M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×
Le Québec prie le chapelet en public pour la fin de la crise sociétale liée au covid. Suivez ce lien pour en savoir plus.

Une mère qui refusa l’avortement donne naissance, malgré la perte de ses eaux à 13 semaines de grossesse


Kirsty Mizon avec son bébé

Par Lianne Laurence — Traduit par Campagne Québec-Vie

Burton, Angleterre, 10 décembre 2019 (LifeSiteNews) — Une Britannique qui s’était fait dire qu’elle aurait une fausse couche, après la perte de ses eaux à 13 semaines de grossesse, a donné naissance le 1er décembre à une fille de trois livres qu’elle a appelée son « miracle de Noël ».

Les médecins ont également dit à Kirsty Mizon, 23 ans, qu’elle portait un garçon, et ont proposé à plusieurs reprises à la jeune mère de se faire avorter, l’avertissant qu’elle risquait fort la septicémie et que son bébé serait mort-né ou handicapé, rapporte le Derbyshire Live.

Mais Mizon a refusé, et a porté son bébé pendant 16 semaines de plus, même si cela mettait sa vie en danger.

« Parfois, j’avais l’impression d’y passer. L’hémorragie était si grave que je perdais des caillots de sang de 10 cm [de long ?] », disait Mizon, qui est aussi mère de Leo, âgé de 3 ans, et de Logan, lui de 2 ans.

« Je ne savais pas si j’allais être assez forte pour traverser tout cela, mais je ne pouvais pas abandonner mon bébé. »

En même temps, Mizon se préparait au pire et avait planifié les funérailles de son bébé lorsqu’elle entra en travail prématuré à 29 semaines de grossesse, révéla-t-elle au Derbyshire Live.

Quand elle entendit son bébé pleurer, « c’était le meilleur sentiment, le meilleur son que j’eusse jamais entendu. »

Elle et son époux Lewis Peach, 26 ans, ont nommé leur « petite combattante » Lacey.

L'article continue ci-dessous...
Le Québec prie le chapelet en public pour la fin de la crise sociétale liée au covid. Suivez ce lien pour en savoir plus.

Consultez quotidiennement Culture de Vie, un site de nouvelles sur la foi, la famille et la vie, de Campagne Québec-Vie

Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !

Abonnez-vous à notre chaîne Youtube !

« Je sais que cela n’arrive pas à tout le monde et que ça ne se termine pas toujours par un bon dénouement, mais accrochez-vous si vous le pouvez, parce qu’il peut y avoir une fin heureuse », dit-elle.

Mizon, qui vit à Burton dans le compté des West Midlands, au Staffordshire en Angleterre, a dit que quand elle découvrit qu’elle était enceinte, elle « était si excitée et commença à acheter des affaires tout de suite ».

Mais soudain, les choses ont très mal tourné.

« J’étais enceinte de 13 semaines quand je me suis réveillée la nuit. J’ai cru que je transpirais à cause de la chaleur, alors je changeai de pyjama et puis retournai au lit. »

« C’était à 4 heures du matin. À 8 heures, je marchais vers le lieu de mon travail quand pensant avoir besoin d’aller aux toilettes, et je vis que je commençais à perdre du sang », raconta-t-elle.

« Je me précipitai à la maison pour appeler une ambulance. Quand je vis tout le sang, je sus que ce serait une mauvaise nouvelle. C’était horrible. »

Les médecins de l’hôpital « dirent que j’avais perdu mes eaux et que mon bébé mourrait dans les 48 heures. Ils me dirent de rentrer à la maison et d’attendre que cela arrivât. »

Mizon était « dévasté ».

Elle rentra chez elle et « attendit que l’inévitable se produise. Mais cela n’arriva pas. Les battements de cœur du bébé étaient encore forts. »

Au cours de sa grosse, les médecins persistèrent à lui proposer l’avortement, en disant à Mizon que son bébé serait « handicapé » et ne pourrait « pas utiliser ses membres ».

Ils donnèrent au bébé « un taux de survie d’un pour cent parce que je perdais constamment du liquide amniotique », expliqua-t-elle. « À examen, je n’avais que 1 ou 2 cm de liquide et parfois je n’avais rien du tout. »

Les médecins lui dirent que « sans liquide, le bébé n’aurait aucune capacité pulmonaire et ne pourrait pas bouger. C’était horrible. Ils me disaient aussi que je risquais fort la septicémie. J’avais deux enfants à la maison. On me faisait constamment des tests sanguins », dit Mizon à Derbyshire Live.

« Je m’attendais au pire et c’était très traumatisant », confia-t-elle.

« J’ai planifié ses funérailles et je ne pouvais pas être dans les lieux publics, car être près des bébés me remplissait de peur et de tristesse. »

« J’avais connu une sage-femme endeuillée et je pleurais tellement de larmes pour le bébé que je pensais bientôt perdre. On me mit même sous antidépresseurs. »

Mizon devait subir une césarienne à la 34e semaine de grossesse, mais le travail commença prématurément à la 29e semaine : « J’avais des douleurs toute la journée et quand je suis arrivée à l’hôpital, je m’étais dilatée de 10 cm. Ma sœur et ma mère étaient avec moi, mais je me sentais sans émotion. J’avais envie de bloquer tout ça, de m’enfuir », expliqua-t-elle.

« Et puis j’ai entendu mon bébé pleurer », dit Mizon.

La sage-femme s’est tournée vers moi et m’a dit, « “il” est une “elle”, vous avez une petite fille. Je ne pouvais pas le croire. Je l’avais gardée en moi sans fluide pendant presque quatre mois. »

Les médecins dirent également à Mizon que si le rythme cardiaque de Lacey chutait « ils ne l’aideraient pas à cause des complications précédentes, mais elle était une petite combattante et nous fûmes transférées au NICU de Leicester », dit-elle.

Lacey se porte « vraiment bien » et « n’a qu’un seul problème qui peut être réglé par la physiothérapie », et elle sera probablement libérée de l’hôpital d’ici le Nouvel An, précisa Mizon.

« Je suis encore sous le choc. Je n’arrive pas à croire que j’ai un bébé. Une magnifique petite fille. »

Consultez Culture de Vie, un site de nouvelles sur la foi, la famille et la vie, de Campagne Québec-Vie

Le Québec prie le chapelet en public pour la fin de la crise sociétale liée au covid. Suivez ce lien pour en savoir plus.



Laissez un commentaire