M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

Une journaliste pro-vie, qui dénonce les ravages du mouvement LGBT, se fait refuser l’entrée des États-Unis !


Caroline Farrow.

Billet de blogue d’Augustin Hamilton (Campagne Québec-Vie) — Photo :

Caroline Farrow, journaliste catholique britannique, a été la cible d’une persécution acharnée de la part d’activistes LGBT qui n’ont pas aimé sa critique des « transitions » que l’on fait subir à des enfants afin qu’ils paraissent comme étant de l’autre sexe. Le dernier exemplaire de ce harcèlement semble être une dénonciation calomniatrice auprès de l’ambassade des États-Unis à Londres pour l’empêcher de voyager dans ce pays ; encore une tracasserie. Extrait de LifeSiteNews :

La directrice britannique d’une organisation internationale pro-vie s’est vue refuser l’entrée aux États-Unis le 19 novembre.

Caroline Farrow, apologiste catholique britannique et mère de cinq enfants, n’a pas été autorisée à monter à bord de son vol pour Orlando cet après-midi [19 novembre], alors que son voyage aux États-Unis avait été initialement approuvé par l’Electronic System for Travel Authorisation (ESTA). Mme Farrow est fréquemment invitée par les médias britanniques, et est la directrice de CitizenGO au Royaume-Uni.

« Votre ESTA a été refusée », s’est fait-elle dire par un représentant de la compagnie aérienne, mais il n’a pu lui dire pourquoi, raconte à LifeSiteNews Mme Farrow.

« Je n’ai jamais été arrêté », avait répliqué Mme Farrow. « Je n’ai même jamais été interrogé [par la police]. Je n’ai pas de casier judiciaire. »

« Quelqu’un est manifestement allé à l’ambassade des États-Unis. Que cela est donc vindicatif ! »

Farrow se rendait à Orlando pour remettre en main propre à Disney World une pétition de CitizenGO de près d’un demi-million de signatures. Par la suite, elle devait assister à la conférence de la Foundation for Applied Conservative Leadership à Kissimmee. Elle avait un billet de retour pour le 24 novembre.

Farrow a été victime de harcèlement en ligne de la part d’activistes transgenres pendant des mois parce qu’elle a publiquement exprimé ses préoccupations au sujet des enfants recevant des hormones et passant par des interventions chirurgicales destinées à les faire passer comme personnes du sexe opposé. Des activistes de la cause transgenre ont illégalement envoyé des ordres de livraison de nourriture à son domicile [et à son nom], ils ont également publié sur les réseaux sociaux les adresses et des photos d’elle et de sa famille, allant jusqu’à publier des photos de l’école de ses enfants [le tout dans une intention hostile]. Il semble maintenant qu’ils aient porté de fausses accusations à l’ambassade des États-Unis à Londres.

L’un des détracteurs de Farrow, le Dr Adrian Harrop, laisse actuellement sous-entendre sur Twitter qu’il est responsable du refus d’entrée de la directrice de CitizenGO aux États-Unis.

« Un édifice absolument spectaculaire... et l’une des grandes ambassades modernes de Londres... mais honnêtement, j’ai toujours préféré le style démodé et cocasse de Grosvenor Square... comme toujours, le personnel consulaire est très efficace pour traiter mes... affaires diplomatiques importantes, » écrivait-il cet après-midi [19 novembre].

Publicité
La dernière superstition : un livre coup de foudre qui réfute l'athéisme

Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !

Abonnez-vous à notre chaîne Youtube !



Laissez un commentaire