M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

Une étudiante remercie sa paroisse catholique et sa famille de l’avoir sauvée de devenir transgenre

Par Matt Lamb — Traduit par Campagne Québec-Vie — Photo : Michael Knowles

12 avril 2022, Topeka, Kansas (LifeSiteNews) — Une étudiante de l’Université Washburn au Kansas a récemment partagé lors d’un événement sur le campus comment sa paroisse catholique et sa mère l’ont aidée à échapper au transgenrisme.

L’étudiante, nommée Jayda, a demandé au commentateur conservateur Michael Knowles lors de son événement du 31 mars s’il avait entendu parler d’un lien entre l’autisme et la dysphorie de genre et a mentionné qu’elle avait lutté contre le transgenrisme.

Knowles a prononcé un discours à l’université intitulé « Ban Transgenderism », organisé par la Young America’s Foundation.

« Enfant... j’aimais à la fois les choses de filles et de garçons... et dès que j’ai atteint la puberté, c’est comme si je ne pouvais pas gérer les changements dans mon corps », a témoigné l’étudiante. Elle a dit qu’[à l’époque] elle « n’avait pas encore de mot pour désigner [ce malaise], comme transgenrisme », mais qu’elle « liait [sa] poitrine en secret » et portait des vêtements [amples] pour cacher ses hanches.

L’étudiante a expliqué qu’elle aurait « pris des hormones » si sa famille et son église n’avaient pas « réaffirmé qu’elle était une fille ».

« Si j’étais encore sous l’influence de la gauche et des LGBT... j’aurais pris des hormones », a déclaré l’étudiante. Elle a précisé qu’elle ne souffrait pas de « dysphorie de genre réelle », mais que ses difficultés étaient liées à l’autisme.

« Vous avez eu beaucoup de chance », lui a dit Knowles. « Vous avez eu tellement de chance que votre famille et votre communauté n’aient pas cédé à ce délire », a déclaré le commentateur conservateur.

L'article continue ci-dessous...

Consultez quotidiennement Culture de Vie, un site de nouvelles sur la foi, la famille et la vie, de Campagne Québec-Vie

Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !

Abonnez-vous à notre chaîne Youtube !

Il a ensuite décrit la situation à laquelle de nombreux enfants et parents sont confrontés :

Beaucoup de ces familles veulent simplement faire ce qu’il y a de mieux pour leur enfant, et ces « malades » à la télévision, dans les universités et dans l’appareil politique, leur disent que la seule façon de traiter leur enfant est de leur couper les organes génitaux et de leur injecter des hormones transsexuelles, des dommages irréversibles absolus qui auraient causé, franchement, et comme vous le décrivez dans votre cas, plus de regrets que vous n’en aviez, et plus de stress et d’anxiété que vous n’en éprouviez même sur le moment... Je suis très heureux que vous ayez pu surmonter cette épreuve et obtenir un véritable diagnostic médical qui ne vous a pas conduite à vous mutiler.

« Un grand merci à ma mère et à mon église catholique », a conclu l’étudiante.

« Merci d’avoir raconté cette histoire », lui a dit Knowles.

Knowles a récemment présenté une femme qui s’est « détournée » de la vie d’homme après avoir pris de la testostérone. La jeune femme, Helena Kerschner, a partagé comment les médias sociaux l’ont poussée à prendre des hormones et à vivre comme un homme.

« L’idéologie du genre y est très présente », a déclaré Mme Kerschner, en faisant spécifiquement référence au site de blogues Tumblr. Elle a dit à Knowles qu’il y a beaucoup d’« incitations sociales » à changer vos pronoms et à embrasser l’idéologie du genre pour rester dans ces communautés en ligne.

Consultez Culture de Vie, un site de nouvelles sur la foi, la famille et la vie, de Campagne Québec-Vie



Laissez un commentaire