M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

Le Conseil de l'Europe refuse de protéger les nouveaux nés de l'infanticide


nouveaune3.jpgSur le blog de Jeanne Smits du 19 novembre 2014, un article à lire, dont voici un extrait :

(Photo : a4gpa sur flickr.com, licence creative commons)

(...)« Dans nombre de pays européens autorisant l’avortement tardif, il arrive que des fœtus humains naissent vivants, en survivant à leur avortement. Des infomations et des articles relatant des entretiens avec des travailleurs de santé révèlent qu’il n’est pas rare de trouver un fœtus avorté dont le cœur bat et qui se lutte pour respirer. Au Royaume-Uni, par exemple, il est rapporté qu’en une seule année on a laissé mourir 66 bébés dont l’avortement n’avait pas réussi. En Suède, un tel enfant a vécu de manière autonome pendant 90 minutes après l’avortement, et n’a reçu aucun soin jusqu’à sa mort. En Norvège, il existe des éléments de preuve montrant que certains de ces nouveau-nés auraient été viables s’ils avaient reçu les soins médicaux appropriés.
Quels actions spécifiques entend entreprendre le Comité des ministres pour garantir que les fœtus survivant à l’avortement ne soient pas privé des traitements médicaux auxquels ils ont droit – en tant que personnes humaines nés vivantes – aux termes de la Convention européenne des droits de l’homme ? »
Aucune. Aucune action en ce sens parce que les pays membres concernés ne veulent pas attirer l’attention du public sur le fait que des bébés nés vivants sont laissés à leur agonie, sans le moindre soin, ou qu’ils sont illégalement euthanasiés, parce que cela soulèverait la question des avortements tardifs au-delà du seuil de viabilité. (...)

Une pétition a été lancée pour exiger du Conseil de l'Europe qu'il fasse cesser ces infanticides :

pétition à l’attention du Conseil de l'Europe

A l’attention de la Présidente et des membres du Bureau de l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe.

Chaque année en Europe, de nombreux enfants naissent vivants lors d’avortements tardifs. Ces enfants sont le plus souvent abandonnés à la mort sans soins, luttant pour respirer pendant parfois plusieurs heures, ou tués par injection létale ou asphyxie, puis jetés avec les déchets biologiques.

Suite au refus du Commissaire aux droits de l’homme et à l’incapacité du Comité des Ministres d’affirmer que tous les nouveau-nés ont le droit à la vie et aux soins de santé, nous vous demandons d’inscrire ce sujet à l’ordre du jour de l’Assemblée, conformément à l’article 65 du règlement. 

Nous vous demandons d’enquêter sur la pratique des infanticides néonataux et de la condamner clairement.

Nous vous demandons en particulier de rappeler que tous les êtres humains nés vivants ont le même droit à la vie, à l’intégrité physique et aux soins de santé, sans discrimination fondée sur les circonstances de leur naissance, conformément à la Convention européenne des droits de l’homme et à la Convention relative aux droits de l’enfant.

Le Conseil de l'Europe ne peut pas renoncer à son devoir de garantir les droits fondamentaux à tous les êtres humains.

Un bébé prématuré est un être humain et mérite d’être protégé !

Salutations,
[Votre Nom]
 Prenons le temps de signer la pétition.

 

Publicité

Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !



Laissez un commentaire