M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

82% des avortements à New York concernent des bébés noirs ou hispaniques...

Nous avons déjà parlé de la genèse eugéniste et raciste du mouvement « pro-choix ». Pour voir les reportages (maafa 21) sur le sujet, cliquez ici. Voici quelques statistiques qui viennent confirmer ce que nous rappelle l'histoire du mouvement « pro-choix » :

Le dernier rapport sur la surveillance de l’avortement, publié le 29 novembre 2013 et qui couvre l’année 2010, contient des chiffres extrêmement surprenants qui montrent que l’avortement vise la population noire et hispanique.
 
Le rapport révèle qu’en 2010, 56.7% des avortements effectués aux Etats Unis concernent des femmes noires et hispaniques. Il y a eu, en 2010, un total de 415,479 avortements. 153,045 avortements de bébés blancs non hispaniques (36.8 %), 148,261 de bébés noirs (35.7%), 87,240 de bébés hispaniques (21.0%), et 26,933 de bébés d’autres races ou ethnies (6.5%).
 
Le rapport révèle aussi que la majorité des bébés noirs et hispaniques ont été avortés dans le New Jersey (55.9%), le District de Columbia (64.8%) et la Georgie (73.2%). A New York city seul, 81.9‰ des bébés avortés étaient noirs ou hispaniques, et au Texas, 63.7%.
 
Selon les opposants à l’avortement, il s’agit d’une véritable discrimination raciale, une entreprise d’eugénisme.
 
“Cela confirme ce que nous disons depuis longtemps : l’avortement n’est pas un sujet sur le droit des femmes, ou sur la liberté de reproduction, c’est juste une affaire d’eugénisme,” a déclaré Mark Crutcher de Life Dynamics, un mouvement pro-vie. “Nous avons documenté cette visée eugénique contre des minorités dans notre film, Maafa21, ainsi que dans notre rapport publié en 2011. Ce que nos recherches ont démontré est que le lobby de l’avortement opère un profilage racial en installant leurs centres de planning familial dans les quartiers à forte concentration de minorités ethniques.”
 
Crutcher : “Maafa21 mentionne une étude conduite par trois recherches d’universités américaines sur les critères de décision des emplacements géopgraphiques des centres de planning familial. Les résultats montrent que le premier critère n’est pas les quartiers pauvres, mais le pourcentage de noirs. »
 
(...)

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.
 

 

 

Publicité

Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !



Laissez un commentaire