M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

Le Vatican dénonce la décision d'Obama

Le Vatican dénonce la décision d'Obama sur les cellules souches

Par Reuters, publié le 10/03/2009 à 14:06 - mis à jour le 10/03/2009 à 14:28



CITE DU VATICAN - Le Vatican et l'épiscopat américain condamnent la levée par Barack Obama des restrictions sur le financement public de la recherche sur les cellules souches embryonnaires.



Vue au miscroscope d'une culture de cellules souches embryonnaires humaines. Le Vatican et l'épiscopat américain ont condamné mardi la levée par le président américain Barack Obama des restrictions sur le financement public de la recherche sur les cellules souches embryonnaires. /Image publiée le 9 mars 2009/Reuters/Alan Trounson/HO



Le président américain a levé lundi les restrictions imposées il y a huit ans par son prédécesseur George Bush au financement public de la recherche sur les cellules souches embryonnaires. Le cardinal Justin Rigali, archevêque de Philadelphie et président de la commission pro-vie de la conférence épiscopale américaine, a présenté la décision du président Obama comme la "triste victoire de la politique sur la science et la morale".



Pour lui, cette initiative est "moralement mauvaise car elle favorise la destruction de vies humaines innocentes, en considérant les êtres vulnérables comme de simples produits bons à être moissonnés". L'Eglise catholique est opposée à la recherche sur les cellules souches, qui pour les scientifiques pourrait conduire à des avancées notamment dans la lutte contre la maladie d'Alzheimer ou celle de Parkinson, car elle suppose la destruction d'embryons humains.



Un article que publie mardi l'Osservatore Romano estime qu'une "vraie démocratie" doit être fondée sur la protection de la dignité humaine à chaque étape de l'existence. Pour Mgr Elio Sgreccia, un spécialiste de la bioéthique au Saint-Siège, la décision d'Obama est avant tout motivée par des raisons financières et la recherche du profit. Dès avant l'annonce de la Maison blanche, qui était anticipée, les compagnies spécialisées dans ces recherches, comme StemCells et Geron Corp., avaient bondi en Bourse.



UNE HISTOIRE D'ARGENT ?



Ce dossier sera probablement l'un des principaux sujets au centre de la rencontre entre le pape Benoît XVI et Barack Obama prévue en juillet prochain en Italie. Les cellules souches sont une forme primitive de cellules capables d'évoluer en toutes sortes de composants de l'organisme : neurones, fibres musculaires, globules rouges... Les défenseurs de cette voie de recherche pensent qu'elle ouvre la voie à de nombreuses thérapies pour des maladies dégénératives ou des traumatismes handicapants. Ses détracteurs s'y opposent en général pour des motifs religieux et refusent la destruction d'embryons nécessaire pour produire une lignée de cellules.



George Bush avait limité en août 2001 les financements publics aux recherches portant sur les lignées de cellules souches extraites d'embryons humains existantes, rendant difficile la production de nouvelles lignées.

Barack Obama n'établira pas lui-même les règles éthiques et juridiques entourant ces recherches mais a chargé l'Institut national de la santé (NIH) de les fixer dans un délai de quatre mois. Le NIH devra notamment définir dans quels cas des études portant sur des embryons humains pourront bénéficier de fonds publics. "Nous ne prendrons jamais cette recherche à la légère", a souligné le nouveau président américain. "Nous allons édicter des règles très strictes que nous ferons appliquer avec rigueur, parce qu'on ne peut tolérer ni détournement ni abus".



Certains scientifiques accusaient son prédécesseur d'avoir sacrifié la recherche et détourné ses conclusions, non seulement sur les cellules souches, mais aussi sur le changement climatique, l'énergie, l'euthanasie ou les questions de procréation, pour apaiser l'aile politique et religieuse qui constituait sa base électorale. Barack Obama a d'ailleurs invité l'Office des sciences et de la technologie de la Maison blanche à réfléchir aux moyens à mettre en oeuvre pour "restaurer l'intégrité scientifique du processus de décision gouvernemental".



Version française Guy Kerivel



http://www.lexpress.fr/actualites/2/le-vatican-denonce-la-decision-d-oba...

Publicité

Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !



Laissez un commentaire