M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

Campagne de financement pour Noël 2016. L'objectif est de 5 000 $. Merci de nous aider avec un don spécial en ce temps des fêtes !

2300 $ recueillis (OBJECTIF: 5 000$) -- Merci de donner pour protéger la Vie !

Donner à Campagne Québec-Vie

L'objection de conscience utilisée par 80% des gynécologues italiens pour refuser d'exécuter des avortements

Sur le site de chercheurs de vérité du 12 juin 2013:

 

 

 

 

 

Alors qu’en 2005, la moyenne nationale des gynécologues et anesthésistes invoquant l’objection de conscience pour refuser de pratiquer l'avortement n’était « que » de 58,7 %, aujourd’hui, en 2013, cette moyenne frôle les 80%, selon les dernières statistiques rendues publiques par le ministère italien de la Santé.
 
Cette généralisation de l’objection de conscience est très mal perçue par le Parti démocrate italien qui a déposé une motion réclamant l'intervention du gouvernement et la pleine application de la loi 194 sur tout le territoire, sous le prétexte principal que cette recrudescence des médecins objecteurs ferait monter de manière considérable le nombre des avortements clandestins (entre 20.000 à 50.000).
 
En Italie, depuis 1978, l'interruption volontaire de grossesse (IVG) est en effet légale mais assortie d’une clause qui donne droit à « l’objection de conscience », soit le droit aux médecins de « refuser d’accomplir un acte médical pour des raisons personnelles, religieuses ou morales » ».
 
Ainsi, à Naples, par exemple, « un seul service hospitalier est encore ouvert et en Sicile, le taux d'abstention des spécialistes frôle la barre des 80,6% », soulignent les médias italiens (1) 
 
Dans le Latium, la région de Rome, le pourcentage des spécialistes « objecteurs » a même dépassé les 91%, et pourrait ne pas bouger, voire même monter, pressentent les médias italiens,  avec l'arrivée du pape François, d'emblée très populaire. Il y a juste un mois, il lançait son premier appel «  clair et fort » en faveur d’une protection juridique de l’embryon  et pour « le respect de la vie dès sa conception» (Regina Coeli, 12 mai 2013).
 
C’était en marge de la grande «Marche pour la vie » organisée par des membres de différentes paroisses italiennes et des militants «pro-life» (anti-avortement), et à la lumière de la campagne de signatures européenne « one of us » (« Un de nous ») qui poursuit sa collecte. (cf. Aleteia « Protection de l’embryon… »). (2)
 
Mais il est vrai aussi que, dès l’adoption de la loi dépénalisant l’avortement en 1978, « l’Eglise italienne a donné des instructions fortes aux professionnels de santé et a initié auprès d’eux une pastorale dynamique qui ne s’est jamais démentie », commente Pierre-Olivier Arduin, de la  commission bioéthique de l’Observatoire sociopolitique du diocèse de Fréjus-Toulon, dans une récente analyse sur cette objection massive des Italiens. (3)
 
La seconde explication selon lui tient à « la mise en place d’un mouvement laïc de défense de la vie et de la famille qui a su s’organiser efficacement, regroupant des soignants bien sûr, mais également des responsables politiques, des juristes, des universitaires, des hommes et des femmes de culture ».
 
Enfin, troisième point signalé par Pierre-Olivier Arduin : l’existence de facultés catholiques de médecine dignes de ce nom à Rome dont les deux plus importantes sont la prestigieuse Université catholique du Sacré-Cœur et le Campus bio-medico, qui accueillent un nombre considérable d’étudiants destinés à devenir médecins, scientifiques, sages-femmes ou infirmières.
Publicité

Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !

Campagne de financement pour Noël 2016. L'objectif est de 5 000 $. Merci de nous aider avec un don spécial en ce temps des fêtes !
noel-v3.JPG

2300 $ recueillis (OBJECTIF: 5 000$) -- Merci de donner pour protéger la Vie !

Donner à Campagne Québec-Vie


Laissez un commentaire