M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×
×

Campagne de financement été 2017

1806 $ recueillis (OBJECTIF: 3 500$) -- Il reste 9 jours. Merci de donner ce que vous pouvez !

Georges BuscemiCher ami, chère amie de la Vie,

Grâce à votre appui, nous approchons du 5e anniversaire d’existence de notre site Web pro-vie Culture de Vie (www.cqv.qc.ca/blog). Depuis son lancement officiel, en automne 2012, nous avons accueilli près de 3 millions de lecteurs, en provenance des quatre coins de la planète. Et l’aventure se poursuit : depuis le début de cette année, 128 490 utilisateurs ont visité nos pages.

Nous restons à l’affût des récentes tendances vers le format télévisuel en-ligne. Les avancées technologiques actuelles, si fulgurantes, nous permettant d’acquérir, à prix modique, un équipement audiovisuel de qualité, vous verrez sous-peu des nouvelles et des chroniques vidéos pro-vie en-ligne, sur notre site et sur notre poste YouTube (www.youtube.com/user/CampagneQuebecVie). Merci de continuer à nous aider, par vos dons et vos prières, à répandre au Québec et dans le monde entier la vérité sur la Vie et la famille !

Pour la Vie,

Georges_Signature-transparent.png
Georges Buscemi, Président

Merci de nous aider à bâtir une culture de Vie. Donnez généreusement.

Donner à Campagne Québec-Vie

Un homme se dénude devant des filles dans un vestiaire, il dit que la loi transgenre le permet

locker-room.JPG(Source)

Par Ben Johnson de LifeSiteNews - traduit par Campagne Québec-Vie

SEATTLE, Washington, 18 février 2016 - Un homme est entré par deux fois dans un vestiaire d'une piscine et a commencé à se dévêtir en présence d'une équipe de natation de jeunes filles, disant que les politiques transgenres lui en donnaient le droit. 

L'homme non-identifié est entré à la piscine Evans de Seattle près de Green Lake lundi dernier, le 8 février, et commença à enlever sa chemise devant des clientes. 

Quand on lui demanda ce qu'il faisait, il a dit: ''La loi a changé et j'ai le droit d'être ici.''

''Voyant cet individu dans le vestiaire, les parents des membres (filles) de l'équipe de natation et des femmes ayant payé pour nager des longueurs ont été alarmées et avertirent le personnel du bureau de réception,'' a dit le porte-parole des parcs de Seattle, David Takami dans un avis. ''En réponse, un membre des responsables de la piscine Evans est entré dans le vestiaire reservé aux femmes et demanda à l'homme de partir.'' On a offert à l'homme et également aux filles l'opportunité d'utiliser un vestiaire familial pour se changer.

×

Campagne de financement été 2017

Merci de nous aider à bâtir une culture de Vie. Donnez généreusement.

1806 $ recueillis (OBJECTIF: 3 500$) -- Il reste 9 jours. Merci de donner ce que vous pouvez !

Donner à Campagne Québec-Vie

 

Il quitta, pour ensuite revenir durant un autre exercice de natation de jeunes, a dit Takami.

Les responsables dirent qu'il ne fit aucune tentative de se présenter en tant que femme, ni de s'identifier comme transgenre à la réception. Selon les apparences, c'était un homme. 

Mais les apparences ne comptent pas s'il s'agit ''d'identité de genre''. Les théoriciens LGBT affirment que le sexe biologique est distinct du genre, lequel est déterminé seulement par le mental de la personne elle-même s'identifiant ainsi. 

Takami affirma, ''Nous avons des directives qui permettent aux individus transgenres d'utiliser les toilettes et les vestiaires conformes à leur identité de genre.'' 

''Nous voulons que chacun se sente à l'aise dans nos locaux,'' a-t-il dit. 

Certains clients pensent que l'homme, qui a encore à être identifié, a profité de la loi pour épier les femmes. ''Ou vous vous identifiez vous-mêmes comme transgenre ou vous ne l'êtes pas, et vous tentez d'utiliser une faille de la loi,'' a dit à USA Today Mary Anne Sato, qui fréquente cette piscine deux fois par semaine, . 

Un incident semblable est arrivé à Olympia en 2012, quand un mâle biologique de 45 ans qui s'appelle lui-même Colleen Francis s'allongea tout nu dans un vestiaire pour femmes, un espace fréquenté par des jeunes filles aussi jeunes que 6 ans. Selon le rapport de police, un témoin a affirmé : ''Il y avait des filles de 6 à 18 ans et elles n'étaient pas habituées à voir des individus dans des situations de ce genre.'' Mais le personnel le laissa utiliser les lieux à sa guise. 

Ceux qui s'opposent à l'addition de l'identité de genre aux ordonnances de non-discrimination et aux lois civiles ont depuis longtemps averti que ces clauses seraient utilisées dans ce but.  

Mais les activistes politiques LGBT rejettent de telles inquiétudes, prétextant que les avertissements que de telles choses arriveraient sont au mieux exagérés ou au pire imaginaires.

La mairesse de Houston Annelise Parker a dit que les opposants à l'ordonnance transgenre de sa ville avaient fait une campagne ''d'incitation à la peur et de mensonges délibérés'' quand les voteurs ont refusé massivement l'ordonnance appelée ''HERO''. 

Certains dans la ville ont cru que l'action visait à mousser ces craintes non-fondées. Gunner Scott, un activiste transgenre, a dit à l'hôte Jason Rantz de KIRO radio qu'il ''sentait'' que ''tout était un complot des opposants à l'égalité des LGBT pour exploiter le récent débat sur les droits fondamentaux de la jeunesse transgenre. 

Mais Alan Shank, qui fréquente la piscine régulièrement, a dit qu'il pensait que les actions de cet homme avaient pour but d'affirmer les droits transgenres, 'bien qu'en fait, c'en est une qui va à l'encontre du but visé. Ils augmentent chez ces personnes le sentiment d'être exposés et vulnérables, alors qu'ils avaient l'intention de le diminuer. 

Campagne de financement été 2017. Merci de votre contribution ! L'objectif est de 3500$.

Enfant à naître

Merci de nous aider avec un don spécial.

1806 $ recueillis (OBJECTIF: 3 500$) -- Il reste 9 jours. Merci de donner ce que vous pouvez !

Donner à Campagne Québec-Vie


Laissez un commentaire