M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

Une mère a renoncé à l’avortement après avoir entendu les battements de cœur de sa fille : « Ce n’est pas un simple amas de cellules ! »

Par Micaiah Bilger (LifeNews) — Traduit par Campagne Québec-Vie — Photo : Syda productions/Adobe Stock

Lorsqu’Andrea, 19 ans, a entendu battre le cœur de son minuscule bébé alors qu’elle était allongée sur une table dans un centre d’avortement, elle a su qu’il n’était plus question d’avorter.

S’adressant à Live Action News, Andrea a expliqué qu’elle avait cherché à avorter parce qu’elle avait honte d’être enceinte à un jeune âge, d’être célibataire et de ne plus avoir de relation avec le père.

Je me suis dit : « Oh mon Dieu. Ce n’est pas une bonne situation », a-t-elle déclaré à Live Action. Ses amies qui avaient avorté « ne semblaient pas en être gênées. Alors je me suis dit : “Peut-être que ça ne me dérangerait pas non plus” ».

Lorsqu’elle en a parlé à ses parents, ils ont réagi avec amour et soutien, et son père l’a invitée à habiter chez lui après la naissance du bébé. Ils ne l’ont pas fait se sentir coupable ou honteuse ; ce sont des sentiments qu’elle s’imposait à elle-même. D’autres membres de la famille et des amis l’ont encouragée à envisager l’adoption, mais le père de son bébé voulait qu’elle avorte, se souvient-elle. Alors, malgré le soutien de sa famille et de ses amis, elle avait pris rendez-vous dans un centre d’avortement.

Ce qui s’est passé ensuite est inhabituel. Les échographies sont des procédures de routine avant un avortement, mais de nombreuses femmes ayant subi un avortement et d’anciennes employées de centres d’avortement affirment que ces derniers découragent les femmes de regarder l’image de leur enfant à naître.

Dans le cas d’Andrea, cependant, cela s’est passé différemment, et cela a sauvé la vie de sa fille.

L'article continue ci-dessous...

Consultez quotidiennement Culture de Vie, un site de nouvelles sur la foi, la famille et la vie, de Campagne Québec-Vie

Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !

Abonnez-vous à notre chaîne Youtube !

Selon l’article : èDe façon surprenante, alors que la technicienne en échographie promenait la sonde d’avant en arrière sur son ventre, elle a demandé à Andrea, « Voulez-vous entendre les battements du cœur ? » Andrea a été complètement prise de court. « Attendez, il y a un battement de cœur ? » a-t-elle demandé.

Lorsqu’elle a entendu les battements de cœur de son bébé, elle a déclaré : « C’était comme … en un instant : “Oh. Ce n’est pas seulement de la chair … ni un amas de cellules ... Cela l’a rendu très réel pour moi.” Lorsqu’elle a quitté la clinique, elle a eu “l’occasion de réfléchir à ce que ce choix allait faire de moi à long terme”. Andrea a commencé à penser qu’elle regretterait beaucoup d’avoir avorté et elle n’a pas gardé son rendez-vous d’avortement.

La jeune femme a décidé de se tourner vers l’adoption et a finalement choisi une famille pour élever sa fille. Mais lorsqu’Andrea a donné naissance à Olivia, elle ne pouvait pas s’imaginer s’en séparer.

“Le monde vous dit que toutes choses doivent être parfaites — un conjoint parfait, un mariage parfait, des finances parfaites ... Mes craintes se sont envolées lorsque je l’ai entendue crier pendant une seconde au milieu de la nuit, et que je me suis réveillée”, a-t-elle déclaré à Live Action. “Ces instincts maternels me sont venus, et je l’ai su.”

Andrea a élevé Olivia pendant les deux premières années en tant que mère célibataire. Puis, le père d’Olivia a décidé de s’impliquer lui aussi dans la vie de sa fille, ce qu’il fait encore aujourd’hui, selon l’article.

Tout cela s’est passé il y a plus de 20 ans. Aujourd’hui, Olivia attend son premier enfant. Récemment, elle a partagé son histoire et celle de sa mère sur Facebook pour encourager les autres à choisir la vie pour leurs bébés.

“J’espère que cela encouragera ne fût-ce qu’une seule femme”, a écrit Olivia. “Si vous vous demandez si vous devez avorter ou non, sachez que dans votre heure la plus sombre, Dieu est avec vous et il vous soutiendra. Il fait des choses belles et merveilleuses à partir de cendres, et même lorsque nous ne voyons pas d’issue, il ouvre la voie à la nouveauté et à la rédemption. Je n’aurais pas de vie si ma mère n’avait pas donné la sienne. C’est ça l’amour, donner sa vie pour une autre personne.”

Consultez Culture de Vie, un site de nouvelles sur la foi, la famille et la vie, de Campagne Québec-Vie



Laissez un commentaire