M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

Une mère qui a refusé d’avorter son bébé atteint de trisomie 21 s’est donné pour mission d’aider les autres


Marsha Weigum.

Par Bridget Sielicki (LiveActionNews) — Traduit par Campagne Québec-Vie

Une femme du Colorado qui avait été encouragée à avorter de son enfant atteint du syndrome de Down s’est maintenant donné pour mission de veiller à ce que les autres parents bénéficient d’un soutien lorsqu’ils font face au même diagnostic.

Marsha Weigum, une immigrante venue de la Jamaïque, était enceinte de son sixième enfant lorsque les médecins lui ont annoncé que le bébé à naître avait 99 % de chances d’être atteint de trisomie 21.

Marsha a déclaré au Post Independent qu’elle avait déjà eu l’occasion de travailler avec des enfants atteints du syndrome de Down.

« Le terme “syndrome de Down” ne m’est pas étranger », a-t-elle déclaré. « C’est le travail que j’ai fait. L’enfant que je préférais parmi tous ceux qui travaillaient avec l’organisation était celui qui était atteint du syndrome de Down. »

L'article continue ci-dessous...

Ensemble, défendons la vie de la conception à la mort naturelle. Suivez ce lien pour en savoir plus.

Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !

Abonnez-vous à notre chaîne Youtube !

Elle a demandé à son médecin : « Quelle est la prochaine étape en matière de soins prénatals ? Devons-nous faire quelque chose de différent ? » Mais au lieu d’entendre des paroles de soutien, on lui a proposé d’avorter son fils et on lui a dressé une liste de toutes les façons dont son enfant risquait de se débattre dans le monde.

« Je l’ai écoutée, mais dès qu’elle a parlé de mettre fin à la grossesse, je n’ai plus voulu en entendre davantage », a expliqué Marsha. « Ces enfants sont formidables, ce sont des enfants innocents, et maintenant je suis en train d’avoir le mien ».

Marsha a constaté que pendant le reste de sa grossesse, elle a dû se battre pour obtenir des informations et des ressources sur les meilleurs moyens d’aider son fils. C’est ce combat qui l’a amenée à vouloir qu’aucune autre mère dans sa situation ne soit laissée sans ressource.

« Je veux que la prochaine femme qui passera par ici ait quelque chose à quoi se référer... Il ne devrait pas y avoir que cela… ce que les gens disent : “Vous pouvez simplement aller tuer [votre bébé] parce qu’il pourrait être gênant pour votre vie et votre famille”. C’est le genre de folie que je ressentais. Comment faire quelque chose ? Comment changer cela ? Voilà ce que je vis ».

Elle et son mari ont également trouvé du réconfort dans le verset de l’Écriture, Proverbes 31, 8-9, qui dit : « Ouvre la bouche en faveur du muet, pour la cause de tous les abandonnés. Ouvre la bouche, juge avec justice, défends la cause du pauvre et du malheureux. »

« J’aime tellement ce verset de l’Écriture parce que si mon mari et moi n’avions pas décidé de défendre cet enfant et de dire : “Nous n’allons pas l’avorter parce que vous pensez qu’il sera un fardeau pour la société”, il ne serait pas là », a expliqué Marsha. « J’ai donc réalisé que je devais être la voix de ceux qui n’ont pas de voix ».

C’est ainsi qu’elle a eu l’idée de créer une organisation appelée Our Voice for the Voiceless (Notre voix pour les sans-voix). Bien que l’association ne soit pas censée être officiellement lancée avant l’année prochaine, Marsha affirme qu’elle offrira aux parents d’enfants atteints de trisomie 21 les ressources et le soutien dont ils ont besoin pour s’y retrouver dans le diagnostic.

« Je veux que les gens de la communauté sachent qu’il y a de l’espoir... Vous savez ce qu’est le véritable espoir ? L’espoir, c’est l’attente confiante que Dieu va faire ce qu’il a dit qu’il ferait », a-t-elle déclaré.



Laissez un commentaire

Ensemble, défendons la vie de la conception à la mort naturelle. Suivez ce lien pour en savoir plus.