M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×
×

Campagne de financement été 2017

3102 $ recueillis (OBJECTIF: 3 500$) -- Il reste 5 jours. Merci de donner ce que vous pouvez !

Georges BuscemiCher ami, chère amie de la Vie,

Grâce à votre appui, nous approchons du 5e anniversaire d’existence de notre site Web pro-vie Culture de Vie (www.cqv.qc.ca/blog). Depuis son lancement officiel, en automne 2012, nous avons accueilli près de 3 millions de lecteurs, en provenance des quatre coins de la planète. Et l’aventure se poursuit : depuis le début de cette année, 128 490 utilisateurs ont visité nos pages.

Nous restons à l’affût des récentes tendances vers le format télévisuel en-ligne. Les avancées technologiques actuelles, si fulgurantes, nous permettant d’acquérir, à prix modique, un équipement audiovisuel de qualité, vous verrez sous-peu des nouvelles et des chroniques vidéos pro-vie en-ligne, sur notre site et sur notre poste YouTube (www.youtube.com/user/CampagneQuebecVie). Merci de continuer à nous aider, par vos dons et vos prières, à répandre au Québec et dans le monde entier la vérité sur la Vie et la famille !

Pour la Vie,

Georges_Signature-transparent.png
Georges Buscemi, Président

Merci de nous aider à bâtir une culture de Vie. Donnez généreusement.

Donner à Campagne Québec-Vie

Où vont les restes des bébés avortés ? Voici la choquante réponse

1-remains.JPG

Par Cheryl Sullenger pour LifeNews - traduit par Campagne Québec-Vie

C’était en 1998. A cette époque, la plus grande clinique d'avortement de la région de San Diego était la clinique Family Planning Associates à La Mesa, en Californie.

Le médecin avorteur James Long a travaillé pour cette clinique, réalisant environ 200 avortements chaque semaine de l’année dans le service à grande capacité situé au deuxième étage d'un très grand complexe médical.

Etant militant de terrain pro-vie dans ce centre, je me demandais souvent ce qui advenait des bébés qui y étaient avortés.

Et puis un jour, j’ai eu la réponse.

×

Campagne de financement été 2017

Merci de nous aider à bâtir une culture de Vie. Donnez généreusement.

3102 $ recueillis (OBJECTIF: 3 500$) -- Il reste 5 jours. Merci de donner ce que vous pouvez !

Donner à Campagne Québec-Vie

Tim Wilson, un militant pro-vie de longue date de Californie du Sud, s’était posé la même question. Il s’est rendu au laboratoire de pathologie où tous les restes des bébés avortés avaient été envoyés. Il a remarqué que le laboratoire de pathologie avait beaucoup de fenêtres, il s’est donc dit qu’il allait regarder de plus près. 

A travers la vitre, Tim a pris des photos de centaines de contenants de plastique translucides, chacun contenant les restes visibles de bébés avortés. Les cuves non réfrigérées avaient toutes les tailles, depuis les récipients de quelques onces aux seaux de dizaines de litres. On peut difficilement imaginer l'odeur de la mort qui devait régner dans ce bureau.

Tous ces macabres contenus, selon la paperasse qu’on pouvait voir sur les photos, étaient le résultat de l'œuvre de James Long à la clinique d'avortement FPA à La Mesa.

Tim a envoyé des tirages de photos à beaucoup d'entre nous. Les images ci-dessous sont les scans des miennes, que j’ai utilisées pendant des années pour montrer aux femmes comment la clinique d'avortement traitait les restes de leurs fils et filles.

Avec la sortie récente des vidéos du Center for Medical Progress, il y a eu une curiosité sur l'endroit où sont envoyés les restes des bébés avortés qui ne sont pas vendus à des entreprises de biotechnologie. Alors que les pratiques d'élimination des déchets des cliniques d'avortement varient d'un endroit à l'autre, ces photos montrent la dure réalité du carnage qui a lieu en quelques jours dans des cliniques d'avortement à haut volume.

Sur beaucoup de ces cuves tachées de sang et qui fuient, on peut lire le nom de la mère et de la date de son avortement. Nous les avons floutés par égard pour les femmes concernées. La plupart de ces bébés ont été avortés en janvier 1998. Si leurs mères avaient pris d'autres décisions, ces enfants approcheraient à grands pas de leur 18e anniversaire.

En 2000, le bail commercial du centre d’avortement de La Mesa a été résilié à la suite des efforts du mouvement pro-vie, et le centre a dû se déplacer. Il a fini par déménager à Mira Mesa et continue aujourd’hui de vendre des avortements aux femmes. Mais le trafic a considérablement diminué au cours des années et maintenant FPA offre une seule journée de chirurgie par semaine - contre 4-5 jours dans les années 1990.

Quant au médecin avorteur, James Long, il a depuis pris sa retraite.

Puissent ces images nous aider tous à réfléchir sur l'énormité de la tragédie humaine de l'avortement - dont ces photos montrent qu'une très petite partie - et puissent-elles nous motiver à faire plus pour l'arrêter. Que notre travail pour sauver d’autres vies aide les âmes de ces bébés à reposer en paix.

2-remains.JPG

3-remains.JPG

4-remains.JPG

5-remains.JPG

6-remains.JPG

7-remains.JPG

Note: Cheryl Sullenger est un chef de file d’Opération : Sauvetage, un groupe pro-vie qui surveille les praticiens de l'avortement et expose leurs pratiques illégales et immorales.

Campagne de financement été 2017. Merci de votre contribution ! L'objectif est de 3500$.

Enfant à naître

Merci de nous aider avec un don spécial.

3102 $ recueillis (OBJECTIF: 3 500$) -- Il reste 5 jours. Merci de donner ce que vous pouvez !

Donner à Campagne Québec-Vie


Laissez un commentaire