M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×
×

Campagne de financement pour l'automne 2016. L'objectif est de 3500 $ Merci de nous aider à continuer notre travail.

1706 $ recueillis (OBJECTIF: 3 500$) -- Il reste 6 jours !

Ania « Le site de CQV est un outil de référence et d’information sans précédent pour les défenseurs de la vie au Québec ! »

--Ania

Donner à Campagne Québec-Vie

Doit-on respecter le résultat des élections? "On verra"...

La Classe est au-dessus de la démocratie. Un article de Mathieu Bock-Côté du 17 juillet 2012 commente la réponse des plus farfelues du mouvement de Gabriel Nadeau-Dubois:

 

Il y a quelques jours, Jeanne Reynold, une des leaders de la CLASSE, surprenait Anne-Marie Dussault, à l’émission 24h en 60 minutes. L’animatrice lui demandait si la CLASSE entendait respecter le résultat des prochaines élections. Question simple, réponse simple, non?

Sa réponse ? On verra. On verra après la discussion du congrès de la CLASSE. On verra si la CLASSE reconnaît la légitimité de ces élections. Autrement dit, on verra si la CLASSE reconnaît en principe le pouvoir de l’Assemblée nationale.

On le savait déjà. Avec son appel répété à la désobéissance civile, la CLASSE nous avait rappelé qu’elle se croyait en droit de décider des lois qu’elle suit ou non. Mais là, elle va beaucoup plus loin. Elle se donne le droit de contester les fondements de la démocratie québécoise.

Bêtise idéologique

Est-ce bien cela la « contestation globale » dont se réclame la Classe ? Est-ce que la pseudodémocratie directe dont elle se réclame lui donne tous les droits ? Imaginons que le Conseil du patronat soutienne une même chose, puis décide une grève de l’impôt, serions-nous aussi indulgents ?

Mais cette bêtise idéologique vient de loin. La gauche radicale des années 1970 répétait bêtement : élections, pièges à cons. Elle y voyait une illusion bourgeoise. Un cirque mis en place par les dominants pour amuser le peuple. Pour lui faire croire qu’il avait le pouvoir.

Le problème est plus profond. Pour la gauche radicale, on ne devrait pas se fier au peuple réel. Pourquoi ? Parce qu’il serait manipulé. Par les grands médias. Ou encore, parce que le peuple serait bourré de préjugés.

En fait, pour la gauche radicale, soit le peuple veut la révolution, soit il est aliéné. Il est à gauche ou n’apparaît qu’à la manière d’une masse de crétins sous-informés pas assez éclairés pour comprendre leurs propres intérêts.

La vérité serait dans la contestation radicale. De là la grève dite sociale et les appels à la grève générale pour l’automne qui vient. Il faut épuiser les institutions. Comme si nos institutions étaient pourries de l’intérieur.

De même, ces derniers mois, la CLASSE et ses compagnons de route n’ont cessé de vanter la supériorité de la rue sur le Parlement. Gabriel Nadeau-Dubois a même soutenu qu’il fallait renverser le gouvernement libéral par des élections ou « par un autre moyen ». Lequel ?

Quel moyen? Peu importe le moyen, l'important, c'est qu'il permette à la Classe d'imposer ses opinions à une population qui ne les partage pas...

Publicité

Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !

×

Campagne de financement pour l'automne 2016. L'objectif est de 3500 $ Merci de nous aider à continuer notre travail.

1706 $ recueillis (OBJECTIF: 3 500$) -- Il reste 6 jours !

Ania « Merci pour votre ministère. Ma prière est qu'il grandisse dans le nom de Jésus. C'est beau des gens qui se tiennent debout pour la Vie ! »

--Émilie

Donner à Campagne Québec-Vie


Laissez un commentaire