M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

Une étude douteuse affirmant que l’avortement n’augmente pas les tentatives de suicide

Par Calvin Freiburger — Traduit par Campagne Québec-Vie — Photo : freepik

21 novembre 2019 (LifeSiteNews) — Une nouvelle étude a attiré l’attention des médias grand public sur ses conclusions selon lesquelles l’avortement n’augmenterait pas la probabilité qu’une femme tente de se suicider, mais un éminent chercheur pro-vie affirme que les faits indiquent tout le contraire.

Mardi, The Lancet a publié une étude réalisée par une équipe de chercheurs de l’Université du Maryland qui a examiné les données sur l’avortement et l’automutilation de plus de 500 000 femmes au Danemark.

« Nous avons constaté que les femmes qui ont eu des avortements présentaient un risque plus élevé de tentatives de suicide non mortelles que les femmes qui n’ont pas eu d’avortement », conclut-il. « Cependant, comme le risque accru était le même l’année précédant et l’année suivant l’avortement, il n’est pas attribuable à l’avortement. Ainsi, les politiques basées sur l’idée que l’avortement augmente le risque de tentatives de suicide chez les femmes désinformées. »

Commentant l’étude sur The Daily Mail, Jenneke van Ditzhuijzen de l’Université d’Amsterdam a suggéré que les tentatives de suicide pourraient être attribuées non pas à l’avortement lui-même, mais à d’autres facteurs relatifs à une grossesse non désirée, comme la violence domestique ou la stabilité des relations. « Cela ne signifie pas qu’avoir un avortement indique que les femmes traversent une période difficile ou que les symptômes de problèmes mentaux sont attribuables à l’avortement, affirme-t-elle, mais plutôt que certaines femmes courent un risque élevé d’adversités multiples à un certain moment de leur vie, ce qui pourrait inclure une grossesse non désirée et un avortement. »

Michael New, professeur invité de l’Université catholique d’Amérique et chercheur de l’Institut Charlotte Lozier (CLI), informe LifeSiteNews que les conclusions de l’étude sont limitées par certaines lacunes méthodologiques et que l’étude elle-même est incompatible avec un ensemble de preuves provenant d’autres études.

L'article continue après cette publicité

La dernière superstition : un livre coup de foudre qui réfute l'athéisme

Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !

Abonnez-vous à notre chaîne Youtube !

New First note que l’étude analyse les tentatives de suicide plutôt que les suicides réels et que certaines des « tentatives » qu’elle compte étaient en fait des cas d’automutilation sans intention de mourir.

« De plus, l’étude n’analyse que les femmes de plus de 18 ans », poursuit-il. « Celle-ci n’analyse pas les tentatives de suicide multiples (ne considérant que la première) et n’analyse pas combien les avortements multiples pourraient avoir eu un impact sur les tentatives de suicide. Enfin, elle ne s’intéresse qu’aux avortements du premier trimestre et n’analyse pas combien les avortements tardifs auraient un impact sur les tentatives de suicide. »

New First note ensuite que de nombreuses études antérieures ont trouvé un lien entre l’avortement et l’augmentation du risque de suicide, notamment une étude réalisée en 2019 auprès de femmes italiennes, une étude réalisée en Finlande en 1996 et une étude réalisée en 2012 auprès de bénéficiaires du régime Medicaid en Californie, selon laquelle les femmes ayant avorté étaient 154 % plus susceptibles de se suicider que celles ayant donné naissance.

« La métaétude de 2011, rédigée par Priscilla Coleman et publiée dans le British Journal of Psychiatry, a identifié 5 études qui analysent l’impact de l’avortement sur le risque de suicide, » écrit New. « Les 5 études ont montré que l’avortement augmentait le risque de suicide. Dans quatre des cinq études, l’augmentation a atteint les normes conventionnelles de pertinence statistique. »

De même, ajoute-t-il, les lois pro-vie qui découragent les femmes d’avorter leurs enfants aident à sauver la vie des mères en plus de celle de leurs bébés.

« En 2012, la revue Economic Inquiry a publié une étude de Joseph Sabia et Daniel Reese qui a trouvé des preuves très solides selon lesquelles les lois pro-vie sur la participation parentale aux États-Unis réduisent le taux de suicide chez les adolescentes, » indique New First.

Publicité



Laissez un commentaire