M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×
Le Québec prie le chapelet en public pour la fin de la crise sociétale liée au covid. Suivez ce lien pour en savoir plus.

Une mère rejette la suggestion du médecin d’avorter l’une de ses triplées : « Ce sont mes bébés miracles »


Aria, Lilah et Sienna, les triplée de Mme Taala.

Par Maria Gallagher (LifeNews) — Traduit par Campagne Québec-Vie

On dit que les bonnes choses arrivent par « trois ». Cela s’est révélé vrai pour Christine Taala, résidente de Miami.

Comme le rapporte The Epoch Times, Mme Taala a d’abord été choquée lorsqu’elle a découvert qu’elle était enceinte de triplés. En effet, Christine avait perdu trois enfants à la suite d’une fausse couche, et la nouvelle d’une nouvelle grossesse de triplés a été une surprise totale.

Mme Taala était déjà maman d’un enfant et d’un bébé lorsqu’elle a appris que les triplées — toutes des filles — feraient leur apparition dans le monde. Alors qu’elle était enceinte de 10 semaines, un médecin a recommandé une « réduction fœtale », c’est-à-dire l’avortement d’un des bébés, afin d’augmenter — supposément — les chances de survie des deux autres petites.

Mme Taala a refusé, optant plutôt pour une décision pleine d’espoir en la vie. Comme l’écrit Louise Bevan de The Epoch Times, « sa grossesse était à haut risque, mais Christine ne pouvait pas se résoudre à perdre l’un de ses bébés ».

À un moment donné, « Bébé A » a cessé de grandir parce qu’elle ne recevait pas suffisamment de nutriments du cordon ombilical qu’elle partageait avec « Bébé B ». Heureusement, l’Hôpital pour enfants du Texas a pu pratiquer une intervention pour améliorer la circulation sanguine.

Mme Taala est entrée en travail à 26 semaines. Mais avec l’aide d’une équipe médicale hors pair de 25 personnes, elle a donné naissance au trio, qui a été immédiatement transporté à l’unité de soins intensifs néonatals (USIN).

L'article continue ci-dessous...
Le Québec prie le chapelet en public pour la fin de la crise sociétale liée au covid. Suivez ce lien pour en savoir plus.

Consultez quotidiennement Culture de Vie, un site de nouvelles sur la foi, la famille et la vie, de Campagne Québec-Vie

Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !

Abonnez-vous à notre chaîne Youtube !

Quand les bébés sont nés, en 2019, ils ont tout de suite donné beaucoup d’inquiétudes. « Bébé A » avait des problèmes cardiaques et hépatiques, « Bébé B » avait également un trou dans le cœur, et « Bébé C » souffrait d’une hémorragie cérébrale. En conséquence, la famille a passé la plus grande partie d’une période de 103 jours à l’hôpital.

Le retour à la maison en juillet 2019 a entraîné de nouveaux défis de santé pour les triplées — Aria, Lilah et Sienna — et leur mère.

Les triplées ont souffert d’apnée du sommeil et l’un des bébés a été victime d’un virus respiratoire débilitant qui a entraîné un séjour supplémentaire à l’hôpital. Pendant ce temps, Mme Taala, qui travaille dans le secteur de la santé, a lutté contre le syndrome de stress post-traumatique. Avec l’aide de son mari dévoué, la famille a pu retrouver son équilibre.

« Mon mari, je pense, est né pour être papa de triplées ! » a-t-elle confié à Bevan. « Il peut rester calme quand je m’effondre... Je pense vraiment que nous avons appris à former une équipe, car ce n’est pas le travail d’un seul parent. »

Mme Taala blogue maintenant sur la plateforme de médias sociaux Instagram à propos de ses aventures dans l’éducation des triplées.

Pour Christine, voir son trio affectueux grandir ensemble est le point culminant de l’éducation des triplées, écrit Bevan. « Ses filles florissantes, maintenant des bambines, confirment sa théorie selon laquelle tout arrive pour une raison ».

Comme Christine l’a dit à Bevan, « Les triplées sont ces bébés miracles. Vous voyez les filles aujourd’hui, elles vont de l’avant à chaque étape du chemin. Je vois combien elles sont accomplies, combien elles sont fières d’apprendre une nouvelle tâche ou une nouvelle compétence chaque jour. Elles sont nos héroïnes ! »

Consultez Culture de Vie, un site de nouvelles sur la foi, la famille et la vie, de Campagne Québec-Vie

Le Québec prie le chapelet en public pour la fin de la crise sociétale liée au covid. Suivez ce lien pour en savoir plus.



Laissez un commentaire