M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×
×

Campagne de financement Noël 2019

bébé Jésus

750 $ recueillis -- Objectif : $7500 -- Il reste trois semaines -- Merci de votre générosité.

Georges BuscemiCher ami, chère amie de la Vie,

Merci de nous aider, en ce temps des fêtes, à promouvoir la foi, la famille et la vie, de la conception à la mort naturelle. Donnez généreusement.

Georges_Signature-transparent.png
Georges Buscemi, Président

Donner à Campagne Québec-Vie

Une femme poursuit le NHS, selon elle, son fils trisomique aurait dû être avorté

Par Cassy Fiano-Chesser (LiveActionNews) — traduit par Campagne Québec-Vie

Le dépistage prénatal est devenu omniprésent dans le monde, et bien qu’il existe de nombreuses raisons légitimes de subir des dépistages prénataux qui n’impliquent pas l’avortement, pour trop de gens, ce n’est rien de plus qu’un moyen d’éliminer les enfants qu’ils jugent indignes de la vie. La combinaison de cet état d’esprit eugénique et d’une augmentation des tests prénataux a conduit à des événements encore plus inquiétants : des poursuites pour naissance « injustifiée »*, dont la dernière a été déposée contre le Service national de Santé (NHS) du Royaume-Uni. Edyta Mordel, Polonaise d’origine, a affirmé qu’elle n’a pas eu la chance de subir des tests prénataux, et que son fils Aleksander qui a maintenant quatre ans, est né avec la trisomie 21. Mme Mordel est maintenant à la recherche de 200 000 livres sterling (320 000 $) en dommages-intérêts, aux frais du NHS.

Selon The Telegraph, Mme Mordel était « très bouleversée et en colère » après la naissance d’Aleksander, alors qu’il était devenu évident qu’il avait la trisomie 21, et ce parce qu’elle se croyait en sécurité après avoir passé des examens (échographies ?). Cependant, le NHS affirme qu’elle a refusé les dépistages après avoir appris qu’il y avait un risque de fausse couche. L’échographiste a même pris la note « Down's screening declined, » fait qui est nié par Mme Mordel.

« Si elle m’avait demandé si je voulais un test pour la trisomie 21, j’aurais dit “oui” », a-t-elle déclaré lors d’une audience. « J’ai toujours été sûre de la décision ; c’est quelque chose que j’ai toujours voulu. J’avais même parlé avec la sage-femme par rapport au dépistage de la trisomie 21. Je m’étais informée. J’avais vu beaucoup de vidéos et lu sur le sujet. Je savais dès le départ que je serais d’accord sur le dépistage de la trisomie 21 et que je ne prendrais aucune autre décision. » Coldagh Bradley QC, son avocat, a expliqué, « Si Mme Mordel s’était vue offrir un avortement, elle et son partenaire Lukasz Cieciura, le père d’Aleksander, auraient convenu de mettre fin à la grossesse. »

Si Mme Mordel avait pu obtenir le dépistage qu’elle voulait, elle aurait probablement subi un avortement par dilatation et évacuation (ou D&E), l’avortement chirurgical, vu que, selon elle, le dépistage aurait eu lieu à 12 semaines. Étant la procédure d’avortement la plus courante du deuxième trimestre, le D&E est une procédure violente qui prend plusieurs jours et commence lorsque l’avorteur insère des laminaires dans le col de l’utérus de la mère. Plusieurs jours plus tard, après que le col de son utérus est dilaté, la mère retourne à l’hôpital, où l’avorteur utilise un instrument pointu appelé pince sopher pour déchirer le bébé en séparant chaque membre du torse, à un moment où il peut presque certainement ressentir de la douleur.

C’est le sort que Mme Mordel prétend être préférable pour son fils, tout simplement parce qu’il a un handicap. Comme Joelle Kelly, mère d’un enfant atteint de la trisomie 21, l'a déjà dit : « Pouvez-vous imaginer comment l’on doit ressentir ça ? Que les gens autour de vous, dans votre communauté, veuillent que vous ne soyez pas là ; je ne peux même pas l’imaginer. » Dans ce cas, Aleksander grandira et apprendra inévitablement que ce sont ses propres parents qui préféreraient qu’il n’existât pas.

Pratiquement toutes les personnes atteintes de trisomie 21 déclarent être heureuses, tandis que la majorité des parents d’enfants atteints de la trisomie 21 disent qu’ils aiment leurs enfants, qu’ils leur ont donné une perspective plus positive de la vie. De plus, les progrès de la médecine ont fait que les personnes atteintes de la trisomie 21 vivent plus longtemps, ainsi que des vies plus complètes et plus saines que jamais. Pourtant, ils sont toujours considérés par des gens comme Mme Mordel comme indignes du droit fondamental à la vie.


*Guillemets rajoutés. — A. H.

Campagne de financement de Noël 2019. Merci de nous aider généreusement. L'objectif est de 7500$.

Ania

« Le site de CQV est un outil de référence et d’information sans précédent pour les défenseurs de la vie au Québec ! »

--Ania

Donner à Campagne Québec-Vie


Laissez un commentaire