M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×
×

Campagne de financement automne 2017

551 $ recueillis (OBJECTIF: 3 500$) -- Il reste 10 jours ! Merci de votre générosité.

Georges BuscemiCher ami, chère amie de la Vie,

Très peu d'organismes d'ici n'ont à la fois la liberté et la conviction pour jouer le rôle essentiel d’éclaireur des consciences sur les enjeux pro-vie et pro-famille. Mais Campagne Québec-Vie ne peut accomplir ce travail sans vous. Merci de donner !

Pour la Vie,

Georges_Signature-transparent.png
Georges Buscemi, Président

Donner à Campagne Québec-Vie

«Demander l'interruption des soins quand la mort est présente...»

Sur le site de veroniquehivon.org du 15 janvier 2013, cette description des plus « tarabiscotées » de l'euthanasie proposée par le gouvernement:

(La députée Véronique Hivon et le député libéral Geoffrey Kelly, débutant la comédie de la Commission « Mourir dans la dignité »)

 

Les patients ne pourront demander l'interruption des soins que «quand la mort est présente», qu'ils sont en fin de vie, atteints d'une maladie incurable et en proie à des souffrances psychologiques ou physiques devant lesquelles la médecine est impuissante.

Dans le cas d'un patient atteint d'alzheimer, un mandataire pourra demander la fin des soins seulement si le patient y a consenti au moment où il était conscient. Ce consentement ne devra pas être antérieur à cinq ans. Aussi, l'imminence du décès devra être évidente, a expliqué Me Ménard. Le Collège de médecins est à réfléchir sur le cadre à établir pour ces pratiques, a ajouté Mme Hivon.
Le rapport propose aussi de réfléchir sur les pratiques de sédation permanente en fin de vie. Les patients devraient être totalement informés de leur condition, des possibilités qui s'offrent à eux, tout cela dans la confidentialité la plus complète

On ne parle pas d'interruption de soins. Ce qui est déjà permis par la loi. Toute personne a déjà le droit de refuser l'acharnement thérapeutique. On parle de tuer par injection létale. Cela n'a rien à voir. Comme on peut le constater, le gouvernement, la ministre Hivon, mélangent expressément les notions d'acharnement thérapeutique et d'euthanasie. Tout faire pour cacher la réalité : tuer des patients, des personnes alzheimers et d'autres catégories, comme en Hollande et en Belgique, suivront.

Campagne de financement automne 2017. Merci de nous aider à être des éclaireurs des consciences L'objectif est de 3500$.

éclaireurs des consciences

Merci de nous aider avec un don spécial.

551 $ recueillis (OBJECTIF: 3 500$) -- Il reste 10 jours ! Merci de votre générosité.

Donner à Campagne Québec-Vie


Laissez un commentaire