M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×
×

Campagne de financement automne 2017

551 $ recueillis (OBJECTIF: 3 500$) -- Il reste 10 jours ! Merci de votre générosité.

Georges BuscemiCher ami, chère amie de la Vie,

Très peu d'organismes d'ici n'ont à la fois la liberté et la conviction pour jouer le rôle essentiel d’éclaireur des consciences sur les enjeux pro-vie et pro-famille. Mais Campagne Québec-Vie ne peut accomplir ce travail sans vous. Merci de donner !

Pour la Vie,

Georges_Signature-transparent.png
Georges Buscemi, Président

Donner à Campagne Québec-Vie

Mauvaise nouvelle : un médecin objecteur de conscience pratique sa première euthanasie

Pays-Bas-medecin-objecteur-conscience-premiere-euthanasie.jpg

Par Jeanne Smits (Reinformation.tv)

Comme une sorte de victoire sur soi et pour le bien… La presse néerlandaise évoque avec admiration un médecin objecteur de conscience qui a enfin consenti à pratiquer une euthanasie. Aux Pays-Bas, l’objection de conscience reste à l’ordre du jour – pour l’instant – mais les refuzniks sont tout de même obligés de coopérer au mal en renvoyant leurs patients vers un autre médecin ou vers la « clinique de la fin de vie » spécialisée dans les euthanasies de « cas limites » ou refusées par le médecin traitant. En l’occurrence, Bram Tjaden, 64 ans, s’est senti moralement obligé de passer lui-même à l’acte au lieu de se décharger sur un confrère, explique-t-il. Et tout le monde applaudit.

Le récit de cette mise à mort est décidément éclairant. Et comme il arrive souvent pour les récits d’euthanasie dans la presse des Pays-Bas, l’événement est décrit comme beau et apaisant. C’est de cette manière que l’euthanasie est rendue « désirable » aux yeux du grand public.

×

Campagne de financement automne 2017

Merci de nous aider à bâtir une culture de Vie. Donnez généreusement.

551 $ recueillis (OBJECTIF: 3 500$) -- Il reste 10 jours ! Merci de votre générosité.

Donner à Campagne Québec-Vie

Un médecin objecteur de conscience raconte sa première euthanasie aux Pays-Bas

Bram Tjaden est médecin généraliste à Zeist depuis 1981. Depuis cette date, il a toujours privilégié les soins palliatifs, proposant notamment des procédures de sédation palliative qui témoignent déjà d’un certain mépris de la vie. Elles constituent la zone grise entre la piqûre létale et le soulagement, parfois extrême, de la douleur. Cette sédation extrême consiste à « endormir » le patient dont la médecine estime qu’il n’a pas plus de 15 jours à vivre, et à cesser dès lors de l’alimenter et de l’hydrater. S’il peut alors mourir de sa maladie, comme le soutiennent les partisans de cette sédation sans issue, ce n’est pas toujours le cas ni l’intention : l’arrêt des soins ordinaires joue aussi un rôle et peut être à l’origine directe de la mort. Dans tous les cas, le patient est privé d’une mort consciente. Ethique ou non ? Cela ne peut se juger qu’au cas par cas.

Confronté à un patient de 82 ans affecté d’une maladie mortelle du cœur et de problèmes pulmonaires qui l’obligeaient à être relié à une bonbonne d’oxygène, Tjaden a constaté son évident désir de mort et s’est interrogé sur ce qu’il pouvait faire. Pour finir, il a décidé, assisté d’un collègue, de fournir lui-même à « Monsieur A » une potion létale comme celui-ci le demandait, dans le cadre de la législation sur le suicide assisté et l’euthanasie. Et ce malgré sa répugnance antérieure par rapport à la mort programmée. Cela dérangeait le Dr Tjaden de penser que l’on puisse prévoir sa mort sur son agenda – « Que des gens puissent dire : “Jeudi je ne peux pas, on peut faire ça vendredi ?” »…

Bram Tjaden, médecin tueur

Tjaden a donc décidé de passer à l’acte, et raconte dans le détail comment son patient a bu en trois gorgées, « avec une énorme force de volonté », le poison que le médecin lui avait préparé, avant de fermer les yeux quelques minutes plus tard et de passer de vie à trépas dans les 10 minutes. Tjaden lui avait installé par précaution un cathéter de manière à pouvoir faire une piqûre euthanasique au cas où la potion aurait été vomie ou si elle n’avait pas produit son effet.

Le médecin raconte comment il a rejoint son patient à vélo, au jour fatidique – « une très belle journée ». Il dit son sentiment de donner la mort au milieu de la vie. Au moment de présenter le poison mortel, Tjaden a été « incroyablement impressionné » par la détermination du malade. « J’ai vraiment trouvé extraordinaire la conviction avec laquelle il a vidé le verre », explique le médecin, qui a vu l’homme mourir en quelques minutes.

Faute de suivi psychologique pour les médecins tueurs, Tjaden a un peu parlé de cette expérience avec ses confrères sur Internet et dans la vraie vie, il a mis son expérience par écrit pour « prendre du recul ». Recommencer ? Pas la semaine prochaine, avoue le médecin qui a été ébranlé par cet acte. « Mais ce n’est pas que je ne recommencerai jamais » : ça y est, le pli est pris. Il n’y a que le premier pas qui coûte.

Poussé à l’acte par la « méditation pleine conscience »

Le processus mental qui a précédé ce passage à l’acte est particulièrement intéressant dans le contexte actuel. Le changement d’attitude de Tjaden, jadis objecteur de conscience, a été notamment facilité – il le raconte lui-même – par la pratique de la « méditation de pleine conscience », tellement à la mode qu’on vous propose même des séances de pratique de mindfulness parmi les divertissements individuels sur les vols long-courrier.

A propos de cette méditation dont les origines puisent ouvertement dans les philosophies orientales, le médecin explique : « Elle m’aide à [me]maintenir dans la vie de manière équilibrée. Elle m’a permis de devenir plus tranquille et plus calme et je suis aujourd’hui moins enclin à juger autrui. Cela m’a également aidé à mieux écouter les gens et à comprendre ce qu’ils veulent. Cela aura été pour une sorte de développement. »

C’est tout le principe de la méditation de pleine conscience. Elle encourage à tout accepter, ne rien critiquer, ne pas juger les actes, ni même ses propres actes. Avec une telle philosophie, tout est possible. Même la pire des barbaries déguisée sous un soi-disant humanisme.

Campagne de financement automne 2017. Merci de nous aider à être des éclaireurs des consciences L'objectif est de 3500$.

éclaireurs des consciences

Merci de nous aider avec un don spécial.

551 $ recueillis (OBJECTIF: 3 500$) -- Il reste 10 jours ! Merci de votre générosité.

Donner à Campagne Québec-Vie


Laissez un commentaire