M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×
×

Campagne de financement automne 2017

1111 $ recueillis (OBJECTIF: 3 500$) -- Il reste 9 jours ! Merci de votre générosité.

Georges BuscemiCher ami, chère amie de la Vie,

Très peu d'organismes d'ici n'ont à la fois la liberté et la conviction pour jouer le rôle essentiel d’éclaireur des consciences sur les enjeux pro-vie et pro-famille. Mais Campagne Québec-Vie ne peut accomplir ce travail sans vous. Merci de donner !

Pour la Vie,

Georges_Signature-transparent.png
Georges Buscemi, Président

Donner à Campagne Québec-Vie

Des médecins québécois doivent répondre aux questions des médecins canadiens sur leur désir d'euthanasier les patients...

Sur le site du journal Le Devoir du 20 août 2013:

 

(Le Dr Doris Barwich, présidente de la société canadienne des médecins de soins palliatifs)

 

 

 

Des médecins québécois ont pris le micro pour expliquer devant leurs collègues canadiens pourquoi ils appuient le projet de loi 52 du gouvernement du Québec, lequel encadre entre autres l’aide médicale à mourir.

Lors des débats qui se sont tenus lundi dans le cadre de la 146e assemblée annuelle de l’Association médicale canadienne (AMC) à Calgary, l’inquiétude de plusieurs médecins canadiens était palpable.
 
« Nous ne croyons pas que l’aide médicale à mourir fasse partie du continuum des soins palliatifs », a lancé au parterre la présidente de la Société canadienne des médecins de soins palliatifs, la Dre Doris Barwich, lors d’un débat. D’ailleurs, plusieurs des médecins qui se sont exprimés oeuvraient en soins palliatifs.
 
« Si le suicide assisté devient légal, on ne devrait pas s’associer à ça ! », a averti un autre en s’adressant aux membres du conseil d’administration de l’AMC.
 
Pour un autre, « devenu médecin pour sauver des vies », pas question « que les médecins soient dépeints comme ceux qui amènent la mort ». « Je ne suis pas intéressé. Comme médecin, je veux m’occuper du bien-être du patient », de renchérir un collègue.
 
Le président de l’Association médicale du Québec (AMQ), le Dr Laurent Marcoux, s’est levé pour expliquer le projet de loi 52. « C’est une décision de société, et nous sommes au service de la société. Au Québec, nous avons cette discussion depuis quatre ans, et la grande majorité de la population souhaite qu’on aille jusqu’à permettre l’assistance à mourir ». Il a rappelé que deux médecins québécois sur trois considèrent que l’aide médicale à mourir est un soin approprié en fin de vie.
 
(...)
 
Les opinions sont divisées dans les rangs médicaux, même au Québec, où des médecins opposés au projet de loi 52 continuent à manifester leur mécontentement malgré le consensus social qui émerge des sondages. « En 23 ans, je n’ai jamais eu de véritable demande d’euthanasie », est venue confier aux participants de l’assemblée annuelle de l’AMC une Québécoise, médecin en soins palliatifs, ajoutant craindre que l’aide médicale à mourir ne soit utilisée « à cause d’un manque de ressources ».
 
(...)

Campagne de financement automne 2017. Merci de nous aider à être des éclaireurs des consciences L'objectif est de 3500$.

éclaireurs des consciences

Merci de nous aider avec un don spécial.

1111 $ recueillis (OBJECTIF: 3 500$) -- Il reste 9 jours ! Merci de votre générosité.

Donner à Campagne Québec-Vie


Laissez un commentaire