M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

La contraception hormonale féminise les poissons!

Sur le site de Durable.com du 26 février 2010, cette nouvelle:

 

 

Les hormones synthétiques rejetées dans les eaux provoquent une féminisation des poissons

Sujet de plus en plus évoqué dans les media, les impacts de la pilule contraceptive sur l’environnement semblent inquiéter la communauté scientifique. En effet, les hormones synthétiques rejetées via l’urine des femmes qui prennent la pilule passeraient le filtre des stations d’épuration pour se retrouver dans l’eau des rivières et provoquer une féminisation des poissons. Phénomène dont les conséquences sont inquiétantes mais encore mal cernées.

  • Le phénomène touche toutes les rivières françaises

Plusieurs chercheurs ont pu observer ces dernières années qu’un certain nombre de poissons mâles se mettaient à produire des œufs dans leurs testicules. Christophe Minier, directeur du Laboratoire d’Ecotoxicologie de l’Université du Havre, qui étudie ce dérèglement depuis 1998, explique qu’on trouve aujourd’hui des poissons féminisés dans toutes les rivières françaises. Christophe Minier et son équipe travaillent essentiellement sur le gardon, une espèce particulièrement réactive à la présence d’œstrogènes dans l’eau, et constatent que si toutes les rivières sont touchées, la proportion de gardons féminisés varie toutefois de 4 à 40%. I l s’agit donc d’un phénomène de grande ampleur car les autres pays européens sont également touchés, dans une moindre mesure pour les pays Méditerranéens comme l’Espagne ou l’Italie, mais dans une proportion supérieure pour la Grande Bretagne par exemple.

  • La pilule contraceptive au banc des accusés 

Au banc des accusés de ce dérèglement hormonal, on trouve de nombreux candidats. Les hormones naturelles et synthétiques certes, mais aussi pléthore d’autres molécules comme les détergents présents dans les pesticides, dans certains produits d’entretiens ou dans des plastiques. D’après Christophe Minier, « Les molécules hormonales sont d’assez loin les plus importantes en terme d’effet pas forcément de concentration. ». En effet, si les hormones peuvent être présentes dans l’eau à un degré de concentration moindre que d’autres substances elles auraient des niveaux d’activité largement supérieur.

(...)

 

Publicité

Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !



Laissez un commentaire