M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

Pasteur : Je préfère aller en prison que de financer l’avortement

 Pastor.jpg

Par Christina Becky Yeh de LiveActionNews - traduit par Campagne Québec-Vie

Mise à jour : Les églises en Californie poursuivent l’État en justice contre l’assurance obligatoire de l’avortement

Le groupe juridique pro-vie, l’Alliance pour la Défense de la Liberté (ADL, Alliance Defending Freedom), a intenté un procès devant la cour fédérale contre le Département de Gestion des Soins de Santé (DGSS) pour « avoir obligé les églises à financer l’interruption volontaire de grossesse dans leurs régimes d’assurance maladie ».

Les églises engagées dans la poursuite sont : Foothill Church de Glendora, Calvary Chapel Chino Hills de Chino, et The Shepherd of the Hills Church de Porter Ranch. 

Publicité

Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !

Jeremiah Galus, l’avocat de l’ADL, a donné l’explication suivante : « Étant donné que l’Obamacare exige une couverture médicale, et que l’État de Californie exige l’assurance pour l’avortement dans tout système de santé, ces églises se retrouvent dans l’obligation de financer l’avortement ».

« Les églises ne devraient pas être forcées à financer le meurtre des vies humaines innocentes », a déclaré Érik Stanley, le principal avocat de l’ADL. « Le gouvernement n’a aucun droit de demander que la couverture de l’avortement fasse partie des régimes d’assurance maladie des églises – une obligation qui viole les croyances religieuses les plus fondamentales de ces églises. En les forçant à inclure cette assurance dans leurs systèmes de santé, l’État de Californie viole la Constitution ».

Voici l’histoire originelle du neuf septembre 2014 sur le Pasteur Jack Hibbs de Calvary Chapel Chino Hills qui est actuellement engagé dans la poursuite intentée contre l’État de Californie :

Le dimanche matin, les fidèles remplissent le campus du Calvary Chapel Chino Hills, une église évangélique non confessionnelle située au cœur de la Californie du Sud. Depuis la fondation de l’église, Jack Hibbs, le Pasteur principal - un fervent militant pro-vie – a encouragé son assemblée à défendre en public les valeurs religieuses et les libertés fondamentales. Aujourd’hui, l’église s’oppose à une décision de l’État de Californie outrageusement imposée aux institutions religieuses sur l’étendue de la Californie. L’assemblée conteste une décision émanant du Département de Gestion des Soins de Santé californien, laquelle oblige tous les employeurs, y compris les églises, à fournir une couverture pour les interruptions volontaires de grossesse dans tous les régimes d’assurance maladie.

« Je me sens violé; je me sens obligé », dit Hibbs, réagissant à l’ordonnance liée à l’avortement. « J’aime l’Amérique et j’aime l’histoire de l’Amérique, et j’aime beaucoup défendre les enfants à naître. Je me rends compte que la Constitution est attaquée, et je me rends compte que ma liberté religieuse est attaquée ».

Dans une interview avec Live Action, Hibbs a déclaré que la décision du DGSS constitue une violation flagrante du droit des églises et des pasteurs à exercer librement leur liberté de conscience. Hibbs et son assemblée se sont unis à six autres églises de l’État pour s’opposer légalement à la coercition.

Les sept églises, représentées par l’Alliance pour la Défense de la Liberté et la Fondation pour la Protection Légale de la Vie (FPLV), ont déposé une plainte le mois passé auprès du Département américain de la Santé et des Services Sociaux, soutenant que la décision du DGSS constitue un empiètement sur la liberté religieuse telle que garantie par la Constitution.

Voici le contenu de la plainte : « Le DGSS est une arme de l’État de Californie et il prétend interpréter et appliquer la loi de la  Californie, un État qui encaisse des milliards de dollars des contribuables… La Californie accepte cet argent pleinement consciente des exigences de l’Amendement Weldon, mais elle a choisi d’ignorer cette loi. Mettre un terme à cette discrimination devient urgent parce que cela empêche immédiatement les plaignants d’avoir un système de santé dépourvu d’interruptions volontaires de grossesse ».

Hibbs, de concert avec les pasteurs cités dans la contestation judiciaire, dit qu’il fera tout le nécessaire pour envoyer le message à l’État de Californie : « Nous irons en prison s’il le faut, nous nous ferons arrêter s’il le faut – quoi qu’il nous en coûte. Je ne peux pas trahir mes valeurs chrétiennes », dit Hibbs. « Si je le fais, je ne serai plus en train de vivre dans les USA que nous ont légués nos pères fondateurs ».

« Pour un chrétien, cette question d’avortement n’est pas un enjeu politique – c’est un enjeu biblique », a ajouté Hibbs. « Dieu est le concepteur de la vie – il est l’auteur de la vie. Je ne connais pas d’être humain plus vulnérable qu’un enfant à naître ».

L’Alliance pour la Défense de la Liberté a qualifié l’exigence du DGSS “d’assaut” contre les libertés américaines les plus fondamentales. Dans une déclaration, Casey Mattox, l’avocat principal de l’ADL, a expliqué que la décision du DGSS viole directement l’Amendement Weldon de 2004, une loi passée par le Congrès qui protège les organisations religieuses de la contrainte de devoir financer l’avortement dans leurs régimes d’assurance maladie. Catherine Short, Directrice de la Fondation pour la Protection Légale de la Vie déclare que la décision du DGSS est un service politique rendu au puissant groupe de pression pro-avortement. 

« Cet acte n’est qu’un jeu de pouvoir, et nous sommes confiants que le Département de la Santé et des Services Sociaux (DSSS) prendra les mesures nécessaires pour amener l’État à respecter la loi fédérale », a déclaré Short.

La décision prise par le DGSS vient à la suite de la décision historique de la Cour Suprême des États-Unis dans l’arrêt Burwell contre Hobby Lobby qui a établi le droit des sociétés à capital fermé et à but lucratif de ne pas souscrire au financement de l’avortement. La décision de la Californie d’imposer unilatéralement cette ordonnance sur les institutions religieuses contourne la loi fédérale et la préséance juridique.

Au début de cette année, l’ADL et la FPLV ont averti le DGSS qu’il s’agissait d’une violation de la loi fédérale. Le département a réagi en réaffirmant la décision d’imposer le financement de l’avortement dans tous les régimes d’assurance maladie. Les deux structures juridiques ont également déposé plainte en septembre contre le DSSS au nom des employés de l’Université Loyola Marymount.

Bien que la coalition ne soit formée que d’un nombre réduit d’églises, Hibbs a déclaré que l’affaire commence à susciter l’attention dans le pays. Il a expliqué que les pasteurs et les ministères de l’État cherchent à se joindre à l’effort.

« Nous souffrons entre les mains d’un gouvernement irresponsable », a déclaré Hibbs. « Je pense que les Californiens sont en train de se réveiller et les églises commencent à se réveiller. Je suis pasteur et j’ai confiance en Dieu, et je connais ma Bible. Il agit toujours avec peu de gens – il agit toujours avec le petit reste ».

La Calvary Chapel Chino Hills s’est jointe à d’autres grandes églises, telles que Skyline Church de La Mesa, Foothill Church et Foothill Christian School de Glendora, Alpine Christian Fellowship de El Cajon, The Shepherd of the Hills Church de Porter Ranch, City View Church de San Diego et la Faith Baptist Church de Santa Barbara.

Publicité



Laissez un commentaire