M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

Campagne de financement pour Noël 2016. L'objectif est de 5 000 $. Merci de nous aider avec un don spécial en ce temps des fêtes.

noel-v1.JPGMerci de nous aider avec un don spécial en ce temps de Noël, où nous célébrons la naissance de notre Sauveur. Notre objectif est de 5 000$. Merci de votre précieuse collaboration.

Pour la Vie,

Georges_Signature-transparent.png
Georges Buscemi, Président

2300 $ recueillis (OBJECTIF: 5 000$) -- Merci de donner pour protéger la Vie !

Donner à Campagne Québec-Vie

Le « Parrain du Hipsterdom », Gavin McInnes : « Le féminisme rend les femmes malheureuses »

Article original sur le Daily Caller. Traduit par Campagne Québec-Vie.


Gavin McInnes, source.

Gavin McInnes, co-fondateur de Vice et souvent considéré comme « le Parrain du Hipsterdom », a donné un coup de pied dans un nid de frelons en suggérant que le féminisme moderne a fait du tort aux femmes.

« Nous avons tellement dévalorisé la maternité et la vie domestique que les femmes sont obligées de faire semblant d'être des hommes. Elles feignent cette dureté. Elles sont malheureuses », a déclaré McInnes, en partie lors d'un échange passionné et agrémenté de jurons, lors d’une table ronde de l’émission HuffPost Live.

À cause de ces réflexions, McInnes a écopé d’une forte riposte pendant le débat, et dans les médias et réseaux sociaux.

Toutefois, interviewé par The Daily Caller, le fondateur de Street Carnage a expliqué qu'il n'a aucun regret de ce qu'il a dit, et que ses commentaires étaient en fait très pro-femme.

« Je pense que la chose la plus intéressante de cette histoire, c’est qu’elle ait suscité autant de controverse. Je considère mes commentaires assez banals et quand je les lis dans leur contexte, je ne regrette rien », a-t-il dit. « Chaque fois que je vois mes paroles citées, je fais "yé! " »

« L’étude que je citais était partout dans les nouvelles il y a un an - Lou Dobbs la couvrait sur CNN - cela n’a pas semblé soulever autant de polémique quand elle est sortie, et je n'ai fait que citer cette étude et dire que beaucoup de femmes qui travaillent seraient plus heureuses à la maison. Où est le problème? » a-t-il demandé.

McInnes a déclaré que la véritable raison pour laquelle ses commentaires ont déclenché une telle tempête, c’est qu’au « plus profond d’elles-mêmes » les femmes réalisent que ce qu'il a dit est vrai.

« Je pense que beaucoup de femmes brisent le “plafond de verre” et atteignent le même niveau que les hommes et elles disent : “attendez une minute, je croyais que vous, les gars, vous preniez un cognac et alliez dans les clubs de danseuses, mais vous passez en revue les notes de frais?” Et elles voient, dans leur petite ville, leurs amis qui ont 3 enfants aller à la pratique de football et elles pensent : “Ça a l'air plutôt cool, en fait.” »

« Alors, je pense qu'elles savent toutes que je suis dans le vrai et c'est ce qui les fait paniquer. Je n'ai fait qu’indiquer l'éléphant dans la pièce [le sujet tabou], mais, comme je l'ai dit très clairement dans cette interview – ce qui m'a fait sortir de mes gonds, aussi –, je ne dis pas que les femmes ne devraient pas être sur le marché du travail. Si vous devez y être, par tous les moyens soyez-y, et quand je travaille avec une femme qualifiée qui est motivée, quelqu’un comme Barbara Corcoran, j’adore ça, parce qu’on mène le projet à bien. », a-t-il dit.

Il a déclaré que dans l'ensemble ses paroles ont été interprétées à tort comme étant anti-femme, alors qu'en fait, il croit que ses observations sont valorisantes.

« Je vois beaucoup de femmes sans enfants, dans la quarantaine, qui sont malheureuses; et je vois aussi beaucoup de femmes après qu'elles aient eu des enfants, disant : “Mais qu’est-ce que je foutais? Pourquoi est-ce que je travaillais aux relations publiques dans le monde de la mode? Je faisais des plans de sièges pour un défilé de mode décidant que telle personne s’assiéra dans tel fauteuil. Maintenant, je façonne la vie humaine” », a-t-il expliqué.

« Et il y a une autre chose peut-être je n'ai pas réussi à faire valoir, je vois la femme au foyer comme ayant une vocation de loin supérieure à la mienne, et à celle de la plupart des gens », a poursuivi McInnes. « Voici ce que je veux dire : je fais des publicités, des vidéos drôles et des émissions de télévision ou autres, des projets de films que les gens vont regarder pendant dix minutes et dont ils vont dire “hé” et se concentrer sur leur journée. Je fais essentiellement... des bandes dessinées. Vous feuilletez et vous avez terminé. Ma femme, elle, crée la vie de son vagin et ensuite – car ce n'est que le début – elle façonne cette vie humaine. »

McInnes a expliqué combien la journée de sa femme est beaucoup plus satisfaisante – fabriquer des souvenirs avec leurs enfants – que la sienne, travailler sur une « putain » de publicité pour fromage.

« Qui change davantage le monde? » a-t-il demandé.

Au sujet de sa vie à la maison, McInnes a déclaré que la sienne est celle d’une « famille traditionnelle » vivant à New York, « une exagération de l'utopie libérale ».

« Je décris toujours New York comme un énorme cimetière d’ovaires », a-t-il dit. « Toutes ces femmes malheureuses, et je parle d'environ 100% de mes amies qui attendent trop longtemps et le regrettent; et je ne dis pas que vous devez avoir des bébés et que vous devez absolument rester dans la cuisine et que vous ne pouvez pas avoir de vie. Personne ne dit cela. Ce serait tout à fait déraisonnable de le dire. Ce serait fasciste, communiste de forcer à le faire. Tout ce que je dis, c'est : pourquoi est-ce que vous dévalorisez un tel miracle? »

McInnes a expliqué que ses enfants – âgés de 9 mois, 5 ans, et 7 ans – lui ont fait croire en Dieu et devenir pro-vie.

« Cela m'a rendu religieux. J'ai été athée la plus grande partie de ma vie et maintenant je suis un pieux catholique, en raison du miracle de la vie. Et je suis pro-vie », a-t-il dit, notant qu'il avait eu l'habitude d'être pro-choix et qu’il est devenu pro-vie avec la naissance de son premier enfant.

« L’avortement est cool parmi mes pairs », a-t-il poursuivi. « C'est considéré comme valorisant, et ils font des blagues à ce sujet. Certains de mes meilleurs amis disent, “je reconnais que c'est un meurtre et je suis pro-choix”. C'est le monde dans lequel je vis. »

Il a rappelé une fête récente, à laquelle il participait, où se trouvait une femme enceinte; elle avait l'intention d'avoir un avortement la semaine suivante, et elle avait consommé des champignons hallucinogènes « et tout le monde riait de cela. Voilà mon univers. »

Selon McInnes, d’après son expérience personnelle, les femmes qui ont eu des enfants sont nettement moins susceptibles d'avoir un avortement.

« Je pense qu'une fois que les femmes font l’expérience de la maternité, elles changent d'avis assez rapidement – et c'est mon expérience personnelle, vous savez, je ne peux pas parler pour tout le monde. Mais je suis probablement en train de m’enfoncer encore plus dans la merde », a déclaré McInnes.

« Je suis malade d’entendre des femmes qui n'ont pas enfanté, en parler avec mépris », a-t-il ajouté.

D'un autre côté, McInnes a dit que les hommes sont devenus moins masculins, ironiquement, comme un moyen d'obtenir plus de femmes.

« Je pense que les hommes sont en train de devenir des “mâles bêta” parce que les féministes leur ont dit de l’être, mais vous remarquerez que les féministes ne baisent pas ces gars-là », a-t-il dit. « Je pense qu'ils font cela et sont soumis... parce qu'ils essaient de coucher. »

« Si les femmes disaient que les hommes qui s'habillent en costumes de clown sont chauds et cool, alors ils se colleraient un fichu nez rouge. »

McInnes a poursuivi en disant qu'il voit la pression anti-masculinité comme intrinsèquement anti-capitaliste.

« Il y a réellement, de façon latente, un esprit anti-entrepreneurial qui se répand en Amérique en ce moment avec la gauche et je ne vois pas cela comme ennuyeux ou démodé. Je vois cela comme un virus, car, finalement, c’est anti-américain. »

« L'Amérique est unique : elle a été construite avec détermination par des entrepreneurs, et quand ce qui ressemble juste à une bande de fillettes, des mâles bêta et des femmes, se mettent à râler contre moi simplement parce je défends les familles traditionnelles, ce n'est pas une affaire sans importance », a-t-il dit. « Je pense que c'est un véritable anti-américanisme latent qui, comme un virus, est très petit au début et peut vraiment nous faire du mal », a-t-il expliqué, ajoutant que les entrepreneurs doivent être considérés comme des héros.

Il a continué en déplorant la tendance actuelle dans les comédies de situation présentées par les médias, où le père figure l'idiot de la famille.

« Cela fait rire, OK, mais nous devons tous nous contrôler et nous demander : “Pourquoi pas du respect, pour changer?” Nous vénérons les mères célibataires et les trafiquants de drogue comme Jay Z. Que diriez-vous de vénérer les gens qui mettent la nourriture sur la table? De même, cette émission HuffPost Live : nous sommes là, assis, en train de cracher sur les hommes machos tout en utilisant le microphone qu'ils ont inventé et l'infrastructure qu'ils ont créée. Arianna Huffington est seulement riche en raison de son entrepreneur de mari. »

Publicité

Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !

Campagne de financement pour Noël 2016. L'objectif est de 5 000 $. Merci de nous aider avec un don spécial en ce temps des fêtes !
noel-v3.JPG

2300 $ recueillis (OBJECTIF: 5 000$) -- Merci de donner pour protéger la Vie !

Donner à Campagne Québec-Vie


Laissez un commentaire