M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

Campagne de financement pour Noël 2016

noel-v1.JPGMerci de nous aider avec un don spécial en ce temps de Noël, où nous célébrons la naissance de notre Sauveur. Notre objectif est de 5 000$. Merci de votre précieuse collaboration.

Pour la Vie,

Georges_Signature-transparent.png
Georges Buscemi, Président

2450 $ recueillis (OBJECTIF: 5 000$) -- Merci de donner pour protéger la Vie !

Donner à Campagne Québec-Vie

Aider les enfants à faire leur coming-out pour les aider à s'en sortir...

Le journal Le Soleil du 19 mars 2012 parle du rôle des parents dans l'acceptation de l'homosexualité par leurs enfants. Si l'importance des parents est bien soulignée, le rôle qu'on leur dévolue dans l'article n'est certainement pas le bon...

Un parent qui aime son enfant cherchera avec lui les ressources qui lui permettront de développer son hétérosexualité. Il existe des organismes qui apportent le soutien psychologique pour déterminer les causes de l'homosexualité et permettre de les résorber.

Voici l'adresse internet de l'un de ces organismes, sur lequel on trouve nombre de témoignages de personnes qui ont traversé de l'homosexualité vers l'hétérosexualité:

tavietonchoix.org

Voici un extrait de l'article du Soleil

Ce qu'il faut garder en tête, continue-t-il, c'est que le dévoilement de l'orientation sexuelle de son enfant constitue «une marque de confiance énorme», une décision souvent longuement mûrie. «La principale crainte d'un jeune qui fait son coming out, c'est de décevoir ses parents, de leur faire de la peine, d'être rejeté, et ce, même si le milieu familial est ouvert à la diversité sexuelle. La crainte est toujours là», pense Martin Masson.

Un choc normal

Il est tout à fait normal pour un parent d'avoir un choc à la suite d'une telle révélation, rappellent les deux hommes. «Un coming out, pour un parent, c'est toujours quelque chose d'assez difficile à différents niveaux. Aujourd'hui, c'est un peu plus facile, mais ça reste quand même une période où le temps doit faire son temps», insiste Martin Masson.

Surtout, au-delà du choc, il faut savoir garder le contact avec l'enfant. Ne pas couper les ponts ou en venir au silence, «même si on a le droit de dire "Mon Dieu, ça me surprend tellement ce que tu viens de m'apprendre, laisse-moi un peu de temps, j'aimerais ça en reparler avec toi, plus tard..."», nuance André Tardif.

C'est là qu'entre en jeu le GRIS-Québec. Son programme Accès-Parent permet de jumeler des pères et des mères en quête de réponses avec d'autres qui sont déjà passés par là. Bref, l'aide vient des pairs. Écoute téléphonique, rencontres avec des bénévoles... L'important, c'est de fournir une oreille attentive et expérimentée.

La suite de l'article veut expliquer qu'il faut "démystifier" l'homosexualité. Ce serait bien si c'était une véritable démystification de l'homosexualité dont il s'agissait, mais ce n'est pas le cas. Plutôt que le Gris qui encourage les jeunes à aller vers le chemin de l'homosexualité, les parents peuvent se tourner vers des organismes qui aideront leurs enfants à se sentir bien dans leur peau, dans le choix d'une hétérosexualité épanouie.

Publicité

Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !

Campagne de financement pour Noël 2016. L'objectif est de 5 000 $. Merci de nous aider avec un don spécial en ce temps des fêtes !
noel-v3.JPG

2450 $ recueillis (OBJECTIF: 5 000$) -- Merci de donner pour protéger la Vie !

Donner à Campagne Québec-Vie


Laissez un commentaire