M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×
×

Campagne de financement pour l'automne 2016. L'objectif est de 3500 $ Merci de nous aider à continuer notre travail.

1961 $ recueillis (OBJECTIF: 3 500$) -- Il reste 4 jours !

Ania « Le site de CQV est un outil de référence et d’information sans précédent pour les défenseurs de la vie au Québec ! »

--Ania

Donner à Campagne Québec-Vie

L'empoisonneur Bonnemaison acquitté de sept meurtres!

Sept mort par empoisonnement. Il n'en a parlé ni aux familles, ni à son équipe médicale. «J'ai agi en médecin comme je le conçois» ...  Et la « justice française » le laisse continuer son « oeuvre »! Sur le site de Aleiteia du 25 juin 2014, un article à lire en entier, dont voici le début :

(Photo :  @Doug88888 sur flickr.com, licence creative commons)

Tuer en série par compassion, puis être acquitté par compassion. Applaudi, même ! Un « tonnerre d’applaudissements » alors que les faits - sept meurtres - étaient passibles de la réclusion criminelle à perpétuité ! C’est ce qui vient de se passer chez nous, en France, à Pau, devant la Cour d'assises des Pyrénées-Atlantiques, ce 25 juin 2014. Et cela, quelques heures après qu’un jeune homme tétraplégique a été condamné, lui, à une mort lente, par la plus haute juridiction française. Coïncidence ou pas, la conjonction de l’affaire Lambert et du procès Bonnemaison aura vu la plus formidable mobilisation politique, judiciaire et médiatique, bref des trois pouvoirs, en faveur de l’euthanasie.   

C'est à une véritable guerre que nous sommes conviés pour défendre les plus vulnérables, une guerre où l'agresseur se présente comme le défenseur de la personne qu'il va trucider. Le philosophe Fabrice Hadjad livre une analyse très juste de la situation :

Trois remarques toutefois s'imposent. La première concerne la confusion progressive du métier de médecin et de celui de tueur à gages, parce que, pour ne pas avouer ses limites, on se met à confondre supprimer la douleur et supprimer la personne. Deuxièmement, nous assistons à un intéressant développement du meurtre par compassion: jadis, on éliminait bravement, sans merci ; maintenant, c'est au nom de la pitié, parce qu'il faut se justifier devant une conscience devenue historiquement chrétienne. Nous avons de plus en plus, selon le mot de Bernanos, «la tripe sensible et le cœur dur», si bien que vont se multiplier des homicides larmoyants.  (...)

C'est une torture supplémentaire que d'ajouter au meurtre l'hypocrisie d'un sourire et d'une attitude que tous veulent appeler « compassion ». Il est vraiment inhumain de faire partir un patient dans cette mascarade où tous auront le goût de restituer devant la lâcheté immonde de l'euthanasie se couvrant de « compassion », pardon, « l'aide médicale à mourir », comme si le patient sera soulagé de mourir dans son vomi...

Publicité

Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !

×

Campagne de financement pour l'automne 2016. L'objectif est de 3500 $ Merci de nous aider à continuer notre travail.

1961 $ recueillis (OBJECTIF: 3 500$) -- Il reste 4 jours !

Ania « Merci pour votre ministère. Ma prière est qu'il grandisse dans le nom de Jésus. C'est beau des gens qui se tiennent debout pour la Vie ! »

--Émilie

Donner à Campagne Québec-Vie


Laissez un commentaire