M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

Une mère a manqué quatre rendez-vous pour un avortement et a ensuite choisi la vie pour son bébé

Par Louis Knuffke — Traduit par Campagne Québec-Vie

13 juillet 2022, Ramona, Californie (LifeSiteNews) — Dans un moment de confusion, de chagrin et d’obscurité, Lauren Long pensait que l’avortement était sa seule issue à une grossesse non désirée. Après un divorce qui l’avait dévastée, et s’occupant de deux petites filles de 5 et 2 ans, elle aspirait désespérément à la compagnie et à l’amour.

« Dans ma quête d’“amour” et de liberté, j’ai abusé des deux et je suis tombée dans une crise plus profonde », a-t-elle déclaré dans un essai publié le mois dernier dans le San Diego Union-Tribune. « Je me suis retrouvée enceinte d’un enfant que je n’avais pas les moyens d’entretenir et dont je connaissais à peine le géniteur. »

À l’époque, Lauren suivait une charge complète de cours de niveau supérieur en orthophonie et travaillait tard le soir dans un restaurant pour subvenir aux besoins de ses deux filles. Ne sachant pas comment elle pourrait continuer à faire tout cela tout en ayant un autre enfant, elle a décidé de se faire avorter. Cependant, Dieu avait d’autres plans.

Quatre rendez-vous consécutifs sont tombés à l’eau. Lauren a plus tard remercié Dieu pour cette « bénédiction déguisée ».

« J’ai pris au moins quatre rendez-vous pour me faire avorter », a-t-elle avoué. « Deux étaient pour obtenir la pilule abortive, et les deux autres étaient pour des avortements en clinique. Mais ma situation financière était compliquée, et je n’avais les moyens de donner suite à aucun de ces rendez-vous. Rétrospectivement, c’était une bénédiction déguisée ».

Lauren a ensuite pensé à donner son enfant en adoption.

« J’ai pensé à l’une de mes relations les plus proches, ma cousine, qui faisait partie de ma vie uniquement parce qu’elle avait été adoptée », a-t-elle expliqué. « J’ai pensé aux couples qui rêvaient d’avoir une famille : les hommes qui espéraient laisser un héritage durable dans un enfant et les femmes qui aspiraient à être mères et qui éprouvaient un énorme chagrin parce qu’elles ne pouvaient pas le faire. »

L'article continue ci-dessous...

Consultez quotidiennement Culture de Vie, un site de nouvelles sur la foi, la famille et la vie, de Campagne Québec-Vie

Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !

Abonnez-vous à notre chaîne Youtube !

En fin de compte, cependant, c’est la foi profonde de Lauren qui l’a confortée dans son choix de vie pour son bébé à naître.

« En tant que femme de foi profonde, je connaissais le cœur de Dieu sur la question », a-t-elle écrit. « Ses Écritures sont claires. L’un de mes versets préférés est le suivant : “Comme tu ignores quel est le chemin du vent, et de quelle manière les os se lient dans le sein d’une femme grosse, tu ne connais pas non plus les œuvres de Dieu, qui est le créateur de toutes choses” (Ecclésiaste 11:5). J’avais confiance dans le fait que ses œuvres étaient plus importantes que ce que je savais à ce moment-là. »

Lauren voulait également donner le bon exemple à ses petites filles.

« Je voulais que mes filles sachent que la vie a une valeur incommensurable, malgré ce que je ressens », a-t-elle écrit. « Je voulais leur montrer que je pouvais mettre ma fierté de côté, endurer un inconfort temporaire et faire ce qui était bon et beau. Je voulais leur donner un bon exemple avec ma foi, mon intégrité et ma sagesse. »

Lauren a donné naissance à un garçon en bonne santé et l’a appelé Gideon. Elle l’a donné à un autre couple le jour de sa naissance et le voit régulièrement grâce à l’adoption ouverte. En repensant à ce jour, Lauren dit qu’elle voit maintenant dans les femmes un reflet de la compassion divine : « Je crois que les femmes reflètent la compassion de Dieu et sa capacité à nourrir et à élever. Cette conviction a été confortée lorsque Gideon a été placé dans les bras de sa mère adoptive la nuit de sa naissance. »

Profondément convaincue que c’est la grâce de Dieu qui a transformé son moment de crise en une merveilleuse bénédiction, Lauren dit qu’elle travaille maintenant pour aider les femmes dans des circonstances similaires.

« Ces jours-ci, je parle avec des femmes confrontées à des grossesses non désirées, partageant avec elles mon histoire et écoutant la leur », a-t-elle écrit. « ... Avec la grâce de Dieu, la vie de mon fils biologique a contribué à me faire passer de ma vallée la plus sombre à une vie remplie de lumière rédemptrice. Soli Deo gloria [À Dieu seul la gloire] ».

Consultez Culture de Vie, un site de nouvelles sur la foi, la famille et la vie, de Campagne Québec-Vie



Laissez un commentaire