M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

Des seins nus et le drapeau communiste: voilà ce qui passe pour des arguments chez les pro-avortement

FEMEN_March_810_500_55_s_c1.jpg
Cela m’a rendu un peu mal à l’aise et triste pour elles, de voir des jeunes femmes crier et se débattre avec la police, et d’être plaquées contre le sol en béton, ce qui devait surement être douloureux.

Par Jonathon Van Maren de LifeSiteNews - traduit par Campagne Québec-Vie

Ottawa, le 15 mai 2015 -- C’était une belle journée à Ottawa pour la Marche nationale pour la Vie. Des milliers de personnes de tout âge remplissaient la Colline du Parlement. Des membres du clergé de différentes églises chrétiennes étaient aussi au rendez-vous, en solidarité avec les manifestants pro-vie. Des politiciens sont sortis de la Chambre des Communes pour déclarer leur appui aux droits humains fondamentaux. C’était une journée pleine d’énergie, avec ces milliers de personnes remplissant les rues d’Ottawa.

Quelques observations :

  • Quatre jeunes filles du groupe Femen sont accourues vers le podium, à moitié nues, alors que le député Stephen Woodworth commençait son allocution. Elles avaient l’air triste et en colère. Je n’ai jamais vraiment compris leur tactique, de protester en se montrant nues, même si j’en ai été victime plusieurs fois. Cela semble contradictoire à leur cause. Je comprends qu’elles sont en faveur de l’avortement et détestent les manifestations pro-vie. Mais il semble étrange de compromettre ainsi sa dignité pour promouvoir une idéologie. Cela m’a rendu un peu mal à l’aise et triste pour elles, de voir des jeunes femmes crier et se débattre avec la police, et d’être plaquées contre le sol en béton, ce qui devait sûrement être douloureux. J’aurais aimé que quelqu’un ait une couverture ou quelque chose pour les couvrir. J’étais encouragé de voir que pendant que les filles se débattaient avec la police, la plupart des hommes présents dans la foule ont détourné leurs yeux. Comme Matt Fradd l’a déclaré, « un homme qui se respecte doit traiter une femme avec dignité, même si celle-ci a oublié sa dignité. »
Publicité

Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !

  • Ceux qui opposent le mouvement pro-vie n’essayent même plus d’avoir un semblant de raison pour leur dissension. A part les tactiques de Femen, j’ai été surpris de voir une grande foule de manifestants en faveur de l’avortement, près de la rue Bank; ils étaient retenus par les policiers et leurs barricades. Beaucoup de ces manifestants étaient masqués et vociféraient de temps à autre des insultes envers les policiers. La foule semblait très menaçante, très en colère. Il y avait les slogans habituels – « enlève ton rosaire de mes ovaires », etc. – mais ce qui m’a vraiment surpris c’était le drapeau communiste (marteau et faucille sur fond rouge), flottant dans le vent. Il n’y en avait pas juste un, mais au moins six drapeaux arborant le symbole communiste. C’était très évocateur d’observer que des manifestants en faveur de l’avortement paradent aussi le drapeau de Staline et de son idéologie, responsables du meurtre de millions de personnes.

  • Le mouvement pro-vie est en croissance. Je ne suis pas de ceux qui utilisent  les chiffres dénombrant les participants à la Marche pour la Vie pour prouver la vigueur du mouvement. Ce sont les résultats qui comptent. J’ai été très encouragé par le nombre de jeunes qui m’ont dit être là parce qu’ils voulaient s’impliquer dans le mouvement pro-vie de façon significative; ce n’était pas pour eux une occasion de manquer l’école ou de s’amuser. Plusieurs m’ont arrêté pour me dire qu’ils avaient écouté une de nos présentations, durant notre tour du pays, et avaient hâte de s’impliquer de façon concrète.

  • « C’est le moment d’agir». Ce n’est sûrement pas une nouvelle pour la plupart d’entre vous, mais je pense qu’Eric Metaxas, le conférencier principal au Banquet pour la Vie, après la Marche, s’est très bien exprimé sur ce sujet. Eric Metaxas est l’auteur des biographies historiques Bonhoeffer et Amazing Grace. Cette dernière - que je demande à tous mes collègues de travail de lire - est une biographie de l’homme politique britannique William Wilberforce qui a milité pendant de longues années contre l’esclavagisme. Metaxas a utilisé des exemples historiques pour nous informer que nous serons dans une situation très dangereuse si les chrétiens d’aujourd’hui ne font rien pour combattre l’injustice. « Imaginez-vous, dit-il à la foule, si chaque chrétien préférait aller en prison plutôt que d’accepter des politiques contraires à l’enseignement de Dieu. Les prisons déborderaient, le système serait paralysé, et nous verrions un pays très différent le lendemain. Certains riront de cette hyperbole, mais il y a des signes à travers l’Amérique du Nord que cette sorte de dissension deviendra nécessaire très bientôt ». Metaxas a parlé du fameux discours que Ronald Reagan fit à Berlin, à la Porte de Brandenburg.  Malgré les réticences de ses conseillers, Reagan demanda au peuple « Démolissez ce mur! », et sa voix a été prophétique. Les chrétiens doivent s’unir dans l’action, a dit Metaxas. « Le mur pourri ne tombera pas tout seul. Mais si nous poussons ensemble, nous pourrons peut-être réussir. Dieu nous appelle à utiliser ce qu’il nous a donné - le temps, l’argent ou le talent ». C’est là un message qui réveille et qui inspire. 
Publicité



Laissez un commentaire