cancer au cours d’une grossesse, voyez https://cancerinpregnancy.org/

Publicité



Laissez un commentaire