M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×
×

Campagne de financement pour l'automne 2016. L'objectif est de 3500 $ Merci de nous aider à continuer notre travail.

1961 $ recueillis (OBJECTIF: 3 500$) -- Il reste 4 jours !

Ania « Le site de CQV est un outil de référence et d’information sans précédent pour les défenseurs de la vie au Québec ! »

--Ania

Donner à Campagne Québec-Vie

Russel Brand vient de détruire la pornographie avec un des plus époustouflants et formidables discours jamais entendus

Russell_Brand4_810_500_55_s_c1.jpg

Par Jonathon Van Maren de LifeSiteNews - traduit par Campagne Québec-Vie

Eh oui, même une horloge brisée nous donne la bonne heure deux fois par jour. Le célèbre comédien britannique Russel Brand, pseudo-révolutionnaire qui ne fait rire personne, a publié un nouveau vidéo dans son émission « de nouvelles » en ligne, The Trews, et ce vidéo est dédié à une condamnation succincte, intelligente et exhaustive de la pornographie.

Admettre la vérité à propos de la pornographie, donc admettre que c'est une culture de viol dangereusement malsaine, devient de plus en plus à la mode. Mais pour quelqu'un comme Russel Brand, vedette de plusieurs films pseudo-pornographiques, porteur d'idées gauchistes stéréotypées, et ayant mené une vie aux mœurs légères, de détailler avec autant d'ouverture et d’honnêteté les dangers de la pornographie est impressionnant, c'est le moins qu'on puisse dire.

Honnête et ouvert, voilà ce qu'il a été.

Brand commence le vidéo en déplorant la popularité du film Fifty Shades of Grey, le surnommant «de la pornographie douce ». Selon lui, ce genre de pornographie vient changer la façon que nous avons de communiquer les uns avec les autres.

« Notre attitude envers le sexe est devenue déformée et pervertie », a fulminé Brand, « et elle a dévié de sa vraie fonction, soit une expression d'amour et un moyen pour procréer. À cause de notre acculturation, la façon avec laquelle nous avons conçu et exprimé cette attitude est devenue très, très confuse. »

Publicité

Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !

Si vous vous demandez si vraiment Russel Brand a tenu de tels propos, j'ai double-vérifié, juste pour être certain. C'était bien lui.

« J'ai entendu une fois un prêtre qui disait que la pornographie n'était pas un problème parce qu'elle en montrait trop, mais qu'elle était un problème parce qu'elle n'en montrait pas assez » a dit Brand à son audience. Il rajoute que ce prêtre ne voulait pas dire par là que la pornographie devrait montrer davantage « d'images dégradantes ». Au contraire, il disait par là que « la pornographie réduisait l'acte sexuel à sa plus simple expression, à un simple acte physique».

Avec une honnêteté et une vulnérabilité impressionnantes, Brand a sorti une liste de statistiques détaillant les aspects négatifs de la pornographie.

Perception exagérée de la sexualité dans la société?

« Je le pense un peu! »

Diminution de la confiance dans l'intimité d'un couple?

« Ça m'arrive parfois »

L'abandon d'espoir pour une monogamie sexuelle?

« Parfois, je me demande si c'est possible! »

La croyance que la promiscuité est un état naturel?

« Je ne veux pas avoir cette croyance! J'étais obsédé par la pornographie lorsque j'étais adolescent. »

Mais Brand a admis que c'est presque être nostalgique que de parler de magazines pornographiques en 2015 « Maintenant, ce sont des icebergs de saletés qui flottent à travers toutes les maisons à cause du Wi-fi. C'est inconcevable ce que ça doit être d'être un adolescent aujourd'hui, maintenant que l'accès à la pornographie est devenu tellement facile et rapide. Ça doit être hypnotisant et excitant, mais aussi terriblement corrupteur, d'une façon qu'on ne peut même pas imaginer. »

« Je crois que mon propre passé avec la pornographie se retrouve au centre de mes conflits intérieurs et de mes doutes » a confessé Brand. « Je sais que la pornographie est mauvaise, et que je ne devrais pas en regarder, et que plusieurs personnes travaillant dans ce domaine le font pour de mauvaises raisons (désespoir, mauvaise estime de soi). Je suis sûr qu'il y a beaucoup de personnes travaillant dans l'industrie de la pornographie qui disent : « Hey, moi j'aime ça! », mais, si vous regardez de la pornographie, il y a ce sentiment dans votre cœur qui vous dit que ce n'est pas la meilleure chose pour vous , n'est-ce pas? Que ce n'est pas la meilleure façon d'user de votre temps. Vous ne déposez pas votre ordinateur portable sur la table en pensant : « Voilà! Quelles minutes productives ai-je passées à connecter avec le monde! ».

Brand affirme fermement que nous mentons si nous prétendons que le doux brouillard de pollution qu'est la pornographie ne rend pas plus difficiles les relations avec ceux qui nous entourent. La pornographie, et même la "pornographie douce", nous entraine souvent directement vers l'instrumentalisation de l'être humain.

« Je suis constamment coupable de cela» admet Brand, « parce que j'ai été acculturé et entraîné à le faire. C'est quelque chose sur quoi je travaille, mais une fois que cette pulsion biologique de procréation se fusionne à une culture d'objectivation, cela devient une situation très difficile à redresser... Parce que cette ressource première qu'est la procréation devient distrayante et discordante au moment même où elle s'enclenche. Je pense que le circuit dans l'esprit qui est connecté à la sexualité se déplace très, très rapidement. Le circuit qui est connecté à l'amour et la compassion bouge un peu plus lentement. Donc si vous êtes constamment bombardés par de grandes vagues de saletés, ça va s'avérer être très difficile pour vous de rester attachés à la vérité."

Pour Brand, l'impact de la pornographie est apparent pour n'importe qui qui se dit vraiment prêt à jeter un regard honnête sur cette situation.

« J'ai l'impression que si j'avais un réel contrôle sur moi, je ne regarderais plus jamais de pornographie. Je jetterais cette habitude hors de ma vie... La pornographie n'est pas quelque chose que j'aime, mais ce n'est pas quelque chose que j'ai réussi à arrêter à long terme, et cela affecte ma capacité à connecter avec les femmes, avec moi-même, avec ma propre sexualité et avec ma propre spiritualité. »

Et qu'en est-il de la pornographie « pour les femmes »? C'est la pornographie en général qui est un problème, dit Brand, pas seulement la pornographie qui est davantage « pour les hommes ». La pornographie féministe n'est pas la réponse à la misogynie. La pornographie est le problème, point final. Créer de la pornographie féminine, « c'est comme essayer de résoudre le problème de racisme en inventant un mot pour les personnes de race blanche qui serait aussi mauvais que le mot commençant par la lettre « n » pour les personnes de race noire. La direction que nous devrions prendre est la compréhension de notre sexualité, savoir comment l'exprimer affectueusement, en harmonie avec les principes qu'elle doit démontrer, soit la procréation et l'amour sensuel entre deux adultes consentants. »

Ceci n'est pas seulement la position de Brand. En ajoutant « dans le contexte marital » à la partie « entre deux adultes consentants », cela devient aussi la position chrétienne sur le sujet.

Ce n'est pas seulement l'analyse de Brand qui apporte une contribution importante à la discussion culturelle entourant la pornographie. C'est aussi son empressement à être honnête à propos des impacts que la pornographie a eus sur sa vie, sur ses relations et sur sa façon de voir le monde qui apporte cette même contribution. Brand est très loin d'être un conservateur social. Il est simplement quelqu'un qui voit la façon dont la pornographie l'a changé, et qui déteste ça.

Et c'est grâce à des personnes telles que lui, des personnes désirant être honnêtes avec elles-mêmes et avec les autres, que la conversation culturelle est en train de changer. L'audience habituelle de Brand, je me risque à le dire, ne doit probablement pas très souvent entendre des déclarations aussi puissantes sur les maux apportés par la pornographie.

Comme Brand et tous les autres qui se sont délectés de ce qu'a apporté la Révolution Sexuelle et qui aujourd'hui se présentent pour expliquer comment, en réalité, cela a eu un terrible effet sur eux, notre culture est forcée de reconnaître les vérités qu'ils ont longtemps ignorées. Les dogmes prisés de la Révolution Sexuelle s'effondrent sous nos yeux. Ils ont maintenu notre culture sous leur domination pendant presqu'un demi-siècle. Mais maintenant que les gens commencent à reconnaître ce que la pornographie leur a fait et réclament leur dignité et des relations saines avec les autres, nous pouvons désormais commencer à avancer dans la bonne direction.

Et quelle est cette bonne direction? C'est réaliser ce que Russel Brand souhaite pour lui-même : une domination sur nos vices, afin que nous puissions déraciner de nos vies la pornographie, et ce, pour toujours.

Publicité

×

Campagne de financement pour l'automne 2016. L'objectif est de 3500 $ Merci de nous aider à continuer notre travail.

1961 $ recueillis (OBJECTIF: 3 500$) -- Il reste 4 jours !

Ania « Merci pour votre ministère. Ma prière est qu'il grandisse dans le nom de Jésus. C'est beau des gens qui se tiennent debout pour la Vie ! »

--Émilie

Donner à Campagne Québec-Vie


Laissez un commentaire