M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

Une jeune femme britannique meurt après que les tribunaux aient refusé d’envisager un traitement

Par Jean Mondoro — Traduit par Campagne Québec-Vie — Photo : stokkete/Adobe Stock

14 septembre 2023 (LifeSiteNews) — Une jeune femme consciente de 19 ans, qui s’est vu refuser un traitement de survie par un juge qui la considérait comme « délirante » parce qu’elle voulait lutter pour sa vie, est décédée. Sa famille en deuil est toujours obligée de se conformer à des restrictions strictes de déclaration et l’identité de la jeune fille reste inconnue.

La jeune femme britannique, connue sous le nom de « ST » en raison des ordonnances de silence imposées par le tribunal qui empêchent l’identification des personnes impliquées dans l’affaire, est décédée mardi au Royaume-Uni à la suite d’un arrêt cardiaque. Bien qu’elle ait souffert toute sa vie du syndrome de déplétion mitochondriale — une maladie génétique rare dans laquelle les mitochondries productrices d’énergie sont gravement déficientes dans les cellules du corps —, la santé de la jeune fille s’était considérablement détériorée après avoir contracté le COVID-19 en août 2022.

Au cours de la dernière année de sa vie, ST a été placée sous respirateur et sous dialyse dans une unité de soins intensifs. Un juge a décidé que l’hôpital pouvait retirer ces appareils, en invoquant des allégations non fondées selon lesquelles la jeune fille n’était pas en mesure de prendre ses propres décisions médicales.

Bien que l’affaire concernant le traitement de fin de vie de ST ait sans aucun doute pris fin après son décès tragique, les restrictions de publication, qui permettent aux tribunaux de conserver toutes les informations dans les affaires liées à la loi de 2005 sur la capacité mentale (Mental Capacity Act), n’ont pas été levées. Ces mêmes restrictions l’ont empêchée de collecter des fonds pour se rendre aux États-Unis et au Canada afin d’y suivre des traitements expérimentaux auxquels elle avait exprimé le souhait de participer.

« Nous avons perdu notre belle et courageuse fille, connue dans le monde entier sous le nom de ST », ont déclaré les parents de la jeune fille au Daily Mail. « Pour nous, elle a un vrai nom ».

« Pour sa famille, elle était tout et nous chérirons et n’oublierons jamais les 19 années que nous avons passées avec elle. L’année dernière, cependant, a été une année de lutte, voire de torture, pour ST et pour sa famille, entre les mains de l’hôpital et de la Cour de protection ».

L'article continue ci-dessous...

Ensemble, défendons la vie de la conception à la mort naturelle. Suivez ce lien pour en savoir plus.

Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !

Abonnez-vous à notre chaîne Youtube !

« On nous a essentiellement donné le choix suivant : abandonnez et laissez nous préparer votre fille à la mort, ou vous verrez vos vies démantelées et déchirées si vous souhaitez nous résister », a poursuivi la famille. « Nous avons choisi de tout abandonner pour notre fille. Jour après jour, dans le service de soins intensifs, ST et nous avons dû exister dans un environnement qui avait laissé tomber son droit et son désir de vivre ».

La semaine dernière, ST avait elle-même déclaré au journal que « je ne veux pas de cela et je veux essayer le traitement proposé à l’étranger », qu’elle décrivait comme « ma seule chance », même si « ce n’est peut-être qu’une petite chance ».

La famille a ajouté que la lutte pour le « droit de leur fille à être identifiée et pour que son histoire complète soit connue » se poursuivra même après sa mort. Cependant, comme le souligne le Daily Mail, « ils ont maintenant du mal à trouver les fonds nécessaires pour rembourser leurs dettes et couvrir les frais des funérailles de ST ».

Ils ont été contraints de payer eux-mêmes les frais de justice, sacrifiant 25 000 livres sterling d’économies et « renonçant à leurs moyens de subsistance » pour ne jamais être séparés de leur fille et de leur sœur. Récemment, le Centre juridique chrétien a commencé à soutenir gratuitement la famille dans sa bataille juridique.

Comme l’a précédemment rapporté LifeSiteNews, le 25 août ST a été jugée incapable « d’accepter la réalité médicale de sa position » en raison de son espoir de trouver un traitement de survie au-delà du Royaume-Uni. Le juge Roberts a pris cette décision après que l’University Hospital Birmingham NHS Foundation Trust a demandé à la Cour de protection l’autorisation d’arrêter les traitements vitaux et de passer aux soins palliatifs.

Les professionnels de la santé, qui n’étaient pas favorables au soutien de la lutte de ST pour sa vie, ont qualifié son espoir et sa détermination de « délire ».

Roberts a soutenu que « sa profonde incapacité à envisager la réalité de son pronostic, et un refus fondamentalement illogique ou irrationnel d’envisager une alternative sont tous susceptibles d’avoir contribué à l’altération du fonctionnement... la rendant incapable de prendre une décision pour elle-même en ce qui concerne son futur traitement médical ».

Bien que des professionnels de la santé mentale aient témoigné que les capacités cognitives de la jeune fille n’étaient pas affectées par sa détérioration physique, la décision a autorisé l’hôpital à supprimer la dialyse et à éviter toute tentative de réanimation.

La semaine dernière, Laurence Fox, star de la télévision et homme politique britannique, a publiquement critiqué la décision qui a donné raison au National Health Service (NHS) trust, la qualifiant de « folie satanique ».

« Le fait de réduire au silence la liberté d’expression de la famille pour parler de l’affaire est une erreur encore plus grave », a-t-il ajouté, soulignant que la décision du juge était « la suppression de la liberté ultime — celle de la vie ».

Le pasteur anglican Calvin Robinson a exprimé des sentiments similaires, déclarant qu’il était prêt à enfreindre les restrictions de publication pour pouvoir aider la famille. Il a déclaré à LifeSiteNews qu’« aucune loi humaine ne peut prévaloir sur la loi naturelle ou la loi divine », arguant que les restrictions sont une forme de « censure ».

Robinson a déclaré plus tôt cette semaine que si ST l’avait contacté pour obtenir de l’aide, il aurait été prêt à enfreindre la « loi immorale » qui la privait non seulement d’un traitement médical crucial, mais aussi d’un soutien financier et spirituel.



Laissez un commentaire

Ensemble, défendons la vie de la conception à la mort naturelle. Suivez ce lien pour en savoir plus.