M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

Un grand discours de David Cameron sur l'Angleterre, pays chrétien.

Voici des extraits de ce discours prononcé le 16 décembre dernier, tirés de l'agence de presse zenit.org:

 

« Le Royaume-Uni possède une grande histoire chrétienne qui forment les fondements de notre gouvernement, la valeur de l'individu et l'importance de chaque être humain et de leur dignité devant Dieu », ajoute-t-il. « Nous n'aurions pas la société que nous avons sans ces valeurs ».

« La neutralité morale ne peut être une option », insiste-t-il, car, « on ne peut combattre quelque chose avec rien », car « si nous ne croyons pas en quelque chose, nous ne pourrons résister à rien ».

« Il est faux de penser qu'affirmer qu'un pays est chrétien met les autres religions en péril », insiste le Premier ministre britannique, faisant allusion à ceux qui, sous prétexte de « neutralité laïque, disent qu’affirmer les valeurs chrétiennes équivaut à rabaisser les autres religions ».

Ceux-là, explique-t-il, ne comprennent pas qu’il est au contraire « beaucoup plus facile de croire en d’autres religions et de les pratiquer en Grande Bretagne, quand celle-ci s’appuie sur sa propre identité chrétienne ».

(...)
Deuxièmement, poursuit-il, « ceux qui prônent la neutralité laïque pour éviter d’exprimer des jugements sur les conduites d’autrui, ne saisit pas les conséquences d’une telle neutralité ou le rôle que la religion peut avoir pour aider les gens à avoir un code moral ».

Pour David Cameron, il est clair que « la foi n’est pas une condition nécessaire ou suffisante pour la moralité » mais pour ceux qui ont une foi, celle-ci « peut être utile pour aider à prendre la bonne direction ».

Constatant que « vivre et laisser vivre » a trop souvent signifié « faites ce que vous voulez », le premier ministre britannique, à l’égard de son propre pays, n’hésite pas à parler de « faillite morale » , d’un « effondrement moral » de la société actuelle qui se fait de plus en plus visible.

Pour contrer cela, David Cameron, suggère de retrouver ces valeurs traditionnelles chrétiennes, de les « affirmer » sans faiblesse, car « la neutralité morale ou la tolérance passive presque craintive », rappelle-t-il, n’élimine en rien les comportements négatifs comme l’extrémisme, la violence, les abus, au contraire, mais contribue à causer des problèmes sociaux qui sont au cœur de l’illégalité ».

Pour le Premier ministre l’heure est venue de refaire la distinction entre « ce qui est bien et ce qui est mal » et en cela, l’Eglise, souligne-t-il, joue « un rôle vital ».

« Pour moi, le christianisme, la foi, la religion, l’Eglise et la Bible sont toutes intrinsèquement impliquées dans la politique, dans la mesure où tant de questions politiques sont des questions morales », dit-il.

David Cameron reconnaît ne pas comprendre vraiment le raisonnement de ceux qui disent que l’Eglise ne saurait être impliquée dans la politique », considérant que la religion a une base morale et que si l’archevêque n’est pas d’accord sur quelque chose « il est juste qu’il le dise ».

Le Premier ministre britannique conclut son discours en s’adressant directement à l’Eglise : « Les valeurs que nous tirons de la Bible vont au cœur de ce que signifie appartenir à ce pays et toi, Eglise d’Angleterre, tu peux aider à réaliser tout cela !

Publicité

Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !



Laissez un commentaire