M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

Victoire : Le ministre britannique de l'Intérieur rejette les demandes de zones tampons autour des avortoirs

Par Society for the Protection of  Unborn Children (SPUC) — traduit par Campagne Québec-Vie — Source de la photo (rognée) : Audrey Xavier Brulu/Flickr

Sajid Javid a déclaré qu'une loi nationale ne serait pas une réponse proportionnée.

Une grande victoire pour les mères et leur bébé, le ministre de l'Intérieur a rejeté l'idée d’instaurer une loi nationale mettant en place des zones tampons autour des cliniques d’avortement.

Dans une déclaration écrite annonçant [... hier] le résultat de l'examen du ministère de l'Intérieur sur les «manifestations» devant les cliniques d'avortement, Sajid Javid a estimé que ce ne serait pas une réponse proportionnée que de créer des zones tampons à l'échelle nationale.

Validation des vigiles pacifiques

Malgré tous les efforts des groupes de pression proavortement pour qualifier les vigiles pacifiques pro-vie de manifestations violentes où les femmes sont harcelées, la déclaration [du ministre de l'Intérieur] a affirmé que «les principales activités qui nous ont été rapportées de ces manifestations comprennent la prière, l’ostension de bannières et la distribution de tracts.»

L'article continue après cette publicité

Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !

Antonia Tully, directrice de SPUC, s'est déclarée ravie de cette décision. Elle a dit : «C'est une victoire massive pour le bon sens, la démocratie et surtout pour les centaines de femmes vulnérables qui sont sauvées de l'horreur de l'avortement aux portes même de la clinique d'avortement.»

«Tout au long de notre campagne pour protéger les vigiles pro-vie, nos pensé ont toujours été pour les mères ayant besoin d'aide, même lorsqu'elles entrent dans une clinique d'avortement, et aux nombreux bébés et enfants vivants aujourd'hui grâce à une rencontre avec un citoyen pro-vie bienveillant.»

Défendre les droits des citoyens pro-vie

Au cours des deux dernières semaines, la SPUC a envoyé plus de 80 000 cartes postales au gens de tout le pays qui voulaient faire savoir au ministre de l'Intérieur que la liberté de s'opposer à l'avortement, de prier pour les enfants à naître et d'offrir une aide aux femmes, doit être respectée.

«Nous avons lancé notre campagne de cartes postales dès que nous avons appris que l'annonce du ministre de l'Intérieur était imminente», a expliqué Mme Tully. «L'intérêt était incroyable. Il est clair que les gens ordinaires sont très attachés à cette question. C'est encourageant de voir que M. Javid écoute la population.»

Mme Tully a ajouté : «C'est une grande victoire pour la liberté d'expression et les droits du mouvement pro-vie. Nos partisans sont déterminés à défendre les droits des enfants à naître et à donner une voix aux sans-voix tout en faisant campagne pour que la santé des femmes soit protégée.»

La bataille se poursuivra-t-elle au niveau local ?

«Nous sommes ravis et les gens pro-vie puissent continuer leur travail d'une manière proportionnée et dans le cadre de la loi existante et sans causer de tort aux autres. Il faut espérer que les autorités locales tiendront compte de cette décision et ignorerons les cris de l'industrie de l'avortement qui cherche à imposer de telles zones tampons dans son domaine.»

Les partisans de l'avortement sont furieux de cette décision et continuent de faire pression sur les conseils municipaux pour qu'ils créent des zones tampons. Ils se sont montrés prodigues dans leurs allégations de harcèlement à l'encontre des personnes pro-vie, mais la décision d'aujourd'hui montre que de telles allégations ne parviennent pas à convaincre ceux qui examinent les preuves objectives.

Publicité



Laissez un commentaire