M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×
×

Campagne de financement - automne 2022

prière

15015.00 $ recueillis -- Objectif : $ 15 000 -- Nous avons atteint notre objectif -- Merci de votre générosité !

Georges BuscemiCher ami, chère amie de la Vie,

Un Canada Pro-Vie a besoin d'un Québec Pro-Vie ! Avec votre aide, nous construirons un mouvement Pro-Vie fort au Québec. Donnez généreusement.

Georges_Signature-transparent.png
Georges Buscemi, Président

Donner à Campagne Québec-Vie

Une jeune fille suédoise voulait être un garçon, mais les bloqueurs de puberté l’ont fait souffrir en permanence

Par Clare Marie Merkowsky — Traduit par Campagne Québec-Vie — Photo : kittipong/Adobe Stock

2 mai 2022, Stockholm (LifeSiteNews) — Les os d’une jeune adolescente ont été tellement affaiblis par les bloqueurs de puberté qu’elle a maintenant du mal à marcher.

Une chaîne de télévision suédoise, Uppdrag Granskning, a récemment produit un documentaire d’enquête révélant les abus commis sur les enfants par la thérapie transgenre. Le film montre la souffrance d’une fillette, qui a pris le nom de Leo, qui a subi de graves préjudices en subissant une transition.

La mère de la fille, Natalie, se souvient que « Leo était petite quand elle a voulu devenir un “il”. J’ai pensé que puisque c’était son souhait, je devais l’accepter. Tout le monde a dit que Leo était courageux de faire son coming-out [en tant que transsexuel], et que je devais être fière de lui. »

En conséquence, Natalie a emmené sa fille à l’hôpital universitaire Karolinska de Stockholm pour la procédure. Selon le Daily Mail, Leo a commencé à tenter de changer de sexe à l’âge de onze ans.

Dans le cadre du traitement, on lui a administré des bloqueurs de puberté afin de stopper son développement normal en tant que femme. Malheureusement, ces produits ont eu des effets secondaires graves et inattendus. Après son traitement, Leo a commencé à souffrir de lésions du squelette et de retards de croissance. Elle a également souffert de fractures vertébrales et d’ostéopénie, un état dans lequel les os sont affaiblis et plus enclins à se briser.

Deux des vertèbres de Leo ont changé de forme, et ses os sont devenus poreux. Les tests de densité osseuse et des radiographies de Leo ont été montrés à Ola Nilsson, le principal spécialiste suédois des hormones infantiles.

« Il semble que ce patient ait des fractures vertébrales, et c’est grave », a rapporté Ola Nilsson. « Il y a des raisons de s’inquiéter. Si vous êtes sous bloqueurs de puberté pendant une longue période, il y a un risque de lésions osseuses. »

L'article continue ci-dessous...

×

Campagne de financement -- Automne 2022

15015.00 $ recueillis -- Objectif : $ 15 000 -- Nous avons atteint notre objectif -- Merci de votre générosité !

Donner à Campagne Québec-Vie

Leo avait été sous bloqueurs de l’âge de onze ans jusqu’à quinze ans, et son équipe médicale avait omis de vérifier ses os pendant cette période. Cependant, les aspects physiques ne sont qu’une partie de ce que Leo a souffert du traitement.

Sa mère a déclaré que Leo était initialement heureux de sa décision de devenir un garçon. Cependant, cela a changé peu de temps après le début du traitement.

« Sa santé mentale était de plus en plus mauvaise », a déclaré Natalie. « Il a tenté de se suicider à plusieurs reprises. Nous ne pouvions pas comprendre pourquoi. Le traitement était censé lui permettre d’aller mieux. Nous espérions juste que cela le serait ».

C’est après cela que Leo a commencé à ressentir des douleurs chroniques.

« Mon fils ne devrait pas être dans cet état à son âge », a déclaré Natalie. « Il ne devrait pas avoir à vivre avec ça ».

Leo a cessé de prendre des bloqueurs de puberté et son corps s’est quelque peu rétabli, bien qu’elle souffre toujours des dommages osseux irréversibles.

Natalie envisage de poursuivre les autorités sanitaires suédoises car elle dit ressentir « de la colère envers ceux en qui j’avais confiance. »

La chaîne suédoise a mené une enquête sur l’hôpital universitaire Karolinska. Ils ont découvert que Leo est l’un des 13 enfants au moins s’identifiant comme transgenres qui ont été handicapés par le traitement de l’hôpital. Les investigateurs pensent que le nombre réel d’enfants lésés parmi les 440 qui ont reçu des bloqueurs de puberté en Suède depuis 2015 pourrait être plus élevé.

Ils affirment en outre que l’hôpital a expédié les enfants à travers les procédures. Par exemple, l’hôpital a pratiqué des doubles mastectomies sur des filles âgées de quatorze ans seulement.

Après cette enquête, l’hôpital universitaire Karolinska s’est signalé aux autorités sanitaires nationales. Celles-ci ont décidé de ne plus administrer de bloqueurs de puberté aux mineurs, sauf dans le cadre de la recherche et lorsque cela est sanctionné par des experts en éthique.

En conséquence, le conseil national de la santé du pays a reconnu les dangers de l’administration de bloqueurs de puberté aux enfants et a limité l’administration de bloqueurs aux enfants de moins de dix-huit ans.

Au Royaume-Uni, le ministre de la Santé, Sajid Javid, a entamé ce mois-ci une enquête sur l’administration des bloqueurs de puberté. Il a révélé que les médecins donnent parfois ces produits par crainte d’être qualifiés de « transphobes ».

La décision de restreindre les bloqueurs de puberté au Royaume-Uni a été largement influencée par le cas très médiatisé de Keira Bell, 24 ans. Alors qu’elle était adolescente, Keira Bell s’est vu administrer des bloqueurs de puberté après seulement trois heures de consultation médicale.

Elle a ensuite regretté cette décision et a tenté de reprendre sa vie de femme. Cependant, elle s’inquiète du fait que les bloqueurs de puberté aient affecté sa fertilité. En conséquence, elle a décidé d’œuvrer pour interdire l’administration de bloqueurs de puberté aux enfants de moins de seize ans.

« Une conversation mondiale a commencé sur ces médicaments », a déclaré Bell. « C’est un fantasme de médecin qu’un enfant d’à peine dix ans puisse consentir à la prise de ces médicaments ou à la perte de sa fertilité future. »

Malheureusement, ni l’histoire de Leo ni celle de Keira Bell ne sont uniques ; de nombreux enfants à travers le monde se font administrer des médications et subissent des mutilations transgenres irréversibles. Cependant, les législateurs prennent de plus en plus la défense de ces enfants.

Un législateur de Floride a récemment parrainé un projet de loi qui ferait des opérations et des produits transgenres pour les mineurs un « crime de maltraitance ». De même, le gouverneur de l’Arizona, Doug Ducey, a signé le mois dernier un projet de loi interdisant les opérations transgenres destinées aux mineurs.

Campagne de financement - Automne 2022

Merci de votre générosité. L'objectif est de 15 000$.

Ania

« Le site de CQV est un outil de référence et d’information sans précédent pour les défenseurs de la vie au Québec ! »

⁠—Ania

Donner à Campagne Québec-Vie



Laissez un commentaire