M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×
×

Campagne de financement - Marche pour la vie 2024

prière

$ 4,327 recueillis -- Objectif: 10 000 $. -- Merci de votre générosité.

Georges BuscemiChers amis de la Vie,

Pour que la Marche de 2025 soit encore plus grande et belle : Merci de nous aider ! Donnez généreusement.

Georges_Signature-transparent.png
Georges Buscemi, Président

Donner à Campagne Québec-Vie

Voici comment le darwinisme athée a conduit l’Occident à l’âge sombre de l’eugénisme

Par Jonathon Van Maren — Traduit par Campagne Québec-Vie — Photo : Wikimedia Commons

6 novembre 2023 (LifeSiteNews) — En août, Tristin Hopper du National Post a publié un essai informatif intitulé The time when Canada’s elite wanted to sterilize "insane" and disabled people [L’époque où l’élite canadienne voulait stériliser les « fous » et les handicapés], un récit qui met en garde contre la tendance à suivre les modes du moment. L’histoire de l’eugénisme, que j’ai décrite en détail dans mon livre de 2016 The Culture War, est un chapitre largement oublié de l’histoire de l’Occident — mais comme l'eugénisme revient sous le couvert de l’avortement et de l’euthanasie, cette histoire mérite une fois de plus un examen plus approfondi.

Même si les humanistes aimeraient protester contre ce fait, c’est l’essor de la théorie évolutionniste de la sélection naturelle, propagée par Charles Darwin et ses acolytes, qui a commencé à éroder la croyance fondamentale selon laquelle toute vie humaine a une valeur intrinsèque. Après tout, si Dieu n’existe pas, personne n’a été créé à son image. Si Dieu n’existe pas, certaines personnes sont, par définition, des accidents évolutionnaires défectueux. S’il n’y a pas de Dieu, il n’y a aucune raison de supposer que tous les êtres humains ont de la valeur et sont égaux. En fait, la théorie même de la sélection naturelle évolutive exclut l’idée d’égalité. Dans la vision darwinienne de la race humaine, l’égalité ne peut être autre chose qu’une faible construction sociale.

L'article continue ci-dessous...

×

Campagne de financement -- Marche pour la vie 2024

$ 4,327 recueillis -- Objectif: 10 000 $. -- Merci de votre générosité.

Donner à Campagne Québec-Vie

Charles Darwin n’a pas reculé devant ce fait ni évité ses conclusions. Dans son ouvrage de 1882 intitulé The Descent of Man and Selection in Relation to Sex [La descendance de l’homme et la sélection liée au sexe], il note :

Chez les sauvages, les faibles de corps ou d’esprit sont rapidement éliminés, et ceux qui survivent présentent généralement un état de santé vigoureux. En revanche, nous, les hommes civilisés, faisons tout notre possible pour freiner le processus d’élimination ; nous construisons des asiles pour les imbéciles, les estropiés et les malades ; nous instituons des lois sur les indigents ; et nos médecins déploient tous leurs efforts pour sauver la vie de chacun jusqu’au dernier moment. Il y a lieu de croire que la vaccination a préservé des milliers de personnes qui, en raison de leur faible constitution, auraient autrefois succombé à la variole. C’est ainsi que les membres faibles des sociétés civilisées reproduisent leur nature. Quiconque s’est occupé de l’élevage des animaux domestiques ne doute pas que cela ne soit très préjudiciable à la race humaine. Il est surprenant de voir avec quelle rapidité le manque de soins, ou des soins mal dirigés, conduisent à la dégénérescence d’une race domestique ; mais, sauf dans le cas de l’homme lui-même, presque personne n’est assez ignorant pour permettre à ses pires animaux de se reproduire.

Ce que Darwin a décrit avec précision, c’est une société chrétienne qui se consacre à la prise en charge des membres les plus faibles de la société. Ce qu’il décriait, en termes peu subtils, c’était le fait que le résultat de la charité chrétienne lui semblait être une race humaine contenant un nombre important d’êtres humains défectueux et sans valeur.

La distinction entre les soi-disant « hommes civilisés » et les « sauvages » est vite devenue difficile à faire. Les théories de Darwin sur la sélection naturelle ayant apporté la preuve soi-disant définitive que les êtres humains n’étaient pas fondamentalement égaux et ne devaient donc pas être traités comme tels, l’eugénisme a fait fureur. Dieu n’a pas commis d’erreur en créant les êtres humains, mais la sélection naturelle peut certainement le faire. Cela signifie que les malades mentaux, les handicapés et les personnes faibles de constitution n’ont pas été créés à l’image de Dieu. Ils sont des accidents défectueux de la nature.

Le cousin de Darwin, le scientifique Francis Galton, s’est consacré à l’application de la théorie de la sélection naturelle de Darwin à la politique sociale. L’histoire du christianisme de Ted Byfield, Unto the Ends of the Earth [Jusqu’aux confins de la terre], décrit le mouvement sombre et cruel qui s’est développé :

Avec la publication du livre de Galton, Hereditary Genius, en 1869, la science de l’« eugénisme » (littéralement, « bonne naissance ») est née et a été nommée. En l’espace de deux décennies, l’eugénisme devient aussi un « mouvement » qui promulgue dans le monde occidental des plans de reproduction sélective de la race blanche, de suppression de la race jaune et d’éradication de la race noire. Parmi les Blancs, les moins méritants ne devaient pas être autorisés à procréer, ni même à s’associer à des personnes de race supérieure. Confinés dans des « camps de travail », ils doivent être traités avec bienveillance, mais toute violation du code eugénique entraîne une accusation de trahison. Bien que la plupart des gens estiment, sans surprise, que Galton est allé trop loin, ses défenseurs décrivent tous ses détracteurs comme des obstacles au progrès scientifique, semblables à ceux qui avaient essayé d’entraver Galilée, déclarent-ils. Cependant, Darwin, son cousin, s’est montré très favorable à l’idée. « Je ne pense pas avoir jamais lu quelque chose de plus intéressant ni de plus original de toute ma vie », écrit-il, exubérant.

L’eugénisme n’a jamais été pleinement adopté en Grande-Bretagne, bien que ce pays ait été le berceau de ces idées. Trop d’hommes politiques s’y sont opposés, souvent pour des raisons religieuses. Mais le mouvement eugénique a connu un grand succès aux États-Unis et au Canada. Le zoologiste de Harvard Charles Benedict Davenport, par exemple, a promu l’eugénisme comme moyen de réduire le taux de criminalité et de créer une société morale. Son camarade eugéniste Harry Hamilton Laughlin, surintendant de l’Eugenics Record Office à New York de 1910 jusqu’à sa fermeture en 1939, était si fanatique qu’il a même condamné de nombreuses organisations caritatives. Il était prêt à admettre qu’elles faisaient beaucoup pour les personnes souffrantes, mais cela constituait, selon lui, un obstacle au progrès scientifique. Sa vision de ce qu’est réellement le progrès fait froid dans le dos :

Davenport et Laughlin ont fondé et développé l’Eugenics Record Office à Long Island, New York, qui, au cours des trente années suivantes, a envoyé des centaines de jeunes femmes pour compiler des dossiers détaillés sur 534 625 Américains qu’ils considéraient comme « défectueux ». Soixante mille d’entre eux seront stérilisés, beaucoup d’hommes subiront la castration obligatoire. Mais pour les eugénistes, ce n’est qu’un début. Leur objectif initial était de stériliser quatorze millions de personnes aux États-Unis et des millions d’autres dans le monde, remplaçant ainsi le « dixième inférieur » de la race humaine par un « stock nordique pur ».

Davenport et Laughlin n’étaient pas les seuls. Des dizaines de scientifiques et d’érudits ont pris le train grotesque de l’eugénisme, depuis l’inventeur du téléphone, Alexander Graham Bell, jusqu’au chirurgien Alexis Carrel, lauréat du prix Nobel. Attirés par les connotations moralisatrices de l’idée de débarrasser la société des criminels et des dégénérés, et séduits par les prétendus fondements scientifiques, des membres libéraux du clergé ont bientôt commencé à soutenir le mouvement à leur tour. Les récits de ce chapitre sombre de l’histoire occidentale sont souvent ignorés, et ce n’est pas surprenant. Elles témoignent du danger du darwinisme et de la brutalité inévitable des grands gouvernements. La Cour suprême des États-Unis, par exemple, a confirmé les politiques de stérilisation forcée des États, même face aux protestations de l’opinion publique :

Le soutien de l’opinion publique à l’eugénisme n’a jamais été très fort, surtout après que les journaux de Hearst aient lancé une campagne contre l’eugénisme en 1915, en publiant des histoires d’horreur les unes après les autres. Certaines de ces histoires provenaient de la lointaine Grande-Bretagne, où un garçon de huit ans aurait été castré après avoir été surpris en train de se masturber, et un autre de quinze ans parce qu’il s’était prétendument « frotté » contre une femme. Après que trente-huit enfants d’une institution du Kansas eurent été stérilisés chirurgicalement, une enquête a révélé que le directeur avait violé la loi en l’ordonnant, bien qu’il n’ait été ni inculpé ni renvoyé. Il y a eu des histoires déchirantes de familles agricoles pauvres du Sud qui ont coopéré de manière hospitalière avec la « gentille dame » venue s’enquérir de leur famille et qui ont ensuite reçu l’ordre d’être stérilisées par le conseil local de la santé. Mais leur fils et leur belle-fille venaient tout juste de se marier, ont-ils plaidé. Naturellement, ils voulaient avoir des enfants. C’est dommage. Le progrès, c’est le progrès.

Au Canada aussi, l’eugénisme s’est répandu. La loi sur la stérilisation sexuelle adoptée par la province de l’Alberta en 1928 visait à réduire le nombre d’êtres humains indésirables et prévoyait la création d’un conseil de l’eugénisme (Eugenics Board) chargé de contribuer à cet effort. En 1933, la Colombie-Britannique adopte une loi similaire. Ces commissions disposent d’un pouvoir effroyable et sont même autorisées à imposer la stérilisation comme condition préalable à la sortie d’un établissement psychiatrique.

Près de 3 000 stérilisations sont effectuées et l’Alberta Eugenics Board reste en place jusqu’à ce que le gouvernement progressiste-conservateur de Peter Lougheed l’abolisse en 1972. La législation de la Colombie-Britannique a été abrogée en 1973. Un post-scriptum à l’enchevêtrement du Canada avec le darwinisme social est intervenu en 1996, lorsqu’un tribunal de l’Alberta a accordé à Leilani Muir près d’un million de dollars pour « stérilisation injustifiée ». Elle avait été stérilisée contre son gré en 1959.

Ironiquement, c’est la Seconde Guerre mondiale qui a en grande partie mis un terme au mouvement eugénique. Les nazis ont adopté l’eugénisme sans réserve et étaient déterminés à accélérer le processus pour créer une race de surhommes. Ils sont allés au-delà de la stérilisation — bien qu’ils l’aient certainement pratiquée aussi — jusqu’à l’extermination. Dans un premier temps, les eugénistes occidentaux ont été enthousiasmés par les idées nazies. Charles Davenport, par exemple, a dû être contraint de calmer son enthousiasme par les bailleurs de fonds de la Fondation Carnegie, qui trouvaient plutôt embarrassants ses écrits en faveur des politiques eugéniques nazies dans Eugenics News. En 1937, un eugéniste américain s’est même rendu en Allemagne pour aider les nazis dans leurs efforts :

À Buchenwald, près de Weimar, un camp de prisonniers offrira au Dr Edwin Katzen-Ellenbogen, eugéniste d’origine polonaise formé aux États-Unis, des installations de recherche et autres. Membre fondateur de l’American Eugenics Research Association, Katzen-Ellenbogen avait été eugéniste en chef de l’État du New Jersey sous l’autorité de son ancien gouverneur, Woodrow Wilson. À Buchenwald, il a procédé à l’infection de certains prisonniers par le typhus afin de tester de nouveaux médicaments. À d’autres, il fait implanter des glandes avec des hormones synthétiques pour en observer les effets physiques. Le programme du camp a été généreusement financé par la Fondation Rockefeller, et ses dossiers ont été gérés par un système développé par IBM.

En raison de ces « efforts », le Dr Katzen-Ellenbogen a finalement été condamné à la prison à vie lors du procès de Nuremberg. C’est à Nuremberg que les détails sordides de l’obsession nazie pour l’eugénisme ont commencé à être révélés dans leur intégralité. En fait, l’année même où le Bureau des registres eugéniques a fermé ses portes à Long Island, dans l’État de New York, Adolf Hitler a lancé le programme secret d’euthanasie T4 en Allemagne. Les nazis n’avaient pas l’intention d’attendre que les handicapés et les malades mentaux s’éteignent faute de descendance. Ils se sont donc consacrés à l’abattage de ceux qui ont une « vie indigne d’être vécue », y compris les personnes âgées. Le médecin personnel d’Hitler, le docteur Karl Brandt, était chargé de ce processus.

Séduite par la science de pacotille de l’eugénisme et nourrie par la ferveur idéologique, la quasi-totalité de la communauté psychiatrique allemande collabore à la pratique de l’euthanasie des patients qu’elle juge inaptes à vivre. Les personnes qui étaient censées aider les malades mentaux et les handicapés étaient celles-là mêmes qui signaient les arrêts de mort. Nombre d’entre eux considéraient l’idéologie nazie comme de la « biologie appliquée » et les mises à mort qu’ils assistaient ou commettaient comme des « exécutions par compassion ».

Les victimes sélectionnées pour être exécutées étaient affamées, soumises à des injections létales ou empoisonnées. Après avoir testé la méthode consistant à gazer les patients dans des chambres déguisées en douches, six chambres à gaz ont été mises en place en Allemagne et en Autriche, car il s’agissait du moyen le plus efficace d’expédier les personnes sélectionnées pour la mort. Les tristement célèbres SS ont été chargés du transport des victimes, et les familles des personnes assassinées ont été consciencieusement informées du décès de leur proche par un certificat de décès officiel et les cendres de l’être cher dans une urne. Beaucoup ignoraient que leur proche n’était pas mort de causes naturelles, mais qu’il avait été tué par des médecins désignés par l’État pour éliminer une partie du troupeau humain. En deux ans seulement, plus de 70 000 personnes ont été tuées par des médecins.

Le programme d’euthanasie T4 a été officiellement interrompu le 24 août 1941, en partie en réponse aux protestations croissantes de la communauté chrétienne. Mais il s’agissait d’une ruse. Le meurtre des personnes jugées trop faibles pour être dignes de vivre dans la race des surhommes nazis s’est poursuivi sans relâche, certains historiens estimant que près de 200 000 personnes ont en fait été assassinées en secret.

Il est difficile d’en connaître le chiffre exact, car à ce moment-là, les nazis tuaient des millions de personnes, massacrant des hommes, des femmes, des enfants et des familles, y compris des Juifs, des Tziganes, des Slaves et d’innombrables autres groupes de personnes qui ne remplissaient pas les conditions requises pour faire partie de la société en raison de leur manque de « bonne naissance ». Au lieu de cela, les nazis leur réservaient une mort terrifiante.

Les crimes des nazis ont stupéfié le monde, et les voix de nombreux eugénistes se sont tues lorsqu’ils ont pris conscience que l’eugénisme ne commence pas et ne s’arrête pas à la stérilisation. Il peut commencer par là, oui. Mais lorsque les théories sont appliquées intégralement et avec enthousiasme, elles aboutissent naturellement aux fosses de la mort béantes des camps de concentration nazis, remplies des cadavres brisés d’une humanité mise au rebut.

Campagne de financement - Marche pour la vie 2024

Merci de votre générosité. L'objectif est de 10 000$.

Ania

« Le site de CQV est un outil de référence et d’information sans précédent pour les défenseurs de la vie au Québec ! »

⁠—Ania

Donner à Campagne Québec-Vie


Laissez un commentaire