M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

Une majorité de Canadiens est favorable à l’obligation pour les enseignants d’informer les parents de « l’identité de genre » de leur enfant


Blaine Higgs, premier ministre du Nouveau-Brunswick.

Par Clare Marie Merkowsky — Traduit par Campagne Québec-Vie — Photo :

16 juin 2023 (LifeSiteNews) — Un récent sondage a révélé que la plupart des Canadiens sont d’accord avec le premier ministre du Nouveau-Brunswick sur l’importance pour les enseignants de tenir les parents informés de l’identification de genre de leurs enfants et de leur choix de pronoms à l’école.

Selon un sondage national mené par Léger en mai, près de trois Canadiens sur cinq estiment que les écoles doivent informer les parents si leur enfant envisage de « changer » de pronoms de genre ou de « transitionner » à l’école.

« Près de trois Canadiens sur cinq (57 %) sont d’accord que les écoles devraient informer les parents », indique le sondage. « En ce qui concerne le désir de leur enfant de changer de sexe ou de pronoms, moins d’un tiers (18 %) estime que les écoles ne devraient pas être tenues d’en informer les parents ».

Le sondage a révélé que les Canadiens âgés de plus de 55 ans et ceux qui ont des enfants à la maison étaient les plus susceptibles de se prononcer en faveur de l’obligation pour les écoles d’informer les parents si leur enfant choisit de « changer de sexe ».

D’autre part, les 18 % qui pensent que les parents ne devraient pas être informés sont pour la plupart âgés de moins de 55 ans et de sexe féminin.

De même, 47 % des personnes interrogées estiment que les écoles devraient être tenues de « mettre à la disposition des parents, à l’avance, des documents sur les sujets liés au sexe et à la race. Moins d’un tiers (31 %) estime que les écoles ne devraient pas être tenues de le faire ».

Ce soutien à l’information des parents survient après que le premier ministre du Nouveau-Brunswick, Blaine Higgs, ait été critiqué par les militants LGBT pour avoir révisé la politique de la province en matière d’identité sexuelle qui permettait aux écoles de cacher aux parents le statut « transgenre » de leurs élèves.

L'article continue ci-dessous...

Ensemble, défendons la vie de la conception à la mort naturelle. Suivez ce lien pour en savoir plus.

Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !

Abonnez-vous à notre chaîne Youtube !

« Le fait que [le désir d’être identifié au sexe opposé] soit délibérément caché aux parents est un problème », a déclaré M. Higgs à la presse, en faisant référence à son souhait de modifier la politique 713, qui exige actuellement que les enfants donnent leur consentement pour que leurs parents soient informés s’ils décident de « changer » de sexe à l’école.

« Suggérer qu’il est acceptable que les parents n’aient pas besoin d’être informés — il suffit de s’arrêter et de réfléchir à cette question pendant un moment », a-t-il ajouté.

La décision de M. Higgs de respecter l’autorité des parents sur leurs enfants a été sévèrement condamnée par le premier ministre Justin Trudeau.

« En ce moment même, on dit aux enfants transgenres du Nouveau-Brunswick qu’ils n’ont pas le droit d’être eux-mêmes, qu’ils doivent demander la permission », a déclaré M. Trudeau.

Les écoles continuent d’être un champ de bataille pour le programme anti-famille des LGBT, mais les valeurs pro-famille commencent à remporter des victoires.

La semaine dernière, les élèves de la Sir Frederick Banting High School de London (Ontario) ont applaudi lorsqu’un élève a arraché le drapeau de la « fierté » du mât de l’établissement.

En mai, des élèves québécois ont arraché et piétiné un drapeau arc-en-ciel de la « fierté » alors que leur école locale se préparait à célébrer la « Journée internationale contre l’homophobie, la biphobie et la transphobie » de 2023.

Il y a deux semaines, dans le cadre d’une initiative de la Coalition nationale pour la Vie (CNV), des milliers d’élèves à travers le Canada sont restés chez eux le 1er juin pour protester directement contre le « mois de la fierté » mis en place dans les écoles publiques. 

Par ailleurs, la fuite récente d’un enregistrement audio montrant une enseignante canadienne reprochant à ses élèves musulmans d’avoir manqué l’école pour protester contre la « fierté » a suscité des réactions négatives sur les réseaux sociaux, l’enseignante laissant entendre que l’on ne peut pas ne pas soutenir la « fierté » homosexuelle tout en restant « canadien ».

Au-delà du succès récent de la manifestation de CNV en mai, des centaines d’élèves, majoritairement musulmans, sont restés chez eux lorsque leurs écoles de London, en Ontario, ont arboré le drapeau de la « fierté ».   

Toujours en mai, la conseillère scolaire pro-LGBT Wendy Ashby a démissionné du Waterloo Catholic District School Board après que plus de 3 000 parents aient demandé sa révocation.    

Par ailleurs, en mai, les conseillers scolaires du York Catholic District School Board ont voté contre le déploiement du drapeau de la « fierté » au sommet de ses écoles et autres bâtiments à l’occasion du « mois de la fierté ».



Laissez un commentaire

Ensemble, défendons la vie de la conception à la mort naturelle. Suivez ce lien pour en savoir plus.