M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×
×

IL NE RESTE QU'UN JOUR. L'objectif de notre campagne est atteint !

3626 $ recueillis (OBJECTIF: 3 500$) -- MERCI !

Ania « Le site de CQV est un outil de référence et d’information sans précédent pour les défenseurs de la vie au Québec ! »

--Ania

Donner à Campagne Québec-Vie

Planned Parenthood défend l'infanticide d'enfants nés vivants après un avortement raté

Un article tiré de Lifesitenews du 30 Mars 2013 (traduction CQV) — Si un enfant est né vivant après un avortement bâclé, l'avorteur doit-il nécessairement tenter de sauver sa vie? Selon un lobbyiste de Planned Parenthood, le droit de l'enfant à la vie après la naissance devrait aussi être une question de choix.

Alisa Lapolt Snow, la lobbyiste représentante de Florida Alliance of Planned Parenthood Affiliates, a témoigné devant la Chambre de Floride cette semaine pour s'opposer à une loi obligeant les avorteurs à fournir des soins pour les bébés nés vivants au cours d’avortements bâclés dans les termes les plus durs possible.

 Le représentant Jim Boyd, un membre du Sous-Comité de la justice civile, a averti que la position de Planned Parenthood  semblait impitoyable et inhumaine.

« C'est vraiment difficile pour moi de même vous poser cette question, parce que je suis presque dans l'incrédulité », a-t-il dit. « Si un bébé est né sur une table à la suite d'un avortement bâclé, qu’est-ce que Planned Parenthood veut qu'il se passe avec cet enfant qui se bat pour la vie? »

« Nous croyons que toute décision doit être laissée à la femme, sa famille et le médecin,"  a répondu Snow.

Le représentant Daniel Davis a ultérieurement demandé, « Qu'est-ce qui se passe dans une situation où un bébé est vivant, respirant sur une table, en mouvement? Qu'est-ce que vos médecins font à ce moment? »

(…)

« Je n'ai pas cette information », a-t-elle dit. « Je ne suis pas médecin, je ne suis pas un fournisseur de l'avortement, de sorte que je n'ai pas cette information. »

Après qu’un troisième représentant eut interrogé Snow, elle répondit : « Cette décision doit être comprise entre le patient et le prestataire de soins de santé. »

Le représentant Jose Oliva répondit : « Je pense qu'à ce stade, le patient serait l'enfant se débattant pour survivre sur une table. N'êtes-vous pas d'accord? »

C'est alors seulement que Snow semble comprendre la faiblesse de sa propre argumentation. « C'est une très bonne question », dit-elle avec un sourire nerveux. « Je ne sais vraiment pas comment répondre à cela. »

Snow a déclaré que son organisation avait « des problèmes logistiques » pour les bureaux éloignés, où le centre de soins de santé le plus proche est à « 45 minutes, une heure de route. »

Elle a ajouté : « Nous ne savons pas encore quelle est l'importance de cette situation. »

Toutefois, au Canada — un pays avec environ 10 pour cent de la population américaine — 491 bébés ont été abandonnés à la mort après un avortement raté, de 2000 à 2009.(...)

Publicité

Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !

×

DERNIÈRE JOURNÉE. L'objectif de notre campagne est atteint !

3626 $ recueillis (OBJECTIF: 3 500$) -- MERCI !

Ania « Merci pour votre ministère. Ma prière est qu'il grandisse dans le nom de Jésus. C'est beau des gens qui se tiennent debout pour la Vie ! »

--Émilie

Donner à Campagne Québec-Vie


Laissez un commentaire