M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

Une enquête est ouverte sur un avorteur tardif au Nebraska après qu'une femme ait frôlé la mort


LeRoy Carhart.

Par Cherryl Sullenger (LifeSiteNews) — Traduit par Campagne Québec-Vie — Photo : Operation Rescue

24 août 2022, Bellevue, Nebraska (Operation Rescue) — LeRoy Carhart, avorteur tardif de renommée nationale, fait l’objet d’une enquête du Département de la Santé et des Services sociaux du Nebraska, selon une lettre de confirmation reçue lundi par un militant pro-vie local.

La plainte a été déposée contre Carhart et son centre d’avortement C.A.R.E. à Bellevue au Nebraska, après qu’une femme de 35 ans ait subi des blessures importantes liées à l’avortement le 25 février 2022. Operation Rescue a obtenu les enregistrements du 911 de l’incident qui ont révélé que la femme souffrait de symptômes correspondant à ceux d’une hémorragie interne. Un témoin, qui s’est présenté plus tard, a déclaré que la femme blessée avait fait un arrêt cardiaque à l’hôpital, où des chirurgiens ont travaillé pendant plusieurs heures pour lui sauver la vie.

La plaignante pro-vie, dont l’identité n’a pas été révélée à sa demande, a demandé une enquête pour violations des soins aux patients. La plainte comprend des documents d’Operation Rescue faisant état de 27 urgences médicales mettant en danger la vie de patientes ayant subi un avortement opéré par Carhart au Nebraska et dans le Maryland, entre mars 2012 et février 2022.

Ces affaires sont Haimamot Aragaw v. Carhart, Do, et al, numéro de cas de cour fédérale 8:21-CV-01739-TDC, and Ashley P. Norris v. Carhart, Swallow, et al, numéro de cas de cour du district du Maryland C-15-CV-21-000205.

La plainte fait également référence à deux procès en cours pour faute médicale professionnelle concernant des femmes qui ont reçu des blessures si horribles dans l’établissement de Carhart, dans le Maryland en 2020, que le personnel de l’hôpital qui les a traitées s’est vu offrir un service de conseils en traumatologie, selon un informateur familiarisé aux accidents.

Carhart a également été impliqué dans la mort de deux femmes liée à l’avortement. Christin Gilbert, atteinte du syndrome de Down, n’avait que 19 ans lorsqu’elle est décédée des complications d’un avortement à 29 semaines en 2005 dans un centre d’avortement aujourd’hui disparu de Wichita, au Kansas. Jennifer Morbelli est décédée des complications d’un avortement à 33 semaines qu’elle a subi dans un établissement où travaillait Carhart à Germantown, dans le Maryland, en 2013.

« Cet ensemble de preuves montre que les avortements de LeRoy Carhart sont si dangereux qu’il est inapte à pratiquer la médecine », a déclaré Troy Newman, président d’Operation Rescue. « Je prie pour que cette nouvelle enquête soit celle qui mette fin à la boucherie et à la misère humaine qu’il a infligées à tant de femmes et de bébés. »

L’affaire a été confiée à un enquêteur, mais on ne sait pas combien de temps l’enquête prendra. La lettre de confirmation à la plainte prévient qu’« une enquête sur une licence professionnelle peut prendre beaucoup de temps ».

« Nous avons traversé la phase d’enquête de douzaines de cas disciplinaires de licence — dont plusieurs contre Carhart — et comprenons que le processus est douloureusement lent, mais en fin de compte, si cela aboutit à ce que nous espérons être une révocation de licence, l’attente en vaudra la peine », a déclaré Newman.

Après que la Cour suprême des États-Unis ait annulé la décision Roe v. Wade de 1973 en juin dernier, le gouverneur du Nebraska, Pete Ricketts, a refusé de convoquer une session spéciale de l’Assemblée législative pour examiner un projet de loi qui interdirait les avortements. En réponse, les militants pro-vie de Bellevue, dans le Nebraska, travaillent actuellement à l’adoption d’une ordonnance municipale qui interdirait tous les avortements en déclarant Bellevue « Ville Sanctuaire pour les Enfants à Naître ». Cela aurait pour effet de fermer le centre d’avortement de Carhart au Nebraska ou de le forcer à déménager.

Jusqu’à présent, 51 communautés américaines ont réussi à interdire les avortements dans leurs limites municipales.

Newman conclut : « Cette nouvelle Amérique post-Roe a créé une occasion unique, non seulement pour Bellevue mais pour tout le Nebraska, d’interdire les avortements et de laisser les horreurs commises par Carhart et d’autres dans le rétroviseur. »



Laissez un commentaire