M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

Le diagnostic pré-implantatoire est risqué et pourrait devenir obligatoire dans les cas de FIV

Sur le site de Genethique.org du 17 avril 2012, nous trouvons cette information:

 

 

 

Un article paru le 6 avril 2012 dans le Journal of Medical Ethics précise que les informations données aux couples concernant l'utilisation et les conséquences du diagnostic préimplantatoire (DPI) seraient insuffisantes. Les parents n'auraient donc pas la possibilité de donner un consentement éclairé à la réalisation de ce diagnostic.

D'après le journal, une récente étude a souhaité montrer comment l'innocuité du DPI est présentée aux futurs parents par des centres américains spécialisés dans la fertilité. L'étude, qui a étudié les sites internet de 262 centres, révèle que 86,6 % des centres assurent que le DPI est un diagnostic sans danger. Pourtant, précise t-elle, il ne serait pas prouvé qu'il n'aurait aucun effet sur la santé des bébés à long-terme. En effet, la procédure d'utilisation du diagnostic pourrait entraîner des problèmes neurologiques pour ces derniers.

Les cliniques ont essentiellement adopté la technologie du DPI pour "éliminer les embryons défectueux" sans apprécier les risques encourus. En effet, pour le Dr Labonte, biologiste au Wellesley College, "à force d'éliminer les risques par l'utilisation du DPI, nous créons de nouveaux risques peut être même plus important que ceux que nous essayons d'éviter". Elle précise que la même démarche a été suivie pour l'amniocentèse lorsque celle-ci a été rendue possible, car pendant des années, cette technique a été présentée comme sûre jusqu'à ce que des études démontrent le risque de fausse-couches.
Par conséquent, le Dr Labonte considère que les cliniques spécialisées dans les techniques de fécondation in vitro doivent davantage informer leurs patients sur le fait que le DPI n'est pas une technologie sans danger

C'est cette même technologie que l'on voudrait imposer dans les cas de fécondation in vitro, dans le but de ne laisser naître que les enfants parfaits, la "race parfaite" disait-on autrefois... Sur le site de Jeanne Smits du 19 avril 2012, on retrouve cette information:

(Judith F. Daar)

Obliger les parents à utiliser le diagnostic pré-implantatoire ?

C'est l'idée avancée par deux bioéthiciennes américaines qui verraient bien les parents qui choisissent la fécondation in vitro contraints par la loi de recourir au « DPI » pour assurer le bien-être de leur progéniture, augmenter son autonomie et réduire les inégalités.

Janet Malek de la East Carolina University et Judith F. Daar, de la Whittier Law School de Californie en font une obligation morale qui pourrait se traduire en une obligation légale, en tout cas lorsque des parents qui se savent porteurs d'une maladie génétique rare et transmissible décident « de manière indépendante d'avoir recours à la fécondation in vitro ». A défaut de le faire, ils devraient encourir une responsabilité légale s'ils n'ont pas recours au DPI « en vue d'éviter de donner le jour à un enfant souffrant de sérieux dommages du fait de l'affection héréditaire », assurent les deux bioéthiciennes.

A partir du moment où la fécondation hors utero et le DPI sont possibles, et les destructions embryonnaires qui vont avec, on ne voit pas trop, en effet, comment empêcher de tels raisonnements. Celui-ci a été considéré assez logique, assez solide, pour être publié par l'American Journal of Bioethics, revue scientifique tout ce qu'il y a de plus convenable et sérieuse, à défaut d'avoir une idée très précise des exigences du respect de la personne humaine.

Comme l'observe Michael Cook sur BioEdge, cette réflexion pour l'heure hypothétique n'est pas sans lien avec celle, récente, des deux bioéthiciens italiano-australiens qui plaidaient pour l'avortement post-naissance, au motif – exact – qu'il n'y a pas de différence de nature entre l'enfant juste avant sa naissance et juste après. Les deux bioéthiciens, Francesca Minerva et Alberto Giubilini ont reçu des centaines de messages de menaces et leur point de vue a même été répercuté par la presse institutionnelle (j'en avais parlé ici dès le 25 février) qui a poussé des hauts cris. Pourtant ils avaient raison. Ils mettaient le doigt, volontairement ou non, sur l'absurdité de la loi qui fait dépendre le droit de respecter la vie d'un critère sans objectivité aucune, la naissance. Je crois que c'est cela qui ne leur a pas été pardonné.

Plus subtil et apparemment plus acceptable – un embryon dans une éprouvette, ça « parle » moins à la sensibilité qu'un enfant qui vient de naître –, l'argument de Malek et Daar s'appuie sur de semblables fondements utilitaristes. Michael Cook cite Julian Savulescu, Guy Kahane et John Harris, bioéthiciens travaillant au Royaume-Uni, qui ont développé l'idée de la « bénéficience procréatrive » par laquelle on impose aux parents le devoir de s'assurer que leur bébé vienne au monde avec les meilleures qualités possibles. Toujours au nom d'une amélioration de la santé, de l'intelligence, de la force des bébés (on ne dit surtout pas : « de la race 7 !) comme de l'équité et de l'autonomie…

A terme, si l'idée de Malek et Daar finissait par s'imposer dans les textes, on peut prévoir que les gouvernements inscriront au cahier des charges de l'assurance-maladie le remboursement du DPI pour assurer aux utilisateurs de la FIV la possibilité d'éviter d'avoir des bébés défectueux – qui pèseraient sur les ressources de la l'assurance-maladie. C'est en tout cas ce que les deux auteurs avancent, mettant l'accent sur les économies que permettraient le dépistage préalable.

Allant plus loin, on se demande pourquoi les lois et les systèmes d'assurance-maladie n'imposeraient pas carrément la fécondation in vitro (FIV) aux parents risquant de transmettre un défaut génétique.

Dans le numéro de l'American Journal of Bioethics, l'article de Malek et Daar a suscité des critiques de la part de leurs pairs : d'aucuns pensaient qu'elles étaient allées trop loin, laissant entrevoir une « police de la reproduction ». Mais d'autres les ont jugées trop timides : ainsi Rosalind Ladd, de Wheaton College et Edwin Forman, de Mt. Sinai Medical School, font le pas pour réclamer l'obligation d'avoir recours à la FIV.
 

Publicité

Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !



Laissez un commentaire