M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

Une mère rejette la suggestion du médecin d’avorter l’une de ses triplées : « Ce sont mes bébés miracles »


Aria, Lilah et Sienna, les triplée de Mme Taala.

Par Maria Gallagher (LifeNews) — Traduit par Campagne Québec-Vie

On dit que les bonnes choses arrivent par « trois ». Cela s’est révélé vrai pour Christine Taala, résidente de Miami.

Comme le rapporte The Epoch Times, Mme Taala a d’abord été choquée lorsqu’elle a découvert qu’elle était enceinte de triplés. En effet, Christine avait perdu trois enfants à la suite d’une fausse couche, et la nouvelle d’une nouvelle grossesse de triplés a été une surprise totale.

Mme Taala était déjà maman d’un enfant et d’un bébé lorsqu’elle a appris que les triplées — toutes des filles — feraient leur apparition dans le monde. Alors qu’elle était enceinte de 10 semaines, un médecin a recommandé une « réduction fœtale », c’est-à-dire l’avortement d’un des bébés, afin d’augmenter — supposément — les chances de survie des deux autres petites.

Mme Taala a refusé, optant plutôt pour une décision pleine d’espoir en la vie. Comme l’écrit Louise Bevan de The Epoch Times, « sa grossesse était à haut risque, mais Christine ne pouvait pas se résoudre à perdre l’un de ses bébés ».

À un moment donné, « Bébé A » a cessé de grandir parce qu’elle ne recevait pas suffisamment de nutriments du cordon ombilical qu’elle partageait avec « Bébé B ». Heureusement, l’Hôpital pour enfants du Texas a pu pratiquer une intervention pour améliorer la circulation sanguine.

Mme Taala est entrée en travail à 26 semaines. Mais avec l’aide d’une équipe médicale hors pair de 25 personnes, elle a donné naissance au trio, qui a été immédiatement transporté à l’unité de soins intensifs néonatals (USIN).

L'article continue ci-dessous...

Consultez quotidiennement Culture de Vie, un site de nouvelles sur la foi, la famille et la vie, de Campagne Québec-Vie

Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !

Abonnez-vous à notre chaîne Youtube !

Quand les bébés sont nés, en 2019, ils ont tout de suite donné beaucoup d’inquiétudes. « Bébé A » avait des problèmes cardiaques et hépatiques, « Bébé B » avait également un trou dans le cœur, et « Bébé C » souffrait d’une hémorragie cérébrale. En conséquence, la famille a passé la plus grande partie d’une période de 103 jours à l’hôpital.

Le retour à la maison en juillet 2019 a entraîné de nouveaux défis de santé pour les triplées — Aria, Lilah et Sienna — et leur mère.

Les triplées ont souffert d’apnée du sommeil et l’un des bébés a été victime d’un virus respiratoire débilitant qui a entraîné un séjour supplémentaire à l’hôpital. Pendant ce temps, Mme Taala, qui travaille dans le secteur de la santé, a lutté contre le syndrome de stress post-traumatique. Avec l’aide de son mari dévoué, la famille a pu retrouver son équilibre.

« Mon mari, je pense, est né pour être papa de triplées ! » a-t-elle confié à Bevan. « Il peut rester calme quand je m’effondre... Je pense vraiment que nous avons appris à former une équipe, car ce n’est pas le travail d’un seul parent. »

Mme Taala blogue maintenant sur la plateforme de médias sociaux Instagram à propos de ses aventures dans l’éducation des triplées.

Pour Christine, voir son trio affectueux grandir ensemble est le point culminant de l’éducation des triplées, écrit Bevan. « Ses filles florissantes, maintenant des bambines, confirment sa théorie selon laquelle tout arrive pour une raison ».

Comme Christine l’a dit à Bevan, « Les triplées sont ces bébés miracles. Vous voyez les filles aujourd’hui, elles vont de l’avant à chaque étape du chemin. Je vois combien elles sont accomplies, combien elles sont fières d’apprendre une nouvelle tâche ou une nouvelle compétence chaque jour. Elles sont nos héroïnes ! »

Consultez Culture de Vie, un site de nouvelles sur la foi, la famille et la vie, de Campagne Québec-Vie



Laissez un commentaire