M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

Une femme obtient 10 millions d’euros de dommages pour « naissance inopportune » d’un enfant qu’elle aurait préféré avorter

10-millions-dommages-naissance-inopportune-avorter-Royaume-Uni.jpg

Par Jeanne Smits (Reinformation.tv)

Omodele Meadows, 40 ans, a obtenu cette somme de 9 millions de livres sterling, inédite dans ce type de cas, du fait que son fils Adejuwon, 6 ans aujourd’hui, est victime d’hémophilie et d’autisme. Un juge britannique a donné suite à sa demande fondée sur une erreur de diagnostic génétique la concernant : avant de tomber enceinte, elle s’était entendu dire qu’elle n’était pas porteuse du gène de l’hémophilie, contrairement à sa sœur qui venait de donner naissance à un enfant affecté. 

10 millions : record de dommages au Royaume-Uni pour une « naissance inopportune »

C’est pour cette raison, a expliqué cette maman qui aurait préféré avorter son fils, qu’elle n’a pas fait dépister l’enfant avant sa naissance. Ce n’est qu’après celle-ci qu’Omodele Meadows a subi un nouveau test génétique qui l’a révélée porteuse de l’hémophilie. Après quoi elle a poursuivi en justice le Dr Hafshah Khan « responsable », selon elle, de lui avoir communiqué le résultat erroné d’un test qu’il n’avait pourtant pas réalisé lui-même.

Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !

Le médecin a proposé de verser une somme négociée de 1,4 million de livres pour couvrir les soins relatifs au traitement de l’hémophilie de l’enfant, l’autisme étant de son point de vue une simple affaire de « malchance ». Sur ce dernier point, le juge Yip n’a rien voulu entendre et a accordé la totalité des dommages réclamés.

Une femme « privée » du droit d’avorter parce qu’on ne l’a pas identifiée comme porteurs de l’hémophilie

« Adjejuwon ne serait pas né sans la négligence du défendeur. Mme Meadows n’aurait donc pas eu un enfant présentant les problèmes combinés de l’hémophilie et de l’autisme », a observé le juge. Malchance peut-être donc, mais une malchance qui aurait pu être évitée par l’avortement, et qui est donc englobée dans le concept de « naissance indue ».

Dans son jugement – qui en droit jurisprudentiel, est évidemment très circonstancié – la magistrate s’est donné la peine de souligner combien Omodele Meadows « aime » son enfant à qui elle souhaite simplement donner une vie meilleure, après avoir été privée de la possibilité de ne pas lui donner la vie du tout afin de ne pas le faire souffrir… Macabre.



Laissez un commentaire