M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

Une mère atteinte d’un cancer refuse l’avortement pour sauver la vie de son bébé, tous deux s’en sortent très bien


Consiglia Varriale et sa fille.

Par Micaiah Bilger (LifeNews) — Traduit par Campagne Québec-Vie

Le cancer ne signifie pas nécessairement la mort pour une femme enceinte ou son enfant à naître.

Grâce aux progrès de la médecine moderne, de nombreuses femmes étant diagnostiquées pendant leur grossesse sont traitées et donnent naissance à des bébés en bonne santé. Le Christian News Network a récemment fait état d’une mère italienne qui a refusé d’avorter sa fille à naître après avoir été diagnostiquée d’un cancer du sein.

En mars, Consiglia Varriale avait déclaré avoir découvert une bosse dans son sein alors qu’elle était enceinte de sa deuxième fille, et ses médecins recommandèrent immédiatement un avortement.

« Ils m’ont tous dit que je devais abandonner le bébé si je voulais continuer à vivre », déclare-t-elle à la chaîne d’information Riformista.

Varriale demanda cependant un autre avis médical à l’Institut Pascale de Naples, rapporte l’article. Là, le Dr Michelino de Laurentiis lui dit qu’ils pouvaient traiter son cancer et sauver la vie de son bébé — un énorme soulagement pour la future mère.

« J’étais trop heureuse à l’idée de cette grossesse. Je n’aurais jamais, jamais décidé de l’interrompre », dit-elle.

L'article continue ci-dessous...
Consultez quotidiennement Culture de Vie, un site de nouvelles sur la foi, la famille et la vie, de Campagne Québec-Vie

Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !

Abonnez-vous à notre chaîne Youtube !

En avril, ses médecins pratiquèrent une chirurgie pour enlever la bosse, et Varriale commença une chimiothérapie un mois plus tard, selon l’article. Elle a donné naissance à sa fille en septembre, et la mère et l’enfant se porteraient bien, continue l’article.

De Laurentiis a déclaré à Riformista que les traitements contre le cancer ont beaucoup progressé ces dernières années, et que l’Institut Pascale a accueilli « de nombreux » enfants nés de mères atteintes d’un cancer du sein.

« Jusqu’à récemment, c’était impossible. Aujourd’hui, c’est possible, à condition de personnaliser les traitements pour qu’ils soient utilisés de manière extrêmement spécialisée et d’avoir recours à une collaboration étroite avec les gynécologues », affirme le médecin.

LifeNews a rapporté de nombreuses histoires de mères qui ont choisi la vie pour leurs enfants à naître après avoir été diagnostiquées avec un cancer. La plupart des mères ont survécu, tandis que quelques-unes ont sacrifié leur vie pour leur bébé. Au début de l’automne, le journal britannique Chad a parlé d’une autre jeune mère courageuse qui a retardé la chimiothérapie pendant sa grossesse pour sauver la vie de son bébé. Elle n’a plus de cancer.

La recherche donne de plus en plus d’espoir aux mères qui se trouvent dans ces situations difficiles. En 2012, un recueil d’articles du Lancet a démontré que les femmes enceintes n’ont pas besoin d’avorter pour obtenir un traitement contre le cancer. De même, une étude publiée en 2015 dans le New England Journal of Medicine a montré que la chimiothérapie ne nuit pas nécessairement au développement général du fœtus.

Consultez Culture de Vie, un site de nouvelles sur la foi, la famille et la vie, de Campagne Québec-Vie

Transformez votre vie et la culture par une consécration. Suivez ce lien.



Laissez un commentaire