M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

Campagne de financement pour Noël 2016

noel-v1.JPGMerci de nous aider avec un don spécial en ce temps de Noël, où nous célébrons la naissance de notre Sauveur. Notre objectif est de 5 000$. Merci de votre précieuse collaboration.

Pour la Vie,

Georges_Signature-transparent.png
Georges Buscemi, Président

2300 $ recueillis (OBJECTIF: 5 000$) -- Merci de donner pour protéger la Vie !

Donner à Campagne Québec-Vie

Amnistie internationale lance une campagne de désinformation et réclame l'avortement «en toutes circonstances»

Amnistie Internationale veut la mort d'un bébé. Et de plusieurs aussi. Elle vous demande d'écrire auprès du gouvernement salvadorien pour permettre une intervention médicale. Elle vous demande d'envoyer cette lettre.

 

 Bien que sa grossesse soit considérée à haut risque, Beatriz, 22 ans, se voit refuser une intervention médicale vitale dont elle a besoin de toute urgence au Salvador. Sa vie est menacée et elle est victime d'un traitement cruel, inhumain et dégradant.

J’appelle les autorités à faire le nécessaire pour que Beatriz ne soit plus privée de soins ni laissée dans une situation s'apparentant à un mauvais traitement, et demandez-leur d'ordonner qu'elle puisse bénéficier immédiatement et sans aucune restriction de l'intervention médicale vitale dont elle a besoin, conformément à son souhait et aux recommandations du personnel de santé.
 
Je vous exhorte à veiller à ce que les professionnels de la santé puissent pratiquer l'intervention nécessaire pour sauver la vie de Beatriz sans courir le risque d'être poursuivis en justice pour avoir agi selon le souhait de cette jeune femme.
 
Je vous engage à dépénaliser l’avortement en toutes circonstances et à garantir l’accès à des services d’avortement sûrs quand une grossesse menace la vie ou la santé d’une femme ou d’une jeune fille, ou en cas de grossesse survenue à la suite d’un viol.
 
La vie de Beatriz est tellement menacée qu'actuellement les médecins ne jugent pas nécessaire de la garder à l'hôpital... Voici vraiment la sitation qu'Amnistie Internationale a caricaturée. Sur le Blog de Jeanne Smits du 29 avril 2013:
 
Le lobby de l'avortement veut la peau des lois pro-vie au Salvador. Une affaire présentée comme tragique est aujourd'hui exploitée par les médias internationaux pour obtenir une exception d'avortement en cas de « danger pour la mère ». Son cas a été porté devant la Cour suprême de justice afin que celle-ci, par voie jurisprudentielle, défasse ce que la loi votée par la majorité a fait.
 
(...) 
En l'occurrence, il s'agit d'une femme dont l'identité demeure inconnue, appelée « Beatriz » par la presse, enceinte de 20 semaines. A 22 ans, elle a déjà un petit garçon de 2 ans. L'enfant qu'elle attend, selon la presse, est anencéphale et mourra à la naissance, toujours selon la presse. Quant à elle, atteinte d'un lupus érythémateux discoïde, une maladie qui affaiblit le système immunitaire, elle se trouve à l'hôpital en raison de son état de santé. Et « le développement de sa grossesse peut conduire à mettre sa vie en péril en raison de son problème de santé », souligne la presse.
 
Ce n'est donc pas encore le cas.
 
Peu importe. Les organisations féministes, des journaux salvadoriens et internationaux, la BBC, bref, tout le monde convenable s'est mis d'accord pour demander la peau du bébé. Le tout « pour sauver la vie de la mère » : « Il ne s'agit pas du désir d'une femme qui veut avorter, il s'agit pour elle de sauver sa vie », a ainsi déclaré à l'AFP la représentante de l'association de femmes « Las Dignas ».
 
C'est « Beatriz » qui a déposé un recours devant la Cour suprême et la presse répète en boucle qu'il s'agit juste d'obtenir que le médecin qui pratiquera ce juste « avortement thérapeutique » n'encoure pas « jusqu'à 50 ans de prison »…
 
Peu importe que l'avortement ne soit pas puni de 50 ans de prison au Salvador : c'est un délit, non un crime selon la loi pénale et encourt un maximum de 10 ans. Vous direz que ce n'est pas rien – mais alors pourquoi gonfler ainsi les chiffres ?
 
Pour l'association féministe CEMUJER, « C'est un combat très difficile, mais nécessaire, car s'il est bien certain que l'avortement est considéré comme in délit, le fait de ne pas sauver la vie l'est aussi. »
 
Ainsi se résume en quelques mots l'argument opposé non seulement aux lois pro-vie, mais aussi aux objecteurs de conscience qui ne veulent pas pratiquer l'intervention et que l'on cherche à contraindre en les rendant responsables des morts maternelles là où l'avortement serait supposé  avoir « sauvé la vie » de la mère.
 
La réalité semble bien moins dramatique que ce disent les organisations féministes dont le seul objectif est d'enfoncer un coin dans les lois et la Constitution pro-vie d'El Salvador.
 
La Conférence des évêques du Salvador s'est fermement élevée contre la manipulation. Son communiqué du 27 avril souligne que la résistance à la demande d'avortement de « Beatriz » ne viole aucun droit constitutionnel, car elle cherche à protéger la vie à naître : « Les médecins doivent sauvegarder la vie de la mère et de son enfant, en mettant en œuvre les procédures médicales adéquates et éthiques. Ce cas ne doit pas être utilisé pour légiférer contre la vie humaine, spécialement contre l'enfant à naître. »
 
Et de rappeler que la Constitution de leur pays reconnaît comme personne humaine « tout être humain depuis l'instant de la conception », ce qui interdit de porter atteinte à cette « vie humaine innocente ».
 
La présidente de la fondation Si à la vida (Oui à la vie), a parlé d'une situation « très grave », une affaire à laquelle une énorme publicité est donnée alors même que de nombreux détails ne sont pas accessibles à la presse. Ainsi l'identité de la jeune femme, mais aussi son état de santé réel ne font l'objet d'aucune déclaration.
 
 
Mais, « Officieusement, les médecins de la maternité ont pris contact avec l'Association bioéthique d'El Salvador (ABIOES) et ont fait savoir que Beatriz est dans un état stable, raison pour laquelle ils n'ont vu aucune raison d'intervenir ni même de l'admettre à l'hôpital », souligne Georgina de Rivas.
 
La vie de la jeune femme n'est donc pas en danger. Il n'y a pas péril en la demeure. L'urgent est de ne pas intervenir. Ce qui pourrait donner le temps à Beatriz de mener sa grossesse jusqu'à la viabilité théorique de l'enfant, date à laquelle la naissance pourrait être déclenchée sans inconvénient éthique.
 
Il y a donc montage.
 
 
Une autre affaire Savita. Qu'Amnistie Internationale reprenne sans discernement un bobard de groupes pro-choix visant à faire changer les lois gouvernementales d'un pays, pour permettre l'élimination des enfants, enlève toute crédibilité à l'organisme.
 
 
Pour rejoindre Amnistie Internationale : 
 
 
Téléphone : 514 766-9766 
Téléphone (sans frais) : 1-800-565-9766
Télécopieur : 514 766-2088
Site WEB officiel : www.amnistie.ca
 
 
 
 
 
Publicité

Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !

Campagne de financement pour Noël 2016. L'objectif est de 5 000 $. Merci de nous aider avec un don spécial en ce temps des fêtes !
noel-v3.JPG

2300 $ recueillis (OBJECTIF: 5 000$) -- Merci de donner pour protéger la Vie !

Donner à Campagne Québec-Vie


Laissez un commentaire