M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

Campagne de financement pour Noël 2016. L'objectif est de 5 000 $. Merci de nous aider avec un don spécial en ce temps des fêtes !

945 $ recueillis (OBJECTIF: 5 000$) -- Merci de donner pour protéger la Vie !

Donner à Campagne Québec-Vie

Excellent texte sur l'avortement par une élève haïtienne : « L’avortement : Respect ou déni de droits »

etudiante-haiti.JPG
Nephtalie Bernadeau, étudiante à l'Institution Sainte-Rose de Lima, Port au Prince

Définition :

 [1] L’avortement est la destruction prématurée du produit de la conception par l’intervention volontaire de l’homme, à quelque stade de la grossesse que l’on se trouve. On distingue différents types d’avortement : l’avortement par voie médicamenteuse, l’avortement par voie chirurgicale et l’avortement par solution saline. 

Description technique d’un avortement :

[2] Bernard N. Natthanson, obstétricien-gynécologue, ancien avorteur, fondateur de la ligue d’action pour le droit d’avorter, nous montre une vidéo qui présente la situation d’un fœtus dans le ventre de sa mère au cours d’un avortement chirurgical : « l’avorteur, après observation grâce au speculum placé dans le vagin de la patiente et la dilatation du col de l’utérus, va utiliser un appareil de succion qu’il introduit à travers le col pour percer le sac qui protège l’enfant. Cet instrument est attaché à l’appareil d’avortement par un tube où vont passer les morceaux de cet enfant déchiqueté. Alors, la curette en marche commence à mettre l’enfant en lambeaux. La tête elle-même qui est trop grosse pour passer dans le tube, sera extraite d’une autre manière, grâce à un forceps à poulie qui permet de la saisir et l’écraser. 

[3] Grâce à un appareil, on peut observer ce qui se passe dans le ventre de la mère, sanctuaire [de la vie] transformé en tombeau. L’enfant se déplace, sereinement dans son sanctuaire, le doigt dans la bouche. Lorsque l’embout de succion pénètre son lieu et s’approche de lui, il essaie de s’en écarter et s’agite. Il recule, remue violemment et sa bouche est maintenant ouverte devant ce crime muet. Son pouls a nettement accéléré, soit 200 battements par minute, au lieu des 70 battements normaux. Il est conscient du danger mortel qu’il court. L’embout de succion de l’avorteur se déplace dans tous les sens cherchant le corps de l’enfant pour l’éliminer. Il a senti qu’on cherche à l’agresser, il recule dans une tentative désespérée pour échapper aux instruments implacables. Peine perdue. L’eau écoulée, l’avorteur a gain de cause. Maintenant, il ne reste que des lambeaux de tissus qui témoignent de l’existence passée d’un petit être humain qui était bien vivant et sans défense. Ces enfants ensuite mis dans des bocaux, seront jetés à la poubelle ou brûlés. Voilà à quoi est réduit le petit être qui avait le « droit à la vie ». 

L’avortement et la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme :

[4] Le droit à la vie, dans tous les groupes humains, fait partie des droits inaliénables. À l’échelle internationale, ces droits fondamentaux et inaliénables de la personne humaine sont codifiés, entre autres, par la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme. Dans la logique de ces droits, tout en considérant l’évolution de la société, comment devrions-nous aborder la question de l’avortement ? En effet, ladite déclaration prône le Droit à la vie de tout être humain. Sachant que la vie commence dès la fécondation (rencontre de l’ovule et du spermatozoïde), l’avortement ne consisterait-il pas en son acte même, une violation des prescrits de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme ? 

Le «Droit à la vie» et « le Droit de la femme à disposer de son corps » :

[5] Les partisans de l’avortement présentent des arguments selon lesquels la femme a le droit de disposer de son corps, et que l’enfant est un amas de cellules. Les adversaires mettent en avant le caractère sacré de la vie. Toutes les revendications de droit sont justifiables au regard de la nature des droits. Mais chercher à satisfaire la revendication de l’un ne doit pas amener à la suppression du droit de l’autre. Il est donc nécessaire de déterminer les contours des droits de l’un et de l’autre. Il ne s’agit pas, selon nous, de légiférer au détriment d’une partie, mais en faveur de toutes les parties. Devrions-nous donc considérer la dépénalisation de l’avortement comme un respect ou un déni de droits? C’est ce questionnement que nous allons tacher d’élucider plus longuement. 

«L'opération chirurgicale la plus pratiquée dans les hôpitaux» :

[6] Selon les chiffres de l'Organisation Mondiale de la Santé, 57 millions d'avortements sont pratiqués chaque année, ce qui en fait, et de très loin, l'opération chirurgicale la plus pratiquée dans les hôpitaux. En ajoutant 22 millions d'avortements illégaux et les actes gynécologiques, tel le "curetage", on obtient 97 millions de vies supprimées annuellement, soit plus de 4 fois le nombre de tués lors de la Seconde Guerre Mondiale! Pour justifier ce fléau mondial, les promoteurs de l’avortement remettent en question l’humanité du fœtus. En effet, c’est une constante chez les hommes : à chaque fois qu’ils ont voulu exploiter leurs semblables ou les exterminer, ils ont mis en doute le caractère humain de ceux-ci. Dans l’Antiquité, les esclaves étaient considérés comme des choses ; au XVIe siècle, les Amérindiens comme des « bêtes à apparence humaine », ainsi que nous le rapporte Montaigne ; et plus près de notre époque, les Nazis prenaient les Juifs pour des « non-hommes ». 

L’embryon est un «être humain» :

[7] Or, le caractère humain de l’embryon ne fait pas de doute. La science génétique moderne montre que, dès le premier instant de la vie, se trouve déjà fixé le programme de ce que sera ce vivant. Lors de la rencontre des gamètes mâles et femelles, tout le code génétique, c’est-à-dire, ce qui fait que cet être est un homme ou une femme avec ses particularités uniques, est bel et bien présent. Voici ce que déclarait devant une commission du Sénat des États-Unis, le professeur Jérôme Lejeune, membre de l’Institut et découvreur du gène de la trisomie: « Sitôt que les 23 chromosomes paternels sont réunis avec les 23 chromosomes maternels, toute l’information génétique, nécessaire pour exprimer toutes les qualités innées de l’individu nouveau, se trouve rassemblée ». Et le Professeur Lejeune de conclure « La nature humaine de l’être humain, depuis sa conception jusqu’à sa vieillesse, n’est pas une hypothèse métaphysique, mais bien une évidence expérimentale »

[8] À titre de comparaison, personne ne se demande en médecine vétérinaire si un embryon de vache est animé de vie féline ou canine. Il ne fait pas de doute pour personne que, ce que la vache porte dans son utérus est un veau. De même, le produit de la procréation humaine est un être humain. Remarquons déjà à ce stade qu’on se heurte à deux problèmes: si l’embryon humain n’est pas dès sa conception un être humain quand le sera-t-il effectivement ? Par quel saut ontologique extraordinaire cela se produit-il ? Il est totalement impossible de morceler le processus physique enclenché pour y introduire une discontinuité en affirmant : « ça y est, c’est une personne », alors qu’avant ce n’en était pas une. Les protagonistes de l’avortement veulent faire croire aux femmes que leur enfant n’est rien d’autre qu’un amas de cellules. 

Le développement de l’enfant dans sa vie intra-utérine :

[9] En fait, des recherches scientifiques démontrent qu’avant le 25e jour, le cœur de l’enfant commence à battre. Au 30e jour, il a déjà son propre réseau sanguin, ses yeux, ses oreilles, et sa bouche. À la sixième semaine, on perçoit de l’activité dans son cerveau. Le bébé bouge et nage dans le ventre de sa mère à la septième semaine. À la huitième semaine, tous les organes sont déjà en place… le développement progresse, et à la onzième semaine, le bébé peut saisir des objets dans ses mains. À la douzième semaine, l’enfant peut ressentir de la douleur. Il approche la complétude au premier trimestre. Nous pouvons donc avancer que l’enfant dans le sein de sa mère est un être humain à part entière. Et en raisonnant par syllogisme nous dirons : « Il n’est jamais permis de tuer un être innocent. Or, l’enfant dans le sein de sa mère est un être innocent. Donc il n’est pas permis de tuer l’enfant dans le sein de sa mère ». C’est attenter à son droit à la vie. Ce droit qui est d’ailleurs reconnu par la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme de 1948 (Article 3). 

L’avortement va à l’encontre de l’article 5 de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme :

[10] Si la communauté internationale a senti le besoin de consigner dans un document les droits humains auxquels on appelle au respect, c’est parce qu’il est évident que tout le monde n’a pas le même niveau de conscience. Et il est clair à partir de ce que l’on sait maintenant de l’avortement, qu’il va à l’encontre de l’article 5 de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme, article qui stipule que : «nul ne sera soumis à la torture, ni à des peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants».  

[11] Outre son caractère dégradant, l’avortement est un acte assimilable à l’assassinat. D’évidence, au moins par souci de cohérence. Or, le législateur ne peut valablement se contredire. Si dans un certains pays la peine de mort est abolie et ce, malgré les torts que l’accusé pourrait avoir commis, considérant que c’est une violation des droits fondamentaux de l’homme à la vie, on ne pourrait donc innocenter l’acte par lequel l’enfant est tué, lui, qui de surplus est innocent, et surtout sans défense. Nous nous battons contre la guerre, protégeons les civils de la guerre, pourtant nous contribuons à la mort d’un enfant sous prétexte qu’il embarrasse. 

L’avortement pourrait-il être une réponse au viol ?

[12] Un autre argument des partisans de l’avortement est qu’il pourrait être une réponse au viol. Pourtant, nous connaissons assez bien les lois de la morale innée pour savoir qu’on ne remédie pas à une injustice par une autre injustice ; on ne répare pas le mal en commettant le mal. Martin Luther nous dit d’ailleurs : « toute injustice est une menace pour la justice en général ». La libéralisation de l’avortement crée une mentalité de violence où le plus fort a le droit pour lui et où le plus faible ne peut résister au plus fort.

[13] Nous pensons qu’il est malhonnête de se servir de situations extrêmes ou d’atteintes à la dignité des personnes, pour banaliser l’avortement. A partir de quelques situations contraignantes, tout devient soudainement permis. Gisèle Maltais enceinte à la suite d’un viol à l’âge de 15 ans a décidé de garder son bébé avec ces mots : « Un enfant est moins lourd à porter dans le sein de sa mère que sur sa conscience. » 

[14] Et puis, il importe de rappeler que le viol ne représente que 1 % des raisons pour justifier un avortement. La majorité des femmes choisissent d’avorter pour des raisons sociales ou économiques. Mais dans le cas de viol -et on est tous d’accord la dessus - il est absolument nécessaire que l’agresseur soit puni par la loi, et la victime assistée au maximum, physiquement et psychologiquement. Cela dit, il n’est pas juste de tuer un enfant sous prétexte qu’il a été conçu lors d’un viol. L’avortement ne peut pas être utilisé comme une vengeance pour les mauvaises actions des autres. Il est clair que l’on n’efface pas un crime par un autre. 

[14] La nécessité de sauvegarder la vie de la mère est également évoquée pour légaliser l’avortement. Pourtant l’article 7 de la Déclaration Universelle Des Droits de l’Homme confère à TOUS sans distinction une égale protection de la loi : « tous sont égaux devant la loi et ont droit à une égale protection … » Pourquoi institutionnaliser le sacrifice de l’enfant ? 

L’avortement et le «syndrome post abortif» :

[15] D’ailleurs, l’avortement, même s’il présente peu de risques sanitaires pour la mère lorsqu’il est pratiqué en milieu médical par des professionnels qualifiés, entraîne souvent des séquelles psychologiques et émotionnelles non négligeables. Pour illustrer, une jeune fille témoigne : « j’ai l’impression que je me suis tuée; j’ai tué une partie de moi, je l’ai tué, c’est de n’avoir pas été à la hauteur de l’humanité. Je me le rappellerai toujours ». 

[16] En définitive, qu’en est-il des droits si le droit fondamental à la vie est bâclé ? C’est remettre en question l’existence même, non ?« On peut même dire que ce droit est le premier car il fonde tous les autres droits » dit Ayn Rand. Il n'y a qu'un seul droit fondamental, tous les autres sont ses conséquences ou corollaires. S’il n’est pas respecté, tous les autres sont menacés. Refuser à un être le droit à la vie revient en effet à supprimer le sujet du droit. Qu’en est-il du droit à l’éducation si le droit à la vie n’est pas respecté ? Qu’en est-il du droit aux loisirs, du droit des handicapés, si la vie est ainsi rejetée sous le prétexte fallacieux d’être embarrassante? 

[17] Un être humain à part entière recule face aux instruments qui cherchent à le tuer. Pourquoi son cri silencieux bien qu’assourdissant, n’est-il pas entendu? Parce qu’on ne le voit pas? Parce qu’il ne peut pas parler et le dire? Et s’il pouvait se présenter devant les juridictions nationales conformément à l’article 8 de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme qui lui donne le droit à un recours contre les actes violant les droits fondamentaux qui lui sont reconnus ? 

L’avortement : «Un déni des droits de l’humanité naissante : l’enfant ».

[18] On se protège, oui mais, et lui? Est-ce qu’on lui dira: « tu as été tué au nom des droits de l’homme »? La dépénalisation de l’avortement se révèlerait une concertation pour le plus grand crime contre l’humanité. Un déni des droits de l’humanité naissante: l’enfant! Un déni des droits à la vie même, incluant la nôtre. Nous ne faisons pas battre notre cœur, pourquoi aurions-nous le droit de décider de la vie d’un être. Et si cet être était nous ? Rapidement ne nous serions-nous pas mis du côté du droit fondamental de l’homme à la vie ?

[19] Gianna Jenssen, rescapée d’un avortement à six mois et demi d’existence, témoigne de la haine dont on a fait montre envers elle depuis le sein, et de son amour de la vie aujourd’hui : « On n’a pas le droit pour une question de confort de décider de l’existence d’un petit être humain ». Est-ce là ce que nous voulons laisser comme Etat de DROIT? Selon le Dr Nathanson, la pratique de l’avortement rapporterait environ 600 millions de dollars annuellement. Est-ce là ce que l’on veut laisser comme monde? 

Favoriser le «droit d’avorter» ne peut, en aucun cas, réaliser la «promotion de la liberté de la femme » :

[20] Si l’on veut promouvoir la liberté de la femme, ce n’est pas en lui favorisant le droit d’avorter qu’on y parviendra. En portant atteinte à l’enfant qui est en elle, elle porte atteinte à une vie qui n’est pas la sienne. Pensons aux millions de petits êtres humains innocents et sans défense qui se font priver de leur droit de vivre en ce moment même où vous me lisez. On trouve une raison à leur mort plutôt que de chercher une solution convenant aux deux parties. Ces petits êtres meurent alors que la loi (tout un arsenal juridique en réalité, la Charte africaine, la Convention américaine, la Charte de l’Union Européenne et bien sûr la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme …) est là pour garantir la protection de la vie et son respect. Comme qui dirait : « ils meurent au nom de la protection de la vie.» Eh oui quelle ironie! 

[21] Pourquoi adopter et ratifier ces instruments juridiques et laisser mourir des bébés parce qu’ils « ne sont pas désirés »? Questionnons-nous ! Si on vous disait qu’en ce moment même où vous lisez mon texte, quelqu’un est en train de décider si vous pouvez vivre ou mourir, quelle serait votre réaction? Soudainement l’article premier aurait son sens. Thomas Jefferson, auteur de la Déclaration d’indépendance américaine, a déclaré : « Se soucier de la vie et du bonheur des hommes et non de leur destruction est le premier et unique devoir légitime de tout bon gouvernement. »

[22] Cherchons, au lieu de légaliser – et banaliser - l’avortement, le moyen d’y remédier au nom des droits humains. Pour les droits de TOUS et non contre les droits d’un ensemble de personnes humaines. 

Nephtalie Bernadeau, Institution Sainte-Rose de Lima, Port au Prince ;

1re lauréate Semaine de l'Europe 2014/CONCOURS DE PLAIDOIRIES sur les droits de l'homme. Article publié dans  «Le Nouvelliste» | le : 02 mai 2014.  

Publicité

Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !

Campagne de financement pour Noël 2016. L'objectif est de 5 000 $. Merci de nous aider avec un don spécial en ce temps des fêtes !
noel-v3.JPG

945 $ recueillis (OBJECTIF: 5 000$) -- Merci de donner pour protéger la Vie !

Donner à Campagne Québec-Vie


Laissez un commentaire