M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×
×

IL NE RESTE QUE 2 JOURS. Tout montant est le bienvenu. L'objectif de notre campagne de financement pour l'automne est de 3 500 $.

2601 $ recueillis (OBJECTIF: 3 500$) -- Il reste 2 jours !

Ania « Le site de CQV est un outil de référence et d’information sans précédent pour les défenseurs de la vie au Québec ! »

--Ania

Donner à Campagne Québec-Vie

‘La plus grande marche pour les droits humains dans le monde’ : des centaines de milliers se joignent à la Marche pour la vie de Washington

March-for-life-2015.JPG

Par Kirsten Andersen de LifeSiteNews, traduit par Campagne Québec-Vie

La 42ème Marche pour la vie a débuté ce jeudi à Washington, D.C., avec un rassemblement d’une heure sur l’Esplanade Nationale (National Mall), alors que des centaines de milliers de militants pro-vie se sont réunis sous un ciel ensoleillé et des températures élevées pour entendre les discours des politiciens pro-vie et d’éminents dirigeants du mouvement pro-vie.

Le rassemblement s’est ouvert par une bénédiction de l’archevêque catholique romain de Louisville (Kentucky), Joseph Kurtz, qui était entouré de religieux catholiques et orthodoxes, pendant qu’il guidait la foule en prière et implorait à Dieu de bénir la marche.

Après la bénédiction, le président du conseil d’administration de la Marche pour la vie, Patrick Kelly, a pris la parole pour accueillir les manifestants, en prêtant une attention particulière à l’écrasante proportion de jeunes. « Quand je regarde cette énorme foule, je vois que le vent est en train de tourner en Amérique », a déclaré M. Kelly. « La Marche pour la vie devient de plus en plus grande et de plus en plus jeune à chaque année ».

« L’histoire est de notre côté », a affirmé M. Kelly, « parce que l’histoire est toujours du côté de ceux qui luttent pour la dignité humaine et la vie humaine ». Il a dit aussi qu’après quatre décennies, la Marche « est devenue la plus grande marche pour les droits humains dans le monde ».


Publicité

Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !

La présidente de la Marche, Jeanne Monahan Mancini, a suscité l’acclamation de l’heureuse foule alors qu’elle est montée sur scène et a demandé, « Qu’est-ce-que vous pensez de cette météo? »

Les douces conditions de ce jeudi contrastaient avec celles de l’année passée, alors que la marche avait eu lieu à des températures proches de zéro et avec des vents froids, exposant les marcheurs à des risques de gelure et provocant la défaillance des dispositifs électroniques.

« Je suis tellement reconnaissante » pour tous les pèlerins qui sont venus de partout dans le pays et de partout dans le monde pour se joindre à la marche, a déclaré Mme. Mancini. Elle a expliqué que le thème de cette année, « Chaque vie est un cadeau », se réfère particulièrement aux bébés avec des diagnostics prénataux de conditions potentiellement invalidantes, comme le syndrome de Down, qui sont avortés à un taux beaucoup plus élevé que la population générale.

« 1,1 millions bébés par an, soit un cinquième des bébés en Amérique, sont avortés à chaque année. Pour les bébés qui reçoivent un mauvais diagnostic prénatal, le taux d’avortement saute à 85% », a-t-elle. « Ceci est tout simplement immoral, n’est-ce-pas? »

« La vérité est que chaque vie est un don, peu importe si nous avons ou non un handicap… et, soyons honnêtes – nous avons tous des handicaps », dit-elle. « Certains d’entre eux sont plus évidents que d’autres, mais aucun de nous n’est parfait ».

Faisant écho à un thème qui a été présent à de nombreux événements liés à la marche, Mme. Mancini a souligné l’importance des médias sociaux, et a exhorté la foule à prendre leurs téléphones cellulaires et à s’abonner sur place au service de messagerie texte en envoyant le code GIVELIFE au 99000. « Les médias sociaux jouent un énorme rôle dans la diffusion du message pro-vie », a dit Mme. Mancini. Elle a demandé aux manifestants de prendre des photos de l’évènement tout au long de la journée et de « faire savoir au monde » à propos de la Marche pour la vie et des problématiques et enjeux qui s’y rattachent en les publiant dans les médias sociaux sous le mot-clé diésé (hashtag) #whywemarch.

« En parlant des médias sociaux », a ajouté la Présidente Mancini, « apparemment [le Pape François] aime la Marche pour la vie! » Elle a partagé un tweet du Souverain pontife de l’Église, publié plus tôt dans la journée : « Toute vie est un cadeau. #MarchForLife », et a exhorté la foule de lui répondre avec leurs remerciements.

Mme. Mancini a ensuite présenté quelques politiciens, qui ont pris une pause rapide pour montrer leur reconnaissance aux marcheurs avant de débattre un projet de loi pour interdire le financement public de l’avortement. La républicaine et représentante du 5ème district électoral de Washington au Congrès American Kathy McMorris-Rodgers a fait démarrer les choses. Mme. McMorris-Rodgers dirige le « Caucus pour le syndrome down » à la Chambre des Représentants et est la fière mère d’un enfant de sept ans nommé Cole qui a le syndrome de Down. « Ce chromosome supplémentaire a amené à ma famille une grande joie », a dit McMorris-Rodgers. « Cole m’a rappelé à nouveau de la valeur de toute vie humaine ».

« Je suis fière d’être une leader et une maman pro-vie » a-t-elle dit, parmi les acclamations. « Plus tard aujourd’hui, à la Chambre des Représentants, nous allons adopter la loi « Pas de financement public de l’avortement » (No Taxpayer Funding for Abortion Act). Nous tenons le gouvernement responsable de protéger l’argent des contribuables, votre argent, contre le financement de l’avortement ». Elle a également ajouté que la moindre subvention des contribuables aux fournisseurs d’avortement constitue « une violation de la confiance publique ».

La représentante McMorris-Rodgers a promis que, malgré la décision du parti républicain de s’abstenir de voter sur la loi, qui interdirait la plupart des avortements après 20 semaines, ses collègues pro-vie et elle se sont engagés à faire adopter cette loi, ainsi qu’une loi pour protéger le droit de conscience (Healthcare Conscience Rights Act). « La loi sur la protection des enfants à naître est très importante, car elle déplace le débat » au sujet de l’avortement sur un autre terrain, et s’assure que les gens sachent que la douleur que les enfants à naître ressentent est « très réelle et très pénible », a-t-elle ajouté.

Le Sénateur Tim Scott, républicain de la Caroline du Sud, a déclaré à Mme. McMorris-Rodgers, que « le Sénat se tiendra aux côtés de la Chambre alors qu’elle [McMorris-Rodgers] va de l’avant avec la législation pour protéger la vie ». En prenant le timbre et le volume d’un prédicateur du Sud, le Sénateur Scott a dit à la foule que c’est sa conversion au christianisme qui lui a fait pour la première fois comprendre la valeur de toute vie humaine. Il a ensuite raconté comment, alors qu’il était le propriétaire d’une petite entreprise, une de ses employées est tombée enceinte de façon inattendue. « J’ai fait ce que je pensais être la bonne chose et je l’ai emmenée à un centre de grossesse », a-t-il dit. Il a ajouté que l’amour et les conseils qui lui ont été donnés au centre ont inspiré la femme à renoncer à l’avortement qu’elle avait prévu et à donner naissance à sa fille.

Le Co-président du « Caucus pour la vie » à la Chambre, le républicain Chris Smith, a dit à la foule : « Nous avons le devoir impérieux de protéger les plus faibles et les plus vulnérables de la violence de l’avortement ». Il a également réprimandé ceux qui recommandent l’avortement pour les bébés ayant des anomalies congénitales ou des handicaps.

« Un diagnostic prénatal de handicap signifie qu’on devrait faire preuve d’empathie, d’amour, et de souci pour l’enfant » a dit le Sénateur Smith, « et non une condamnation à mort ».

Il a salué les gens pour leur enthousiasme, en majorité appartenant à la Génération Y (Millennials), et les a appelés « la prochaine grande génération ». Il leur a également dit que la loi sur le financement public de l’avortement serait votée « dans un délai d’environ une heure ».

« Cette législation est historique » a dit M. Smith. « Ce sera la fin de notre complicité forcée, de notre financement de l’avortement ». Il a aussi dit que le Président Barack Obama a menti quand il a affirmé que son plan fédéral de soins de santé n’exigerait pas le support des contribuables pour le financement de l’avortement. « Nous n’allons pas arrêter jusqu’à ce que nous n’éliminions pas l’avortement du ObamaCare (la loi sur la protection des patients et des soins abordables; Patient Protection and Affordable Care Act) et jusqu’à ce que nous ne rendions pas permanent l’amendement Hyde », a promis le Sénateur Smith.

Il a également assuré qu’il ferait tout son possible pour que le Pain-Capable Unborn Children Protection Act (loi pour rendre illégal l’avortement après 20 semaines) soit présenté à la Chambre et soumis à un vote, tout en déplorant que les bébés qui meurent pendant des avortements tardifs endurent une « agonie inimaginable ».

Dan Lipinski, de l’Illinois, a été le seul démocrate à monter sur scène. « Je suis de Chicago, je suis un fan des Bears, je suis un démocrate, et je suis pro-vie », a dit Lepinski, sous un tonnerre d’applaudissements. M. Lipinski a aussi dit que les personnes de toutes les tendances politiques et religieuses devraient s’entendre en ce qui regarde la protection de la vie humaine. « Tout le monde doit s’unir pour protéger la vie ». « Les femmes méritent mieux que l’avortement », a-t-il ajouté.

Carl Anderson, chevalier suprême, et chef des Chevaliers de Colomb, a rappelé qu’avec la montée de la culture de mort, ce ne sont pas seulement les vies des enfants à naître qui sont en jeu. « Cette année, nous sommes confrontés à un grand nombre de nouvelles menaces », a déclaré Anderson, en citant spécialement le suicide assisté administré par un médecin particulier, lequel est en voie de légalisation dans plusieurs états. « Nous allons défendre les personnes en fin de vie, tout comme nous protégeons ceux qui sont en début de vie », a promis Anderson.

En ce qui concerne l’avortement, Anderson a dit que l’élan est du côté de la protection de la vie. « Selon le dernier sondage des Chevaliers de Colomb/Maristes, 84% des Américains souhaitent des restrictions importantes à l’avortement », a dit Anderson. « Les deux-tiers des Américains disent que le taux d’avortement de la nation est trop élevé, et une majorité pense que l’avortement est immoral ».

« Aucune propagande ne peut ni camoufler ni modifier la douleur que les femmes qui ont subi des avortements ressentent tous les jours », a ajouté Anderson. Il a conclu en annonçant le plan des Chevaliers de fournir des machines à ultrasons à des centres de grossesse. « Presque chaque femme qui voit son enfant lors d’une échographie choisit la vie », a-t-il dit.

Mme. Mancini a ensuite présenté Kathleen Wilson, qui dirige Mary’s Shelter, une chaîne de maisons de maternité à Fredericksburg, en Virginie, et qui a été reçue par le public parmi d’assourdissantes acclamations. « Je suis fière de représenter les près de 400 centres de maternités de cette nation », a dit Mme. Wilson. « Nous existons pour aider les femmes désespérées. Les femmes qui ont une faible estime de soi et qui ont perdu espoir ».

Mme. Wilson a dit que beaucoup de femmes qui demandent de l’aide aux maisons de maternité ont des copains ou des membres de la famille qui tentent de les forcer à avorter. Elle a partagé l’histoire d’une femme, Angela, qui est tombée enceinte suite à un viol horrible. Ses amis et sa famille l’ont exhortée à se débarrasser du bébé en l’avortant, mais avec l’aide de Mary’s Shelter, elle a pu mettre son bébé au monde, et son enfant lui a apporté une « joie absolue ». Mme. Wilson raconte aussi qu’Angela lui dit souvent : « Si ce n’avait pas de Mary’s Shelter, qu’est-ce-que j’aurais fait? »

Elle dit que beaucoup de femmes qui viennent aux maisons de maternité pleurent après la naissance, non pas parce qu’elles sont tristes au sujet du bébé, mais bien parce qu’elles pensent à ce qui aurait pu être, et se rendent compte que les gens dans leur vie ne veulent pas de leur enfant à naître.

La Dr. Gracie Christie, une radiologue qui se spécialise dans l’échographie, a dit que la meilleure partie de son travail est lorsqu’elle travaille avec les futurs parents. « Je peux être présente lors de ce moment magique, quand une mère et un père voient leur bébé pour la première fois », a déclaré Mme. Christie. « L’échographie ouvre une fenêtre dans le ventre pour voir ce moment où nous sommes très petits, mais très humains et vivants ».

Mais Mme. Christie dit que l’échographie a aussi un côté sombre : nous pouvons maintenant voir des signes révélateurs d’anomalies congénitales qui conduisent les parents à la décision d’avorter. « Ceci est le monde dans lequel nous vivons : les enfants sont un choix, des marchandises, et ceux qui sont jugés défectueux sont éradiqués avant la naissance », a déclaré la Dr. Christie. Elle dit que quand elle voit des signes de syndrome de Down sur l’écran d’échographie, elle se sent mal, car elle sait que 90% de ces enfants seront tués par avortement. Concernant les enfants handicapés, elle a déclaré : « Ils ont un cœur fait pour la joie, une âme à chérir, et le droit de simplement exister ».

Après le sombre discours de Mme. Christie, l’ambiance est devenue un peu plus joyeuse, alors que l’accent s’est dirigé vers les jeunes présents à la marche. La foule a applaudi, alors que les organisateurs de l’évènement annonçaient les gagnants du concours étudiant annuel, ayant comme thème : « Chaque Selfie a une histoire ». Ils ont ensuite présenté les leaders de la marche pour cette année, l’ensemble des étudiants et des professeurs de l’école secondaire Shanley, de Fargo, au Dakota du Nord. L’ensemble de l’école – 400 personnes au total – a rempli huit autobus et a fait 24 heures de route sans arrêt pour porter la bannière à l’avant de la marche. L’étudiante de troisième année Julia Johnson a dit : « En tant qu’école, nous sommes émus et honorés d’avoir été choisis pour porter la bannière lors de la Marche pour la vie de cette année ».

« Notre cause pour la défense de la vie en est une noble », a déclaré l’étudiante à la foule lors de son bref discours, en faisant preuve d’une grande assurance et passion, malgré son jeune âge. « Nous vivons dans un holocauste moderne…qui prend la vie de 3000 bébés à chaque jour, plus d’un million de bébés par an ».

Elle a dit aussi : « Il est de notre devoir de protéger nos frères et sœurs dans le ventre, ainsi que leur droit à la vie. C’est notre obligation de parler au nom de ceux qui ne peuvent parler par eux-mêmes, car la valeur [d’une personne] n’est pas déterminée par la taille ou l’âge ».

« Nous sommes prêts à nous battre [pour la vie dans le ventre] », a déclaré Julia Johnson. « Nous marchons pour mettre fin à une injustice qui a coûté la vie à près d’un tiers de notre génération. Ce mouvement pro-vie n’est pas né de la haine pour notre prochain, mais de l’amour ».

Nancy Cruzer, directrice régionale de Chicago pour le mouvement Silent No More, a partagé son émouvante histoire : alors qu’elle était enceinte de 5 mois et demi, on lui a informé que son bébé souffrait d’une hydrocéphalie ou « d’eau dans le cerveau ». Son médecin lui conseilla un avortement, et elle consenti.

« À la clinique d’avortement, personne ne m’a demandé comment je me sentais ni expliqué ce qui était en train de se passer », a dit Mme. Cruzer. « J’ai quitté la clinique sans corps à enterrer, sans tombe, sans service funéraire…Personne ne m’a amené des repas, envoyé des cartes…personne ne m’a appelée, parce que j’avais trop de honte de dire à qui que ce soit ce que j’avais fait ».

Pendant des années, Mme. Cruzer pensait qu’elle avait tourné la page sur son avortement, mais elle était tourmentée par d’horribles cauchemars. Enfin, elle est devenue chrétienne et a rejoint un groupe d’études bibliques pour femmes post-abortives. Elle a trouvé la paix, et les cauchemars ont arrêté de la tourmenter. Elle a nommé son bébé Mélanie. « Je regrette profondément mon avortement et c’est pourquoi je ne me tais plus », a-t-elle dit.

En accord avec le thème, « Chaque vie est un cadeau », Kristan Hawkins, présidente du groupe « Étudiants pour la vie », a ensuite pris la scène pour raconter l’histoire de son fils Gunner, à qui on a diagnostiqué la fibrose kystique.

“Au cours des 6 dernières années, ma vie a changé de façon dramatique par l’entrée au monde de Gunner », a déclaré Mme. Hawkins. Elle et son mari doivent faire des sacrifices financiers importants pour lui fournir ses coûteux médicaments, et ils ont dû quitter leurs familles et amis pour être plus proches de ses médecins spéciaux, mais Mme. Hawkins dit que « cela vaut la peine ». Maintenant, elle est enceinte de son quatrième enfant et première fille, Gracie. Alors qu’elle prie pour que Gracie soit en bonne santé, elle dit qu’elle sait que si elle devrait avoir la fibrose kystique, alors elle aura un grand frère pour l’aider à travers les épreuves et une famille qui l’aime inconditionnellement.

Mme. Hawkins a dit qu’elle sait par expérience combien il est difficile d’élever un enfant handicapé, et à quel point la pression pour avoir un bébé parfait peut être intense. « Mais l’avortement et la FIV (fécondation In-Vitro) ne rendent pas ces bébés plus parfaits », a dit Mme. Hawkins, « ils les détruisent ».

Mme. Hawkins a conclu son discours par une question : Croyez-vous que nous allons éradiquer l’avortement dans cette génération? Des milliers de jeunes manifestants ont crié : « Oui! »

« Il est temps d’agir en conséquence », a dit Mme. Hawkins, et elle a alors conduit la foule dans un chant : « Nous sommes la génération pro-vie!».

Publicité

×

IL NE RESTE QUE 2 JOURS. Tout montant est le bienvenu. L'objectif de notre campagne de financement pour l'automne est de 3 500 $.

2601 $ recueillis (OBJECTIF: 3 500$) -- Il reste 2 jours !

Ania « Merci pour votre ministère. Ma prière est qu'il grandisse dans le nom de Jésus. C'est beau des gens qui se tiennent debout pour la Vie ! »

--Émilie

Donner à Campagne Québec-Vie


Laissez un commentaire