M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

Une femme de 80 ans bannie du YMCA après s’être plainte qu’un homme en costume de bain féminin regardait les filles se changer

Par Jack Bingham — Traduit par Campagne Québec-Vie — Photo : Capture d'écran du site de l'YMCA

6 août 2022, Port Townsend, Washington (LifeSiteNews) — Une grand-mère de 80 ans de l’État de Washington a été interdite de baignade au YMCA après s’être plainte qu’un « homme en maillot de bain féminin » « regardait les petites filles » se changer.

« La ville et le YMCA s’efforcent d’appliquer les règles néo-culturelles relatives au genre dans les vestiaires et les salles de douche de la Mountain View Pool, ce qui met en danger les femmes et les enfants », a déclaré Julie Jaman, 80 ans, au conseil municipal de Port Townsend lundi.

Expliquant pourquoi elle est de cet avis, Mme Jaman a déclaré que le 26 juillet, elle se douchait dans les installations de la piscine locale lorsqu’elle a entendu « une voix d’homme dans la zone de vestiaires des femmes ».

Lorsqu’elle est allée voir ce qui se passait, Jaman a dit avoir été témoin « d’un homme en maillot de bain de femme, regardant des petites filles enlever leur maillot de bain afin d’utiliser les toilettes du vestiaire. »

Tout en contestant le récit de Mme Jaman, le responsable de la publicité et de la communication du YMCA n’a pas nié la présence de l’homme, mais a déclaré au Post Millennial que le membre du personnel en question n’était pas en train de « s’engager » avec les jeunes filles, mais les escortait simplement jusqu’au vestiaire.

Le responsable de la communication a également confirmé que Jaman avait effectivement été bannie de l’établissement, mais a déclaré que ce problème n’était qu’un élément parmi d’autres ayant conduit à cette décision.

Dans un rapport local du Port Townsend Free Press, Jaman a donné plus de détails sur ce qui s’est passé selon elle lors de l’incident du 26 juillet.

« Il y avait des interstices dans le rideau et j’étais là, nue, avec du savon et de l’eau sur moi, et ce type, juste là, très près de moi », se souvient Jaman.

« J’ai demandé : “Avez-vous un pénis ? ” Il a répondu : “Ce n’est pas de vos affaires.” C’est là que je lui ai dit : “Sortez d’ici, tout de suite”. »

À ce moment-là, Jaman dit avoir remarqué qu’une des gérantes de l’établissement, une femme, était également présente dans la pièce, et s’adressant à elle, elle a exigé : « Faites-le sortir d’ici ».

« Vous faites de la discrimination, vous ne pouvez plus utiliser la piscine et j’appelle la police », a répondu la gérante, selon le récit de Jaman.

Le rapport local explique qu’en parlant avec l’officier de police de Port Townsend, Marc Titterness, il a été confirmé que Jaman a bien parlé à la police après avoir été « très choquée » et « avoir eu une réaction émotionnelle concernant un homme étrange qui était dans la salle de bain et aidait une jeune fille à enlever son maillot de bain ».

D’autres rapports de police obtenus par le Port Townsend Free Press montrent que des appelants anonymes du YMCA ont également contacté la police pendant l’incident, se plaignant que Jaman avait été « priée de partir et qu’elle refusait ».

Dans un autre rapport, un appelant a déclaré que Jaman « criait » après un employé et « l’insultait ».

Alors que le programme transgenre continue de gagner du terrain, la question des hommes qui se disent femmes et qui utilisent des toilettes réservées aux femmes est devenue une source majeure de controverse à travers l’Amérique et le reste du monde occidental, au cours des dernières années.

Malgré les multiples incidents criminels résultant de l’autorisation accordée aux hommes biologiques d’utiliser des toilettes pour femmes, le président américain Joe Biden a signé un décret dans l’intention de « prévenir et combattre la discrimination fondée sur l’identité de genre ou l’orientation sexuelle » au cours des premières semaines de sa présidence, préparant ainsi le terrain pour que le ministère américain de l’Agriculture (USDA) annonce une mise à jour de ses règles de financement fédéral des repas scolaires en mai de cette année.

En vertu de ces nouvelles règles radicales, si une école veut bénéficier du programme fédéral de repas scolaires, elle doit considérer l’« identité de genre » comme une catégorie protégée et laisser les étudiants masculins biologiques utiliser les toilettes des femmes et des filles.



Laissez un commentaire