M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×
×

Campagne de financement pour l'automne 2016. L'objectif est de 3500 $ Merci de nous aider à continuer notre travail.

1961 $ recueillis (OBJECTIF: 3 500$) -- Il reste 4 jours !

Ania « Le site de CQV est un outil de référence et d’information sans précédent pour les défenseurs de la vie au Québec ! »

--Ania

Donner à Campagne Québec-Vie

Le Ministre Barrette prêt à gaspiller l'argent des Québécois jusqu'en Cour suprême pour sa loi meurtrière...

Sur le site du journal Le Devoir du 11 juin 2014 :

(photo : Wladyslaw sur wikimédia.org, licence creative commons)

 

 

C’est ce qu’a indiqué mardi le ministre de la Santé et des Services sociaux, Gaétan Barrette. « Oui. Spontanément, je vous dirais que oui », a-t-il déclaré à un journaliste qui lui demandait si Québec défendrait jusqu’en Cour suprême la loi adoptée la semaine dernière.

Le ministre a indiqué que de toute façon, la loi s’appliquera même si elle est contestée devant les tribunaux. « S’il y a des gens, comme ça semble être le cas, qui veulent la contester, incluant le fédéral, ils le feront », a-t-il dit.

Sur le site du Journal de Montréal, du 10 juin 2014, ce courrier d'un lecteur :

En temps d’austérité, le Québec vient de s’embarquer dans une saga judiciaire qui engouffrera des millions de dollars. «Ottawa a défendu avec succès la loi qui interdit l’euthanasie et le suicide assisté en 2013, et étudie ses options en regard de la loi 52» (bureau du ministre fédéral de la Justice, Peter Mackay). La décision Carter de la Cour suprême du Canada, annoncée en mai pour le 14 octobre, déterminera si la loi fédérale interdisant l’euthanasie et le suicide assisté est constitutionnelle. Si on avait su attendre cette décision, on aurait peut-être épargné encore d’autres millions de dollars en dépenses inutiles. Car, à ce jour, il n’a toujours pas été prouvé qu’il existe un droit au suicide ou à l’euthanasie, ni que le droit à la sécurité publique des personnes vulnérables ne serait pas compromis par la levée de l’interdiction de l’euthanasie et du suicide assisté, alors que ces personnes font déjà l’objet de maltraitance institutionnelle et familiale et de pressions sociales pleinement documentées et reconnues (voir, par exemple, les articles 26, 47, 54 et 55 de la loi 52 concernant la possibilité de demandes d’euthanasie remplies par un tiers en cas d’incapacité physique d’écrire).

Ward O’Connor

Crime ou pas, le gouvernement du Québec tient à tuer ses patients...

Publicité

Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !

×

Campagne de financement pour l'automne 2016. L'objectif est de 3500 $ Merci de nous aider à continuer notre travail.

1961 $ recueillis (OBJECTIF: 3 500$) -- Il reste 4 jours !

Ania « Merci pour votre ministère. Ma prière est qu'il grandisse dans le nom de Jésus. C'est beau des gens qui se tiennent debout pour la Vie ! »

--Émilie

Donner à Campagne Québec-Vie


Laissez un commentaire