M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

Une étude révèle que les opérations transgenres mutilantes ont presque triplé aux États-Unis sur une période de trois ans

Patiente_attendant-hopital-rocketclips-adobestock.jpg

Par Jean Mondoro — Traduit par Campagne Québec-Vie — Photo : rocketclips/Adobe Stock

24 août 2023 (LifeSiteNews) — Une nouvelle étude publiée cette semaine montre une augmentation alarmante du nombre d’opérations chirurgicales dites de « changement de sexe » pratiquées aux États-Unis. Plus précisément, ces procédures radicales ont presque triplé entre 2016 et 2019, un nombre important de jeunes gens obtenant une mutilation ou une reconstruction de la poitrine.

Trois médecins affiliés à l’Université de Columbia et à l’Université de Californie du Sud ont publié une étude de cohorte examinant le nombre d’interventions chirurgicales pratiquées au nom de l’« affirmation du genre » aux États-Unis au cours d’une période de trois ans. Cette étude a été publiée mercredi dans la revue JAMA Network Open.

La « chirurgie mammaire et de la poitrine » aurait été « la catégorie d’interventions la plus courante dans l’ensemble », tandis que moins d’« interventions de reconstruction génitale » ont été pratiquées, ces dernières étant le plus souvent « pratiquées sur des personnes plus âgées ». Bien que la plupart des Américains confus quant au sexe inclus dans l’étude soient de jeunes adultes, les chercheurs ont noté que « 3 678 (7,7 %) étaient âgés de 12 à 18 ans », ce qui contredit les affirmations de certains militants LGBT selon lesquelles de telles procédures irréversibles ne sont pas pratiquées sur des mineurs.

L’étude, intitulée « National Estimates of Gender-Affirming [sic] Surgery in the US » (Estimations nationales de l’opération d’affirmation du genre aux États-Unis), porte sur 48 019 Américains qui ont subi une forme ou une autre de procédure mutilante entre 2016 et 2019. Les chercheurs ont pris en compte « les données de 2016 à 2020 dans l’échantillon de chirurgie ambulatoire à l’échelle nationale et l’échantillon national de patients hospitalisés. »

L'article continue ci-dessous...

Ensemble, défendons la vie de la conception à la mort naturelle. Suivez ce lien pour en savoir plus.

Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !

Abonnez-vous à notre chaîne Youtube !

« Les patients ayant des codes de diagnostic pour le trouble de l’identité sexuelle, le transsexualisme ou des antécédents personnels de réassignation sexuelle ont été identifiés, et la réalisation de GAS [opération d’affirmation du genre], y compris les procédures mammaires et thoraciques, les procédures de reconstruction génitale et d’autres procédures chirurgicales faciales et cosmétiques, ont été identifiées. »

Selon les résultats, « 25 099 patients (52,3 %) étaient âgés de 19 à 30 ans, 10 476 (21,8 %) étaient âgés de 31 à 40 ans et 3 678 (7,7 %) étaient âgés de 12 à 18 ans. » En général, selon les chercheurs, « le nombre global de rencontres dans le système de santé pour le trouble de l’identité de genre a augmenté de 13 855 en 2016 à 38 470 en 2020. » Les codes de facturation pour ce trouble ont connu « une augmentation constante » en ce qui concerne les interventions chirurgicales entre 2016, où les chirurgies représentaient 32,9 % des troubles diagnostiqués facturables, et 2019, où elles ont atteint 37,1 %. Une baisse à 33,3 % en 2020 est « probablement le reflet de la pandémie de COVID-19 ».

« Parmi les patients subissant des procédures chirurgicales ambulatoires, 37 394 (80,3 %) comprenaient des procédures chirurgicales d’affirmation de genre. Parmi les patients admis à l’hôpital pour des troubles de l’identité de genre, 10 625 (11,8 %) des admissions concernaient des GAS. »

56,6 % des interventions chirurgicales pour les personnes ayant un trouble de l’identité de genre étaient des interventions sur les seins et la poitrine, « l’intervention individuelle la plus courante étant la reconstruction mammaire ». La reconstruction génitale était la deuxième catégorie la plus populaire, représentant 35,1 % des interventions chirurgicales, l’hystérectomie étant la plus demandée (9,3 %) dans cette catégorie.

« En fonction du type d’intervention pratiquée, les interventions sur les seins et la poitrine représentaient le plus grand pourcentage des interventions chirurgicales chez les jeunes patients, tandis que les interventions chirurgicales sur les organes génitaux étaient plus nombreuses chez les patients plus âgés », écrivent les chercheurs, précisant que 87,4 % des personnes âgées de 12 à 18 ans confuses quant au sexe qui ont demandé une intervention chirurgicale ont subi une intervention sur les seins ou la poitrine, contre 11 % qui ont « subi une intervention chirurgicale sur les organes génitaux ».

Le pourcentage de personnes ayant eu recours à une chirurgie mammaire ou de la poitrine a diminué chez les patients plus âgés, tandis que le nombre de chirurgies génitales a augmenté. Les chercheurs ont noté que les jeunes sont moins nombreux à subir des interventions génitales en raison de « la complexité accrue de la chirurgie génitale par rapport à la chirurgie mammaire et de la poitrine, ainsi que de la nature définitive de l’ablation des organes reproducteurs ».

En outre, si 60,5 % des personnes ayant subi ces interventions ont eu recours à une assurance privée, 25,3 % ont eu recours à Medicaid. Les chercheurs ont également noté que 15 % des patients ont souffert de dépression. Une majorité écrasante de patients (42 467 ou 88,4 %) ont subi ces opérations « dans des hôpitaux universitaires urbains », tandis qu’un « nombre disproportionné de patients » vivaient dans l’ouest des États-Unis (22 037 ou 45,9 %) et dans le nord-est (12 396 ou 25,8 %).

L’étude est la dernière preuve en date d’une augmentation constante apparente de la confusion des genres qui, selon d’autres recherches, est largement influencée par la pression des pairs et les problèmes de santé mentale, ainsi que par l’influence des médias sociaux. Au fil des ans, les données relatives à l’impact des interventions hormonales et chirurgicales sur les personnes souffrant de confusion de genre ont été déformées par les professionnels de la santé et les médias grand public, qui ont présenté une perception biaisée voyant des résultats positifs en matière de santé mentale après l’intervention.

Les professionnels de la santé et les universitaires ont critiqué à plusieurs reprises leurs homologues pour avoir trop largement affirmé que ces mesures irréversibles amélioraient la santé mentale. Les médias grand public ont également été critiqués pour avoir ignoré les graves effets négatifs du soi-disant « traitement », comme les preuves que l’utilisation d’hormones transsexuelles entraîne souvent des taux plus élevés de propension au suicide. D’éminents journalistes conservateurs, tels que Tucker Carlson, se sont fait un devoir de dénoncer ce faux récit.

Un groupe de chercheurs a même publié correction et excuses pour avoir prétendu que leur étude soutenait l’intervention médicale pour la confusion de genre, une annonce qu’ils ont réfutée en admettant que ceux qui subissent de telles opérations « sont plus susceptibles d’être traités pour des troubles de l’anxiété ».

Plus récemment, un psychiatre a publié une étude universitaire qui démystifie les méthodes de recherche « profondément erronées » utilisées pour justifier les interventions médicales chez les personnes souffrant de confusion sexuelle. De même, LifeSiteNews a rapporté en juillet qu’un article médical prétendant dénoncer la « désinformation » répandue sur les dangers des prétendues « transitions de genre » ne faisait que reprendre des recherches qui ont été critiquées pour leur caractère erroné ou déformé.



Laissez un commentaire

Ensemble, défendons la vie de la conception à la mort naturelle. Suivez ce lien pour en savoir plus.